Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

SOUVENIRS MILLESIMES

Publié le par Miss Comédie

Quand on est en coulisse, attendant d’entrer en scène, on est secoué de tremblements, on a mal au ventre et on se dit « mais qu’est-ce que je fous là ? »
On se promet d’arrêter dès la fin de ce contrat en cours  et de mener une vie tranquille.
Naturellement, à la minute où l’on met le pied sur le plateau, ce foutu trac vous quitte et vous êtes sur un nuage.
Et puis un jour vous menez une vie tranquille et là, tandis que vous vous balancez dans un hamac, vous viennent
 les flashes  des moments de bonheur sur une scène et vous vous dites « tout plutôt que cette monotonie, tout plutôt que rester là sans texte à apprendre, sans répétitions émulsifiantes, sans saluts, sans bravos ! »
Lisez la réplique d’aujourd’hui, elle résume tout.

Voir les commentaires

LA REPLIQUE QUI M'ENCHANTE

Publié le par Miss Comédie

« Quand je vis, je ne me sens pas vivre. Mais quand je joue, c’est là que je me sens exister. »
(Antonin  ARTAUD  (Le Théâtre et son double)

Voilà ce que nous pensons tous.  Maintenant, est-ce qu'Antonin Artaud était bon comédien ?
Mystère. Je vous dis à demain, si vous le voulez bien.
Miss Comédie


Voir les commentaires

PETIT LEVER DE RIDEAU

Publié le par Miss Comédie

Bonjour, oh il est très tôt !  Je suis à peine réveillée mais j'ai une journée chargée.
Aujourd'hui attention, pour ROSE et NAT c'est sur la mauvaise pente... NAT est jaloux, ça se conçoit.
Mais il joue avec le feu.  Il devrait savoir que ROSE n'est pas quelqu'un à qui on demande de faire
des choix...  Vous voyez qui, dans le rôle de NAT ?  Johnny Depp évidemment, puisque ROSE, c'est
Vanessa.  C'est ça l'intérêt d'une pièce en ligne : vous pouvez faire le casting de vos rêves, personne
n'y trouvera à redire.

Voir les commentaires

ROSE AUTOUR DE MINUIT - Scène 48

Publié le par Miss Comédie


Quand l'amour mène au chantage...

NAT
Il m'est venu l'envie de répéter.

ROSE
Toi et moi ?

NAT
Toi et moi.

ROSE
Sans les musiciens ?

NAT
Ca ne concerne que nous deux.

ROSE
C'est quelque chose que nous n'arrivons pas bien à exprimer ?

NAT
En quelque sorte.

ROSE
C'est un passage où nous trébuchons ?

NAT
Un passage casse-gueule.

ROSE
Je ne vois pas de quoi tu veux parler.

NAT
C'est un passage délicat dans une chanson qui nous ressemble...

ROSE
Tu sais, les répétitions ça casse l'instinct. Ecoute-la, elle. Tu crois qu'elle répète ? Elle chante. (fredonnant)  Dont explain... Ca vient tout seul.

Il y a un silence.

NAT, au barman
Mets-moi du whisky dans mon Perrier.

LE BARMAN
Les consommations en dehors des heures de travail sont payantes.

NAT, le regarde de haut
C'est ça.

Le barman s'exécute et NAT boit une gorgée de whisky-Perrier. Un silence.

NAT, agité de tics
J'ai repensé à l'autre jour.    Ta... déclaration.

ROSE
Oui ?

NAT
Il faut que je sois sûr que tu dis la vérité.

ROSE
Tu veux une preuve ?

NAT
Oui.  Parce que don't explain, c'est très joli, mais ça suppose qu'il y en a un qui cache quelque chose à l'autre.

ROSE
Dans la chanson, oui.

NAT, le regard fixe
Et nous, on fait quoi ?  On est en plein dedans. On est dans la chanson. (Mimant ) "Vous faites quoi dans la vie ?" "On est dans la chanson". Vrai ou  faux ?

ROSE
Vrai.

NAT
Bon. Alors ? 

ROSE se lève et va vers lui.

ROSE
Demande-moi ce que tu veux.

NAT, finit son verre d'un trait et le repose sur le bar.
Voilà.  D'après mes informateurs, il est question d'un acteur pourri pour le rôle du pianiste, MON ROLE.  Et pour le personnage de la chanteuse, il est question de toi.

ROSE
De moi ?

NAT
Et oui.  Alors voilà :  tu refuses.

(A suivre)

Voir les commentaires

MOI JE DIS BRAVO....

Publié le par Miss Comédie

…  à ce merveilleux Olivier  BELAMY qui rassemble  de plus en plus d’artistes passionnants à partager leur amour de la musique,  leurs souvenirs, leurs émotions secrètes, avec chaque fois un langage qui leur est propre.
Oui je sais, j’ai déjà dis bravo à Olivier BELAMY, pour certains de ses invités qui m’avaient émerveillée, mais là c’est lui, lui tout seul, qui mérite mon bravo.
Sa façon de questionner ses invités comme s’ils étaient seuls dans un bar devant leur coupe de champagne et la nuit devant eux , sa façon de rire, son élocution charmeuse, ses petits « hmm » quand il s’émeut, et comprend, et enfin l’ensemble de son comportement vis-à-vis de ses illustres visiteurs… Je l’adore.
Il sait s’attendrir quand il faut, ironiser quand il faut, passer de la pommade juste comme il faut, et annoncer la  pause publicité comme une confidence.
Dans le galimatias quotidien de pubs, de jingles, de  premiers mouvements et de contentement de soi de RADIO CLASSIQUE,  Olivier BELAMY fait figure de perle rare.
Moi j’ai trop envie d’être une star et d’être interviewée par lui !

   


Voir les commentaires

SOUVENIRS MILLESIMES

Publié le par Miss Comédie

Quand on voit certaines pièces de boulevard on se dit non,
c’est trop loufoque, ça n’a pas de sens, comment les comédiens
 arrivent-ils à jouer des inepties pareilles ?
Et bien moi qui ai joué UNE FOLIE de Sacha GUITRY, je peux
vous dire qu’on s’amuse comme des fous.
Evidemment, il faut que la pièce soit bien écrite, mais Guitry
c’est aussi classe que Feydau du point de vue du langage,
même si ça sonne terriblement rococo de nos jours.
Dans une FOLIE, il s’agit d’un médecin psychiatre, déjà pas
 mal dérangé, qui ne soigne que des gens un peu  zinzins,
qui   se lance dans une étude approfondie pour chercher
 ce qui rend les gens fous et qui découvre que ce sont les impôts.
Falsifier devient leur raison de vivre. Voler l’Etat qui les dépouille, un moteur d’action.
Une démarche qui paraît totalement justifiée de nos jours, et pas vraiment comique.
Mais les agités de Guitry sont soumis à des enchaînements de quiproquos que ne renierait pas Laurent Ruquier !  Et c’est hilarant.
Je jouais l’une de ces agitées, en fait la plus normale de tous, la jeune tapissière venue livrer des échantillons et que le Dr Flache prend pour une pute à la recherche d’un calmant.  On se marrait autant que le public !
Ma partenaire Sophie GANNEVAT ne pouvait pas croiser mon regard sans risquer le fou rire. 
Un petit millésime, mais un joli souvenir.

Voir les commentaires

LA REPLIQUE QUI M'ENCHANTE

Publié le par Miss Comédie

Sans un élément de cruauté à la base de tout spectacle, le théâtre n’est pas  possible.

