Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus :« Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux diners en ville car c’est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité, jouez la comédie. » Jean-Luc Godard :« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras :« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

SOUVENIRS MILLESIMES


LE RANTOME DE LA LIBERTE   (suite et fin)

L’assistant est revenu avec un papier à la main. Il me l’a tendu.
« Voilà, Bunuel t’a écrit une dictée. Tu n’as même pas besoin de l’apprendre par coeur, tu la liras aux élèves.
Sur le papier, griffonné à la hâte, il y avait quelques lignes qui me parurent aussi belles qu’un poème de Rimbaud.
« Ce fleuve dont les eaux passent devant nos yeux le long des rives immobiles qui retiennent sa fuite, le verrons-nous revenir ? »
J’ai lu ce texte à haute voix devant mes trois partenaires.
Pascale Audret a soupiré sans mot dire, Agnès Capri a eu un sourire entendu.  Jean Rochefort m’a lancé « C’est de l’extra-dry ».
Inutile de dire que lorsqu’il s’est agi de jouer la scène, je n’ai pas mâché mes mots, je les ai distillés comme du nectar.
Si vous regardez le DVD vous n’en entendrez que la moitié, hélas. Ils ont une manie, au cinéma, c’est couper au
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article