Antonin ARTAUD (Le Théâtre et son double)

La réplique est belle mais elle a besoin d'être argumentée. Moi je trouve qu'il exagère.
A demain mes chéris, je vous salue bien.
Miss Comédie


Voir les commentaires

PETIT LEVER DE RIDEAU

Publié le par Miss Comédie

Bonjour !  Mars commence en faisant grise mine, alors qu'on a déjà des furieuses envies de printemps.
Mais c'est pas pour demain, apparemment.  Du côté de ROSE AUTOUR DE MINUIT où en est-on ?
Et bien entre ROSE et NAT, tout n'est pas vraiment clair.  Il semble que NAT ait quelque chose sur le coeur.
La tension monte...



Voir les commentaires

ROSE AUTOUR DE MINUIT - Scène 47

Publié le par Miss Comédie

(Scène XI  de la version originale)
Résumé des épisodes précédents
Dans  ce bar tranquille où ils ont choisi de se retrouver une fois par semaine pour travailler à leur prochain scénario, YANN et CHRIS découvrent que l’intrigue de leur film est peut-être là, sur l’estrade des musiciens.
    Mais la chanteuse et le pianiste ont leur propre histoire qu’ils
    essaient de garder secrète…
 -


Le bar, le même soir.  ROSE est en avance. Elle est vêtue du même jean délavé que dans la scène avec NAT mais cette fois elle a enfilé une petite blouse en soie à volants de couleur rose vif laissant ses bras nus. Elle porte des bottes en lézard éculées et ses cheveux sont relevés en queue de cheval retenue par un ruban rose.  Elle lit un magazine, affalée sur un fauteuil près du bar.  Le barman la couve du regard tout en s’activant.
Un disque de Billie Holliday égrène ses plaintes en sourdine : c'est "Don't Explain", une mélodie triste.
ROSE
LE BARMAN
NAT
Ils s'aiment, c'est clair...

ROSE
Elle a une voix complètement déchirée,  mais c’est pas du blues.

LE BARMAN
Comment, c’est pas du blues ?

ROSE
Oui, le blues c’est pas ça, c’est régulier.

LE BARMAN
Régulier ?

ROSE
Ca obéit à des règles, comme la sonate.

LE BARMAN, impressionné
Ah.  Et toi, tu chantes quoi ?

ROSE, le regarde en souriant
Moi ?  Je chante ce qu’on me demande. Du blues, du dixieland, et aussi les chansons de Billie.

LE BARMAN
Tu les chantes mieux qu’elle.  Ca, par exemple, Don’t explain, et bien je préfère quand c’est toi qui le chantes.

ROSE
Merci.

Elle se met à lire le magazine très sérieusement, en fronçant les sourcils.  Sur ce, entre NAT.  Il aperçoit ROSE et au lieu d'aller vers elle, il s'assied à un tabouret près du bar.  Il semble particulièrement nerveux et pendant toute la scène son visage sera agité de tics.

NAT
J'ai soif.

LE BARMAN
Déjà ?

NAT
Pas d'alcool.  Un Perrier.

Le barman place un verre devant lui, ouvre un quart Perrier.

ROSE, de sa place et sans le regarder
Tu es en avance.

NAT
Toi aussi.

ROSE
D'habitude, tu es plutôt en retard.

(`A suivre)

Voir les commentaires

MOI JE DIS BRAVO ....

Publié le par Miss Comédie

  ….aux gens qui s’habillent encore pour aller au théâtre.
Ca me met en rogne quand je vois des clampins en blouson
        crasseux s’asseoir dans les fauteuils en velours d’un théâtre à l’italienne.
Ah !  Je sais. Vous allez me dire « ouais, ils sortent dutravail, ils ont pas le temps de rentrer se changer, ce sont les spectateurs les plus méritants et peut-être aussi les plus avertis, etc... »
Sur cent spectateurs débraillés,  2O n’ont pas eu temps, les autres ont eu la flemme.
Pourquoi ce laisser-aller général ?  Pourquoi s’habiller est-il devenu un signe de ringardise absolue ?
Décider de passer une soirée au théâtre n’est pas décider d’aller au resto du coin…
C’est décider de s’extraire du quotidien, de la monotonie, du labeur pour passer un moment avec Richard III, avec Bérénice ou avec le Bourgeois gentilhomme… Et même si c’est pour attendre Godot  dans une poubelle, il faut se dire que l’invitation vient de très haut, de très loin, de poètes
immortels ou contemporains qui nous ouvrent les portes de leur imaginaire.
Cela vaut bien un costume, une robe, un collier et des souliers vernis…

Voir les commentaires

SOUVENIRS MILLESIMES

Publié le par Miss Comédie

J’ai parlé du baiser que je donne à Fernandel dans , mais j’ai passé sous silence celui que me donnait Nicolas, son fils dans la pièce. 
Guy Verda, mon partenaire, ne s’est pas privé de se poser en rival heureux de notre
star bien-aimée, sous prétexte que je le faisais durer, disait-il, plus longtemps.
Cela dit, ce baiser était finalement plus difficile pour moi car le misérable essayait chaque soir de le pousser plus loin, vous voyez ce que je veux dire.  Dents serrées, je résistais tant que je pouvais et Fernandel qui nous regardait faire, arborait un sourire narquois qui n’arrangeait pas les choses.
En coulisse, cela se passait parfois très mal car j’avais un soupirant dans la troupe qui supportait mal les comptes-rendus de Guy au sortir de la scène.
« Ah, ce soir, j’y suis presque arrivé i » disait--il en s’essuyant la bouche.
Un soir il a quand même dépassé les bornes en claironnant :  « Elle a craqué ! »
L’autre l’a attrapé par le col et ça a failli faire une bagarre derrière le décor.
On voit souvent les comédiens s’embrasser dans les pièces ou les films, mais
on n’imagine pas ce que cela peut avoir de difficile, voire de répugnant selon les cas…

Voir les commentaires

LA REPLIQUE QUI M'ENCHANTE

Publié le par Miss Comédie

Quand me suis-je rendu compte que j’étais Dieu ? Et bien j’étais tranquillement en train de prier quand je me suis aperçu que je me parlais à moi-même.
(PETER O’TOOLE)


Je vous retrouve demain, soyez fidèles au rendez-vous, passez une très bonne journée avec les giboulées.
Miss Comédie


Voir les commentaires

PETIT LEVER DE RIDEAU

Publié le par Miss Comédie

Bonjour !  Demain, adieu Février, c'est pas trop tôt. Ce soir, bonjour les récompenses, les inconnus ont une chance de devenir connus. Au souper qui va suivre au Fouquet's, il va y avoir quelques larmes, de joie ou de dépit mais l'essentiel est de participer, hein ?  Mais vous trouvez peut-être que je parle trop de cinéma et pas assez de théâtre ? Mais si, voici la scène de ma pièce où YANN et CHRIS sont à la croisée des chemins.
Ce pauvre CHRIS qui se sent en marge, abandonnera-t-il l'espoir de faire partie du sérail ? A mon avis, il n'est pas assez sûr de lui.

Voir les commentaires

ROSE AUTOUR DE MINUIT - Scène 46

Publié le par Miss Comédie

YANN -  LE BARMAN

Le point sur CHRIS

YANN, au barman

L’orchestre joue ce soir.  Vous allez avoir du monde.

LE BARMAN hhoche la tête
Oui monsieur.  Les musiciens attirent peut-être plus de monde que les barmen, mais...

YANN
Mais . ?

LE BARMAN, énigmatique
... mais sans les barmen il n’y aurait pas de bar, monsieur.

YANN parait impressionné par cette évidence à laquelle il ne sait quoi répondre.

LE BARMAN,
Votre ami n’a pas l’air en forme.

YANN
Ah, vous trouvez ?  Pourquoi dites-vous ça ?

LE BARMAN
Par rapport au début, il paraît moins emballé par votre histoire, si je peux me permettre.

YANN, soucieux
C’est curieux que vous disiez ça.

LE BARMAN
Je le dis comme je le pense.  Mais il y a loin de la coupe aux lèvres.

YANN
Cette phrase est étonnante.  On ne comprend pas très bien son sens, mais elle sonne bien.

LE BARMAN
C’est une conclusion.  Voyez-vous, je dis cette phrase quand il n’y a plus rien à dire.

YANN
Vous aussi, les barmen, vous êtes des gens bizarres.
(A suivre)




Voir les commentaires

MOI JE DIS BRAVO....

Publié le par Miss Comédie

….. je ne sais pas à qui !!!!  Je vous explique.  Il y a un spot de pub télé que j’adore, c’est celui qui montre un papa demandant à son adorable bambin blond de dire « papa », à quoi le joli bébé répond « maman » invariablement.
Le jeu des deux est époustouflant de justesse.  La papa est visiblement désespéré, j’adore sa mimique, l’enfant est trop chouette, on voit bien qu’il fait exprès de taquiner son père, jusqu’à ce qu’il lance son biberon par terre juste au moment  où la maman arrive pour constater les dégâts, qu’elle demande « Qui a fait ça ? » et que le trésor articule « papa » !  C’est à mourir.
Et alors, voilà, j’ai vu ce spot au moins six fois et JE NE SAIS PAS CE QU’IL VEND !   Je n’ai pas retenu le nom de la marque annonceur. Voilà un exemple du piratage d’un message marketing  par la créativité de son exécution  !
Je vous demande instamment à vous qui me lisez de me laisser un commentaire : QUELLE est la marque qui communique si bien ?

Voir les commentaires

SOUVENIRS MILLESIMES

Publié le par Miss Comédie



Ce soir a lieu la Cérémonie des Césars 2009. L’occasion de se souvenir de deux grands disparus :
 Georges CRAVENNE,  l’initiateur des Césars et de bien d’autres réjouissances, et  Claude BERRI, un  producteur comme il n’y en aura plus.  Pour JEAN DE FLORETTE, il avait fait pousser des milliers d’œillets rouges dans la campagne provençale et fait taire je ne sais plus par quel moyen, les cigales  dont la cacophonie brouillait les prises de son…Qui produira encore des films de cette envergure ?
Dans la grande parade de ce soir, les meilleurs films de l’anné vont défiler. Leurs qualités ne sont plus à comparer avec ceux que  nous avons tant aimés.  Les goûts changent, les techniques aussi, et le monde s’invente de nouveaux critères de jugement.
 Mes pronostics  ?  Je n’en fais pas.  Il y a des surprises si souvent. (voir SLUMDOG MILLIONNAIRE aux Oscars…) 
J’aimerais que Sylvie TESTUD soit élue meilleure actrice pour SAGAN.
Je pense quand même que Vincent CASSEL peut être élu meilleur acteur.
Et aussi je voudrais quelquechose pour l’angélique Guillaume DEPARDIEU, qui souffrait dans l’ombre . Que la lumière soit sur lui, enfin !
Et puis le reste… alea jacta est.


 

Voir les commentaires

LA REPLIQUE QUI M'ENCHANTE

Publié le par Miss Comédie

Dans LE BAL DES ACTRICES, ROMANE BOHRINGER
Je fais des essais on me dit tu es trop connue, je fais d’autres essais on me dit tu n’es pas assez connue, alors…

Connu, inconnu, l'éternel problème du show business. 
Ce soir vous avez rendez-vous avec tous les connus de la planète cinéma. Ave César !
Et bon week-end à vous tous ! A lundi pour un mois de Mars tout neuf.
Miss Comédie.

Voir les commentaires

PETIT LEVER DE RIDEAU

Publié le par Miss Comédie

Bonjour !  La grande nouvelle du jour, et qui me touche spécialement, c'est l'annonce du mariage prochain de Vanessa PARADIS et de Johnny DEPP !  L'actrice chère à mon coeur pour qui j'avais écrit cette pièce, ROSE AUTOUR DE MINUIT, après onze ans de bonheur avec son beau NAT - pardon, Johnny -  va quitter le Paradis terrestre pour une
promesse d'éternité !  C'est à la fois merveilleux et un peu triste, comme toutes les choses qui marquent la fin d'un cycle, c'est une page qui se tourne et on ne connait pas la fin de l'histoire.
Aujourd'hui, Vanessa - pardon, ROSE -  a déjà son rôle dans le film de YANN, il en a trop envie, mais NAT ? Qui va jouer le rôle de NAT ?

Voir les commentaires

ROSE AUTOUR DE MINUIT - Scène 45

Publié le par Miss Comédie

Casting improbable…


CHRIS
Tu as pensé à quelqu’un, pour ce rôle ?

YANN
On trouvera.

CHRIS
Tu ne veux pas me le dire ?

YANN
Pourquoi je ne voudrais pas te le dire ?

CHRIS
Je ne sais pas.  Mais je trouve aberrant que tu n’aies pas un nom, un visage en tête.

YANN
Je n’ai personne en tête.  Par contre, s’il te venait une idée, je serais heureux que tu me la communiques.  Tu peux chercher aussi, vois-tu.

CHRIS
Je ne demande pas mieux, maintenant que je le sais.
(Un temps)  J’ai une idée pour le pianiste.

YANN
Oui ?  (un temps)  Moi aussi.

CHRIS
Et c’est ?

YANN, hésitant
Je sais que tu n’aimes pas cet acteur.

CHRIS
Alors là, tu vois, c’est complètement, parfaitement, totalement secondaire.

YANN
Non...  Le pianiste, c’est TON personnage.  C’est toi qui l’as dessiné, inventé tel qu’il est.  Alors...

CHRIS
Tu veux que je te dise mon idée ?

YANN
Bien sûr, dis-moi.

CHRIS
C’est peut-être le même que toi, parce que mon idée, c’est un comédien que je n’aime pas.

YANN
Ah c’est parfois le meilleur choix, le plus objectif.
 t
CHRIS
Mon pianiste n’est pas un personnage   sympathique.

YANN, rêveur
Non, à vrai dire il n’est pas sympathique.  Mais c’est un rôle assez dur, outre le fait qu’il doit vraiment jouer du piano.

CHRIS
Mon comédien joue admirablement du piano.

YANN
Alors c’est le même que celui auquel j’ai pensé.  Incroyable !

CHRIS
Incroyable.

Ils se regardent.

YANN
Tu vois que nous sommes sur la même longueur d’ondes. Arrête de jouer au valet avec moi.

CHRIS, se levant
Ma femme m’attend.  Tu reviens ici tout à l’heure ?

YANN, se levant aussi
Non, puisque je t’ai tout dit pour aujourd’hui.  Ou plutôt, si : j’ai envie de revoir ROSE.  Tu vas retravailler ?

CHRIS
Je vais retravailler.  Tu auras le tout après-demain.



Il  sort et YANN se rapproche du bar.

(A suivre)

Voir les commentaires

MOI JE DIS BRAVO....

Publié le par Miss Comédie

… aux directeurs de théâtre qui lisent les pièces que les jeunes auteurs leur envoient.
Oui parce que les directeurs de théâtre vous disent « on manque de jeunes auteur,  nous cherchons à promouvoir le théâtre contemporain… » tu parles Charles, ils ont la trouille de monter du théâtre contemporain.   Si, dans le théâtre public, on leur donne de quoi monter des auteurs inconnus et sans têtes d’afficher.  Si la pièce ne marche pas on passe à une autre.
Mais dans le privé ?   Qui viendra rembourser le cachet des vedettes, le prix des décors, le fonctionnement du théâtre si les fauteuils restent vides ?  Alors évidemment dans le privé on préfère la sécurité d’un bon auteur qui a fait ses preuves.  Il faut remplir, voyez-vous.
Pourtant je vais leur répondre, moi, qu’ils pourraient donner leur chance à un jeune auteur en faisant jouer sa pièce par des acteurs bankables, et le tour serait joué (aussi) !
Mais pour ça, il faudrait qu’ils lisent les pièces qu’on leur envoie.
J’ai écrit cinq pièces de théâtre, dont celle que vous lisez aujourd’hui, et j’ai envoyé le manuscrit à quelques directeurs de salle.  Un seul m’a répondu, c’est Frédéric Franck du théâtre de la Madeleine.  Mon manuscrit lui était recommandé par  Micheline Rozan, une amie commune.
Les autres ne m’ont même pas accusé réception.
Je dis bravo  à Frédéric Franck - même s’il n’a pas voulu de ma pièce.

Voir les commentaires

SOUVENIRS MILLESIMES

Publié le par Miss Comédie

(En fait c’est un souvenir parce que je l’ai beaucoup pratiqué, mais le rite est toujours et plus que jamais en vigueur au théâtre !)

Après une représentation, il faut passer par la case « félicitations dans les loges ».
C’est un calvaire aussi bien du côté des loges que du côté des spectateurs.
Deux cas de figure :  ou bien la pièce a été un succès, et il y a la queue à la porte de chaque comédien pour une surenchère de flatteries exagérées auxquelles l’acteur doit répondre par le même  merci avec sourire modeste répété  indéfiniment.
Ou bien c’est un four, et ceux qui ont eu le courage de monter ne savent plus quoi inventer pour transformer leur déception en éloges.  L’acteur, lui, n’est pas dupe et encaisse avec un « merci » sans sourire.
Conclusion, ces démonstrations qui sont devenues un passage obligé sous peine de grave lèse-protocole, sont comme les condoléances à un enterrement : un sommet d’ennui pour les deux camps.

________________________________________
 


 

Voir les commentaires

LA REPLIQUE QUI M'ENCHANTE

Publié le par Miss Comédie

Le monde a soif d’amour, tu viendras l’apaiser.
Arthur Rimbaud

Oui, Vanessa, c'est ce que t'a dit Johnny  pour te convaincre, peut-être, et vous allez devenir les nouveaux archétypes du bonheur !   A demain les tourtereaux, lots of love.
Miss Comédie

Voir les commentaires

PETIT LEVER DE RIDEAU

Publié le par Miss Comédie

Bonjour !  Vous saviez qu'il existait un saint Roméo?  Et bien c'est aujourd'hui. Il méritait bien sa canonisation, celui-là.
Vous voici de nouveau dans ce bar où YANN et CHRIS se retrouvent encore une fois pour confronter leurs idées de
scénario.  Aujourd'hui, YANN  a une idée lumineuse pour le rôle de ROSE et pour l'instant, CHRIS se montre très
coopératif.  Pour l'instant seulement...

Voir les commentaires

ROSE AUTOUR DE MINUIT - Scène 44

Publié le par Miss Comédie

Un  rôle en or.....

(Scène X  de la version originale)-
Résumé des épisodes précédents :
Dans  ce bar tranquille où ils ont choisi de se retrouver une fois par semaine pour travailler à leur prochain scénario, YANN et CHRIS découvrent que l’intrigue de leur film est peut-être là,  sur l’estrade des musiciens.
Mais leurs deux héros, ROSE  la chanteuse et NAT le pianiste, ne se laissent pas si facilement apprivoiser.
Tout en essayant de percer leur secret  ils s’éloignent peu à peu l’un de l’autre, entraînés chacun par leurs propres rêves.
   
Le bar de jour. Le barman est déjà là et s’active derrière le bar.
YANN et CHRIS sont assis à leur table.


CHRIS
Tu voulais me voir ?  Ca ne pouvait pas attendre ce soir ?

YANN
Non, parce que je pense sans arrêt à notre histoire. J’ai beaucoup aimé ce que tu as écrit depuis l’autre soir.  Le film prend forme. L’intrigue se déroule bien. Il  m’est venu une idée.

CHRIS
Je t’écoute.

YANN
La scène où Rose auditionne pour le patron du bar, à La Nouvelle Orléans.

CHRIS
Oui ?

YANN
Tu pourrais me la réécrire ?

CHRIS
Bien sûr, je peux tout réécrire.

YANN
Voilà.  Je voudrais que tout à coup, elle mette tout sur la table.

CHRIS
...

YANN
Oui, je m’explique.  Elle, que l’on croyait réservée, presque coincée, juste bonne à taper à la machine et à tâter de l’espionnage pour se faire du fric...

CHRIS
Oui ? C’est-à-dire pas vraiment nette, mais le contraire d’une exhibitionniste, c’est ça ?

YANN
C’est ça. Et bien lorsqu’il s’agit de décrocher ce contrat de chanteuse dans le bar,  on la découvre sous un autre jour.

CHRIS
Racoleuse ?

YANN
Non !  Pas racoleuse du tout !

CHRIS
Alors ?

YANN
L’étoffe d’une vraie bête de cabaret !

CHRIS
Elle se met à danser ?

YANN
Elle s’empare du micro et elle fait un véritable show.  Claquettes, tout !

CHRIS le regarde tout en réfléchissant.

YANN
Voilà.  Vas-y, fonce là-dessus, vieux.

CHRIS, tout en feuilletant le manuscrit
C’est ce qui va la mener à la gloire...

YANN
... et ce qui va mener le couple à sa perte.

(A  suivre)

Voir les commentaires

MOI JE DIS BRAVO....

Publié le par Miss Comédie


…. à  une voix angélique qui nous plonge dans le ravissement,  celle de Philippe JAROUSSKY.
Je suis sûre que vous êtes comme moi, yeux fermés et des frissons partout quand il chante cet aria de Vivaldi que nous ne connaissions pas.
Je le découvre comme un Invité claissique ordinaire dans l’émission de Olivier Belamy, et je l’entends parler des choses de la vie d’une voix virile et vibrante, je ne me doute pas de ce qu’il est, et puis on nous dit qu’il va chanter le prochain morceau programmé, et je m’attend à entendre un ténor et puis les premières notes s’élèvent et je suis scotchée dans mon fauteuil.
C’est un jeune homme comme vous et moi, plein d’humour et de malice, doté d’une culture musicale incroyable, et qui parle de lui-même comme d’un être binaire, aux deux facettes interchangeables dont l’une est un miracle de la nature qu’il a soigneusement cultivé pour nous rappeler les voix célestes.
Il chante avec une facilité et un plaisir qui enchantent l’auditoire, on ne sent pas l’effort, on monte avec lui à des hauteurs vertigineuses, on voit son visage inspiré et son corps de jeune homme en costume noir.
Pour moi,  c’est une révélation mais si vous allez l’écouter sur YOU TUBE, vous constaterez que depuis le 28 Février 2007 jour  des Victoires de la Musique  où il a été élu meilleur artiste lyrique de l’année, sa video a été regardée par 599605 fans …

Voir les commentaires

SOUVENIRS MILLESIMES

Publié le par Miss Comédie


LE RANTOME DE LA LIBERTE   (suite et fin)

L’assistant est revenu avec un papier à la main. Il me l’a tendu.
« Voilà, Bunuel t’a écrit une dictée. Tu n’as même pas besoin de l’apprendre par coeur, tu la liras aux élèves.
Sur le papier, griffonné à la hâte, il y avait quelques lignes qui me parurent aussi belles qu’un poème de Rimbaud.
« Ce fleuve dont les eaux passent devant nos yeux le long des rives immobiles qui retiennent sa fuite, le verrons-nous revenir ? »
J’ai lu ce texte à haute voix devant mes trois partenaires.
Pascale Audret a soupiré sans mot dire, Agnès Capri a eu un sourire entendu.  Jean Rochefort m’a lancé « C’est de l’extra-dry ».
Inutile de dire que lorsqu’il s’est agi de jouer la scène, je n’ai pas mâché mes mots, je les ai distillés comme du nectar.
Si vous regardez le DVD vous n’en entendrez que la moitié, hélas. Ils ont une manie, au cinéma, c’est couper au

Voir les commentaires

LA REPLIQUE QUI M'ENCHANTE

Publié le par Miss Comédie

Et le désir s’accroit quand l’effet se recule
RACINE  (Polyeucte).

Moi je dirais plutôt "quand l'objet se recule", c'est la carotte, quoi, comme pour YANN qui rêve de ROSE
car elle paraît inaccessible.
A demain, mes très chers.
Miss  Comédie.

Voir les commentaires

PETIT LEVER DE RIDEAU

Publié le par Miss Comédie

Bonjour !   C'est Mardi Gras.  On va croiser des petites fées et des Zorro tout excités dans les rues, ça surprend quand on est pas très attentif au calendrier.  C'est aussi la période des carnavals par exemple celui de Dunkerque qui, je vous l'assure, est hallucinant.  J'ai vu des images du maire à son balcon, jetant des harengs à la foule qui se bat pour les attraper et les manger dans une atmosphère fantasmagorique. On se croit dans un film susr le Moyen-Age.
Bref.  Ce sont les bons vieux rites de notre beau pays.
Ici au théâtre, c'est beaucoup plus calme aujourd'hui, CHRIS est sous électrochoc. Il prend conscience de sa détresse
sous le regard indifférent des amoureux.  Sortez vos mouchoirs.

Voir les commentaires

ROSE AUTOUR DE MINUIT - Scène 43

Publié le par Miss Comédie

Chris  KO...


CHRIS
Qu’est-ce que vous cherchez à faire ?

ROSE
A vous sauver.

Il y a un silence.  CHRIS se laisse tomber sur une chaise et semble soudain très las.  On sent que ROSE a visé juste.

CHRIS, en petits bouts de phrases débités comme à regret
Oh...  Pourquoi me dites-vous tout cela. Je me suis si souvent demandé... Ne croyez pas que je ne me sois jamais demandé... pourquoi je continuais... à me laisser dépouiller... J’aime écrire, voyez-vous.  Mais le pire, sachez-le, n’est pas de voir le succès attribué à un autre, non...  Le nom sur l’affiche, c’est pure vanité, vous savez... Non... Le pire... C’est de voir ma feuille raturée, mes mots bafoués, rayés, remplacés par des mots médiocres, mes personnages trahis, compromis...  et ensuite, devoir signer de mon nom une oeuvre qui n’est plus la mienne...
(Il relève la tête et les regarde, et soudain son attitude change, il devient combatif et se lève)
Mais tout cela peut changer.  Laissez-moi écrire un scénario en béton, du genre que les producteurs s’arrachent, vous savez pas ça, vous n’êtes pas initiés, vous ne savez pas qu’il existe des scénaristes illustrissimes, mais oui, devant qui les réalisateurs se traînent à genoux pour qu’ils leur écrive une belle histoire, ça existe, ça, vous savez ?  Et l’ultime gloire d’un scénariste, c’est qu’on ne parle pas de lui dans les potins mondains ! 
(Pointant le doigt vers ROSE)
Avant de faire étalage de vos idées reçues vous devriez vous renseigner sur les réalités de notre métier, espèce de...

Entre le barman.  Il allume les lumières et considère les trois personnages avec curiosité.  Mais il ne dit rien et passe derrière le bar.  On entend les premières notes de Billie Holliday chantant “My solitude”, en sourdine.

ROSE
Bon, écoutez, vos réalités nous on s’en fout.
(Elle va vers NAT et lui met les bras autour du cou.)  On va se détendre, dans les loges  ?

NAT, fondant
Tu es fatiguée ?

ROSE
Un peu...

Ils sortent enlacés, par le fond, côté estrade.  CHRIS se lève et d’un pas lourd va vers le bar.

CHRIS, au barman
Ils s’aiment.  Donnez-moi un double scotch.

LE BARMAN, sobre
Tout de suite, monsieur. Mais  il y a loin de la coupe aux lèvres...

(A suivre)

Voir les commentaires

MOI JE DIS BRAVO....

Publié le par Miss Comédie

…..  à l’Institut LUMIERE à LYON, pour sa vocation de cinémathèque  qui nous invite à redécouvrir des chefs-d’œuvre oubliés ou jamais vus, dans une salle immense aux fauteuils confortables, chacun portant sa plaque de cuivre gravée du nom d’une star.
Ce soir j’ai vu LES TONTONS FLINGUEURS, de Georges LAUTNER, avec une brochette  d’acteurs uniques  : Lino VENTURA, Bernard  BLIER, Francis BLANCHE, Jean LEFEBVRE,  Paul MERCEY et j’en oublie.  Tous, absolument fantastiques dans la démonstration de leur pouvoir comique.   Ils ne font rien.  Ils ne jouent pas, ne grimacent pas, n’en rajoutent pas, ils ne sourient même pas, à peine, mais leur vue provoque le rire le plus fou qui soit.
Il y a une scène où ils dégustent un certain scotch hors d’âge, tous les quatre assis autour d’une table de cuisine, et la première gorgée de chacun est un morceau d’anthologie. Les dialogues d’Audiard sont la pincée de sel dans leur bouche : « c’est du brutal. »
Ou bien « Laisse tomber cent sacs pour le toubib ».
C’est du noir et blanc haut en couleurs, je vous le dis.  On sort de là tout guilleret, le sourire bloqué sur les lèvres, mais au fond un peu tristes qu’ils soient tous morts.


Voir les commentaires

SOUVENIRS MILLESIMES

Publié le par Miss Comédie

LE FANTÔME DE LA LIBERTE   (suite)
Il m’a prise par le bras et m’a dit « On va àux costumes » et nous avons suivi un couloir qui menait à une immense salle parcourue par des rangée de cintres chargés de costumes.  Il y avait des panneaux (historique - années folles - musicals.  Certains costumes portaient une étiquette avec un nom d’acteur et le titre du film.
On m’a choisi une veste en tricot marquée « Bulle Ogier » et on m’a dit de garder ma jupe, elle était très bien mais il fallait une veste beige.
Incidemment, en allant ensuite au maquillage, j’ai demandé à l’assistant :
« Qu’est-ce que je dois jouer ?
Il m’a regardée :
-  Tu ne sais pas ?  La maîtresse d’école.  Tu es dans la classe et tu lis une dictée à des petites filles.
-  Ah. 
Je réfléchis.
-  Et la dictée ?
- Quoi la dictée ?
-  Et ben, où elle est ?
L’assistat s’est arrêté net de marcher.
-  Oui, bonne question.  Je vais voir don Luis.
La suite est un grand millésime... vous la lirez demain.


 

Voir les commentaires

LA REPLIQUE QUI M'ENCHANTE

Publié le par Miss Comédie

Toute l’invention consiste à faire quelque chose de rien.
(Racine)

Et ce rien de la toile blanche, des gens comme Matisse en font des ponts d'or...
A demain, amoureux fidèles et infidèles du théâtre.
Miss Comédie

Voir les commentaires

PETIT LEVER DE RIDEAU

Publié le par Miss Comédie

Bonjour !   Huit Oscars pour SLUMDOG MILLIONNAIRE, dont celui du meilleur film !  Comme quoi l'industrie cinématographique a ses mystères, toujours insondables.  Un film qui a failli ne pas être distribué ! Sans gros budget, sans vedettes, juste une histoire genre conte de fée dans un décor où la misère fait claquer des dents...
Les foules ont toujours adoré les extrêmes, il faut rêver mais en même temps avoir peur, et puis le succès d'un film tient aussi à quelque petit souffle d'air venu d'on ne sait où et qui fait exploser les statistiques...
Et bien, ça rassure, ce genre de surprise, on se dit que peut-être tout n'est pas arrangé d'avance, hein ?
Mais revenons au théâtre : dans cette scène de ROSE AUTOUR DE MINUIT, le  scénariste est mis en position de grande faiblesse face au  couple d'amoureux qu'il a surpris dans leurs épanchements...

Voir les commentaires

ROSE AUTOUR DE MINUIT - Scène 42

Publié le par Miss Comédie

Deux contre un…


CHRIS
Vous m’avez bien eu.  Cette deuxième version est meilleure que la première.  Quelle belle histoire !  Je me demande si j’aurais pu l’inventer.

NAT se précipite vers lui et le saisit par le col.

NAT
Salaud !  Casse-toi.  Sors d’ici ou je te bute.  Bon dieu, j’ai envie de te tuer.

ROSE, s’interposant
Laisse-le.  On va s’expliquer.

NAT, hors de lui
Il n’a rien à expliquer.  C’est une ordure. Un bouffeur de vie privée, un paparazzi, un débile du cerveau, incapable d’écrire une histoire à lui, un prédateur, un monstre !

CHRIS
Je vous ai déjà dit que vous n’avez rien à voir avec notre film.  Rien...

NAT, id
Essaie un peu de parler de nous dans ton film.  Les dommages et intérêts, tu vas savoir ce que c’est  !  Et mon poing sur la gueule en supplément !  Ah tu croyais pouvoir te servir de nous, comme ça....

ROSE
Arrête, c’est un pauvre pigeon comme nous.

La phrase tombe comme une pierre et les deux hommes se figent, attendant la suite.

ROSE, calmement
Mais oui, c’est un scénariste. (voyant qu’ils ne réagissaient pas) Un scé-na-riste !  La profession pigeon par excellence ! 

CHRIS
Bon. Alors là, je ne vous permets pas.  Je vous ai agressée, moi ?

ROSE
Je ne vous agresse pas, je vous plains.  Je suis sincère.  A quoi servira votre histoire, si vous arrivez à l’écrire ?

CHRIS
A faire le sujet d’un film.

ROSE, éclate de rire
Ah oui ?   Le sujet du film, c’est le metteur en scène qui le trouve et qui le filme.  Accessoirement, il vous appelle pour la syntaxe.  Et au final, qui est-ce qui gagne le gros lot ?  Le metteur en scène.  Qui est-ce qu’on voit dans les journaux, sur les affiches, dans les critiques ?  Le réalisateur.  (Mutine :) C’est le même.  (A Nat)  Tu peux me citer un nom de scénariste ?

NAT
....
ROSE
Vous voyez... Rien.  Vous n’êtes rien.  Vous êtes un larbin.  Nous, encore, nous sommes des êtres de fiction, il nous suffit d’exister, nous n’avons rien à faire d’autre.  C’est noble.  Vous, vous êtes une ombre laborieuse, rien de plus.
(à suivre)

Voir les commentaires

MOI JE DIS BRAVO....

Publié le par Miss Comédie

…..aux acteurs qui dansent dans les films !   Vendredi je vous parlais de Patrick CHESNAY et Pierre ARDITI
dansant un rock endiablé dans le film « LE CODE A CHANGE » de Danielle THOMPSON.
Ca me rappelle d’autres morceaux de bravoure, des scènes dansées par des acteurs en plein délire, comma ça, sur une impulsion subite semble-t-il, mais d’une façon inoubliable.
C’est Jean Rochefort dansant sur une musique berbère dans LE MARI DE LA COIFFEUSE, de Patrice LECONTE.  Epoustouflant !
C’est Nathalie BAYE se lançant avec la frénésie du désespoir dans une improvisation échevelée, magnifique, dans le film de Noémie LVOVSKY  « LES SENTIMENTS ».
C’est Fabrice LUCHINI complètement décomplexé par l’amour, nous faisant  un numéro à la Fred Astaire de plus de trois minutes inouïes, dans « CONFIDENCES TROP INTIMES » de Patrice LECONTE.
Il y a aussi Emmanuelle SEIGNER, (tiens, elle est aussi dans LE CODE A CHANGE, elle est épatante) qui fait une danse des sept voiles dans LUNE DE FIEL de Roman  POLANSKI.
Je suis sûre qu’il y en a d’autres.  Mais ceux-là on est pas près de les oublier.

Voir les commentaires

SOUVENIRS MILLESIMES

Publié le par Miss Comédie

Dans le film de Bunuel LE  FANTÔME DE LA LIBERTE, je l’ai dit, j’étais dans le sketch de La Petite Fille disparue.  On ne m’avait pas donné de brochure, je n’avais donc rien à dire. logiquement, mais dans ce film on ne disait rien à personne, aucune indication de jeu, rien. Bunuel surveillait les prises depuis son fauteuil roulant devant un videoscope et c’est l’assistant qui réglait les places.  Tout était une question de place. Il y avait des marques à la craie sur le sol pour chaque comédien, départ - fin- stop. Il faut pas croire, tourner avec Bunuel n’avait rien de glorifiant. Même des acteur connus comme Rochefort ou Pascale Audret étaient traités comme des figurants. Il ne savait pas nos noms. Il ne devait connaître aucun nom de comédien à part peut-être celui de Jeanne Moreau qui ne tournait pas dans ce film.  Il parlait aux stars, seulement aux stars. Les autres avaient à faire avec l’assistant.

Nous ne savions pas exactement  ce qui se passait dans cette  scène.  Rochefort devait avoir une idée, il avait un script avec ses répliques marquées en rouge.
Mais moi j’avais rien, je ne savais pas ce que j’allais jouer - et visiblement,  Pascale Audret et Agnès Capri non plus.  On attendait l’assistant.
A un moment il est apparu et nous a considérés l’un après l’autre.
« Vous, monsieur Rochefort, vous tournez avec votre costume, n’est-ce pas ?
- C’est ce qu’on m’a dit. Costume sombre.
- OK.  Vous deux, (Pascale Audret et Agnès Capri) ça va…   Mais vous, (moi) vous devez être neutre. Il faut du beige, là.  La jupe ça va, mais la veste non.
J’avais mis une veste rouge.  J’ai eu la trouille qu’il me vire mais non.  Je vous raconte demain la suite de l’histoire parce que ça fait long.

Voir les commentaires

LA REPLIQUE QUI M'ENCHANTE

Publié le par Miss Comédie

Dans l'ETRANGE HISTOIRE DE BENJAMIN BUTTON :
Benjamin
M’aimeras-tu encore quand tu devras changer mes couches ?
Daisy
Tu sais, nous porterons tous à nouveau des couches !

En attendant ce jour funeste, je vous dis à demain, et ne vous inquiétez pas si je vous parle beaucoup de cinéma en ce moment, je reviendrai bientôt au théâtre, c'est ma vie !
Miss Comédie

Voir les commentaires

PETIT LEVER DE RIDEAU

Publié le par Miss Comédie

Bonjour les amoureux !   C'est aujourd'hui qu'enfin ils vont se déclarer. ROSE et NAT arrêtent leur petit jeu de faux-fuyants et se tombent dans les bras.  Vous croyez que c'est une fin heureuse ?  Ah s'il n'y avait pas
  ces faiseurs d'histoires qui veulent à tout prix en faire des héros de cinéma... Leur amour est en danger, vous
verrez.

Bon, à part ça, l'anti-cyclone est toujours au-dessus de nous et ça donne des envies de printemps...

Voir les commentaires

ROSE AUTOUR DE MINUIT - Scène 41

Publié le par Miss Comédie


Love, love, love…


ROSE
La vie, oui, d’un mari et d’une femme -  ou même d’un couple comme ça, vivant ensemble continuellement…
(elle a une expression de dégoût)
jour et nuit, nuit et jour....  Où est la magie ?

NAT, soudain intéressé
La magie ? ...

ROSE va se placer derrière lui et pose ses mains sur ses épaules.

A ce moment, entre CHRIS qui, apercevant les deux personnages, reste en retrait dans un coin d’ombre et assiste à la suite du dialogue sans qu’ils le voient.

ROSE, d’une voix assourdie par l’émotion, soudain transformée, humaine
Je partage avec toi ce que j’ai de meilleur.

NAT
Avec moi !....Mais tu ne me connais pas.  Que suis-je pour toi...

ROSE
Tu es celui qui rend tout possible.

NAT
De loin ?

ROSE
Il faut être loin, pour avoir envie de se rapprocher.

(Ils restent un moment silencieux, immobiles.)

Depuis que le patron de ce bar m’a engagée pour être ta partenaire,  je vis pour ces quelques heures que nous passons ici, toi et moi, dans la musique.

I ROSE s’éloigne doucement de lui et se tient droite, les yeux fermés, lui tournant le dos.

ROSE
C’est une déclaration.  Mais autre chose que la tienne.

NAT se lève, va vers elle et l’oblige à le regarder en face. Ils se contemplent  pendant quelques secondes.  Puis il l’enlace et la serre contre lui. Il faut qu’on sente que c’est la première fois.

Le couple reste ainsi sans bouger et les répliques suivantes sont dites sans se regarder, par-dessus l’épaule de l’autre.

NAT
Moi, mon bonheur serait de tout partager, toi quelques heures te suffisent. 

ROSE
Autour de minuit, le temps s’arrête.  Ce sont les plus belles heures. Je t’épargne le pire, pour te donner le meilleur.

NAT
Il faut que je réfléchisse à ma chance.  Tu me donnes quelques jours ?

Elle rit et s’écarte de lui.

C’est à ce moment qu’ils découvrent CHRIS, qui est sorti de l’ombre et s’est avancé vers eux.  Ils restent figés
(A suivre)

Voir les commentaires

MOI JE DIS BRAVO....

Publié le par Miss Comédie

..... au duo ARDITI-CHESNAY  dans le film de DANIELE THOMPSON "LE CODE  A CHANGE".
Ca va de l'émotion la plus troublante, comme s'ils étaient en pleine improvisation, soudés par la constatation
d'un parcours achevé, d'une vieillesse ennemie, tout en écoutant l'un de leurs tubes de jeunesse, reflet absolu de la nostalgie universelle : LES PLATTERS.
Et ça tourne à la scène d'anthologie quand ils se lancent dans un rock effréné à deux toujours sur une musique des années 60, interrompu par l'arrivée de la fille de l'un qui est aussi la fiancée de l'autre...
Ils forment dans ce film un duo un peu à part, un peu absent, comme soustrait à l'ambiance survoltée qui règne dans ce diner puisqu'ils ont atteint un âge où l'idéal ne représente plus grand-chose.

Voir les commentaires

SOUVENIRS MILLESIMES

Publié le par Miss Comédie

Il y a  quelque chose dans une pièce de théâtre qui compte autant que le décor, la lumière et le jeu des acteurs : ce sont les saluts.
Oui, les saluts !  Tous les metteurs en scène n’en font pas un morceau de bravoure, comme l’a fait Jean-Louis Thamin  pour Les Fourberies de Scapin on répétait les saluts comme  on répétait les scènes, au millimètre. 
Ca donnait un final  chorégraphié sur une musique sicilienne, ce devait être superbe à voir, nous formions  un défilé dansant qui faisait  halte devant le public puis repartait en coulisses pour revenir faire encore quelques figures et dans mon souvenir il n’y avait pas de distinction de rôles, chacun à  son tour se détachait du groupe et venait saluer seul, très rapidement, avant de reprendre sa place dans la ronde. C’était étudié pour durer le temps des applaudissements,  les figures se reproduisaient à l’infini.
Ce perfectionnisme m’a marquée.  Depuis, chaque fois que j’assiste à une pièce de théâtre, j’attends les saluts avec impatience.  Est-ce qu’ils signeront une œuvre parfaite ?  c’est souvent non, hélas. Les comédiens arrivent en trombe du fond du plateau, ils se mettent en ligne en se donnant la main,  ils respectent la préséance des rôles principaux à qui ils laissent les places du centre, et ils se cassent en deux en cadence, ils repartent en courant vers les coulisses, et ils ressortent dans un ordre différent, en riant et se poussant, c’est un beau désordre..
Les saluts les plus chiadés font revenir les comédiens deux par deux en commençant par les moins importants, pour laisser le triomphe aux deux derniers qui plongent en révérence avec plus ou moins de grâce mais toujours une vraie allégresse, même s’ils ont été médiocrement applaudis.  Ouf, la pièce est finie.

Voir les commentaires

LA REPLIQUE QUI M'ENCHANTE

Publié le par Miss Comédie

Les âmes se rencontrent sur les lèvres des amants.
(Shelley)

A lundi les amoureux, pour la révélation d'un nouveau talent de ROSE...
MISS COMEDIE.




Voir les commentaires

PETIT LEVER DE RIDEAU

Publié le par Miss Comédie

Bonjour !  Le soleil est au rendez-vous pour illuminer la scène d'amour entre ROSE la chanteuse et NAT le pianiste, son pianiste... Il trouve enfin le courage de lui dire, d'une façon détournée mais si éloquente, qu'il voudrait bien que la nuit ne s'arrête jamais...

Voir les commentaires

ROSE AUTOUR DE MINUIT - Scène 40

Publié le par Miss Comédie

La déclaration de NAT.

ROSE
Lui ne te demandait rien, que je sache !  Leur histoire, ils peuvent l’écrire sans qu’on leur dise un mot !  Qu’est-ce que tu es allé t’impliquer là-dedans ?
Et m’impliquer par la même occasion ?

NAT, sans la regarder
J’aime l’idée que nous soyons impliqués, toi et moi, dans quelque chose.

ROSE, esquissant un sourire
Ah oui ?

NAT
Oui.

ROSE
Je me demande pourquoi.

NAT, très ému et la gorge serrée
Pourquoi... ?
(Il respire un grand coup)
Je bénis ces mecs. Je les adore. Pourquoi ? Parceque tout d’un coup, j’y vois clair. ils me montrent le chemin.

ROSE, la voix tremblante
Quel chemin ?

NAT
Ils me donnent les moyens de briser le mur.

ROSE
Quel mur ? Parle, parle...

NAT, enflammé
Ce mur qui nous sépare, toi et moi. quand le jour arrive et que tu as fini de chanter sur mes notes de musique, et que tu t’en vas. Et que je me mets à attendre, attendre, seul, perdu, attendre le soir qui te ramènera.

ROSE, sans le regarder, dans un souffle
Tu es perdu ?

NAT, sur sa lancée, enchaîne
Ils écrivent une histoire sur nous... Tu te rends compte ?  L’aubaine ?  Je leur dis ce que je veux : tu es ma femme... ma femme...
(Il se tourne vers elle)
 Oh, Rose, c’est très difficile. Tu m’as poussé à bout, je n’aurais pas dû te dire...

ROSE l'a écouté sans manifester d’émotion. Elle se lève et face à la scène :
ROSE
C’est une déclaration ?

NAT, implorant
Pourquoi sommes-nous si proches dans ce bar, le soir, et pourquoi devenons-nous deux étrangers lorsque le jour se lève ?

ROSE
Tu ne réfléchis à rien.  Tu ne connais donc pas la vie ?

NAT
Quoi, la vie, quoi la vie ?

'À suivre)

Voir les commentaires

SOUVENIRS MILLESIMES

Publié le par Miss Comédie

Moi qui étais faite pour la comédie, j’ai quand même joué CINNA au Théâtre de la Commune d’Aubervilliers, mis en scène par Pierre Vielhescase.
Bon, c’était encore le rôle d’une confidente, les confidentes sont dans les tragédies ce que les soubrettes sont dans les comédies.
Je m’appelais Fulvie et j’essayais de faire entendre raison à cette exaltée d’ Emilie qui voulait à tout prix que CINNA tue AUGUSTE.
J’avais un texte d’une gravité  profonde, presque abyssale, et je me demande encore
par quel miracle le public n’a pas explosé de rire à chacune de mes interventions. 
Par exemple, je devais dire à Emilie, avec une mine de circonstance :
« …. Mais encore une fois, souffrez que je vous die
« Qu’une si juste ardeur devrait être attiédie ;
« Auguste chaque jour, à force de bienfaits,
« Semble assez réparer les maux qu’il vous a faits ;
« Sa faveur envers vous paraît si déclarée
« Que vous êtes chez lui la plus considérée
« Et que des courtisans parfois les plus heureux
« Vous pressent à genoux de lui parler pour eux."
C’est un rôle pour une confidente sexagénaire! !Heureusement le rôle de Fulvie se borne à une scène parlée, le reste du temps elle se contente de suivre Emilie sans mot dire.
Si j’avais eu une scène avec Cinna ou Maxime, qui étaient joués respectivement par Gérard Ortega et Alexandre Arcady, deux parfaits déconneurs, ça aurait tourné au fou rire chaque soir.
C’est drôle, je ne me souviens pas des autres :
qui jouait Emilie ? Mystère. Auguste ? Mystère.
Si : Jacqueline Jefford jouait l’impératrice Livie.
Avec elle comme avec le duo Ortega-Arcady, j’ai passé des moments  fugaces mais assez loufoques, hors théâtre.

Voir les commentaires

LA REPLIQUE QUI M'ENCHANTE

Publié le par Miss Comédie

Apprends à te connaître et descend en toi-même. 
(CORNEILLE   - Cinna)

C'est pour ça que je n'ai plus jamais joué de tragédies classiques...
A demain, mes fidèles, portez-vous bien !
Miss Comédie.

Voir les commentaires

PETIT LEVER DE RIDEAU

Publié le par Miss Comédie

Bonjour !  Ste Bernadette, faites quelque chose pour les Antilles !  Je sais, je suis hors sujet mais ça me fend
le coeur.  Ensuite, j'aime pas Février. Je n'ai pas trouvé de photos pour égayer la page d'aujourd'hui.
Mon bloc-notes est toujours bloqué sur mon bouquin. Je constate un manque notoire de commentaires sur mon blog.
Et dans la scène 39 de ROSE AUTOUR DE MINUIT, ROSE a pris un look rock star et NAT perd le contrôle.
Ca va nous mener où, tout ça ?

Voir les commentaires

ROSE AUTOUR DE MINUIT - Scène 39

Publié le par Miss Comédie

Scène IX  de la version originale.


Le bar de jour.  NAT est seul, assis à une table, l’air abattu.  Il est vêtu pour la première fois d’un smoking blanc.  Il regarde sa montre comme s’il attendait quelqu’un.
Entre ROSE.  Elle est méconnaissable, vêtue d’un jean délavé, de baskets aux lacets défaits, d’un petit pull trop court sur lequel elle a jeté un blouson de garçon.  Ses cheveux sont défaits.  Elle se dirige droit vers la table du pianiste, écarte un fauteuil et s’assied en face de lui.

ROSE
Il arrive à quelle heure ?

NAT
Qui, le barman ?  Oh... vers huit heures.

ROSE
Nous avons un peu de temps devant nous.

NAT, très guindé, évitant de la regarder
Mais qu’est-ce qui se passe ? Je ne te vois jamais dans les parages à cette heure-ci...   Tu t’es engueulée avec ton mec ?

ROSE
Non... (réagissant soudain et sur un ton anodin comme entre parenthèses) Qu’est-ce qui te fait croire que j’ai un mec... J’avais des choses à voir avec toi.

NAT, tics nerveux
Ca a à voir avec le boulot ?

ROSE
Non, pas vraiment.  Ca a à voir avec les deux mecs qui traînent dans ce bar, soi-disant pour écrire un scénario de film.

NAT
Àh !  Oh, tu sais, moi... Je n’en sais pas plus que toi.

ROSE
Avec ce que tu sais et avec ce que moi je sais, on va peut-être en savoir plus.

NAT
Quel intérêt ?

ROSE, penchée vers lui et le scrutant
Pourquoi tu fais croire à ce type que je suis ta femme ?
NAT, secoué de tics
....
ROSE
Explique.

NAT
C’est pour le mener en bateau.

ROSE
Arrête !  Qu’est-ce que ça peut lui faire à lui, que je sois ou non ta femme ?

NAT, bredouillant
C’est pour... brouiller les pistes... 

ROSE
Quelles pistes ? 

NAT
Parce qu’ils n’ont pas besoin de savoir la vérité !

(à suivre)


Voir les commentaires

MOI JE DIS BRAVO....

Publié le par Miss Comédie

…… du bout des lèvres au film de Maiween qui nous montre le vrai ( ?) visage de quelques actrices un peu connues.
Quel intérêt de savoir que ces filles qui peuvent être géniales dès qu’on leur donne un rôle, sont dans la « vraie vie » des chochottes capricieuses, jalouses et aigries dont l’ego est aussi gros que le Ritz (elles en ont plein la bouche de leur ego) ?
Les quelques minutes de vérité qui révèlent de vraies natures, ne sauvent pas le film de l’autodérision stérile. Il y a Charlotte Rampling, bien sûr, toujours impeccable mais pas très émouvante, il y a Romane Bohringer, oui d’accord, il y a surtout Muriel Robin qui a la vocation d’une tragédienne n’en déplaise à cet Auguste Jacques Weber (Auguste, c’est l’un des deux clowns, celui qui n’est pas blanc).
C’est ordurier comme langage, mais ça c’est la mode.  Ces jeunes filles ont l’injure au bord des lèvres entre deux castings.
Un docu  réservé aux professionnels qui se régalent de ce strip tease entre amis.  Moi j’ai pas aimé mais vous pouvez me donner des arguments pour me faire revoir ma copie.
_____________________________________________

Voir les commentaires

<< < 10 20 21 22 23 24 > >>