Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mars 2018 4 15 /03 /mars /2018 17:20
DOGORA, OUVRONS LES YEUX

        Vous revenez souvent du cinéma déçu par un film médiocre.  Au moins il ne vous laissera aucun souvenir.

Restez chez vous et visionnez le DVD d’un film qui vous poursuivra longtemps.

Ce n’est pas un film comme les autres. 

 

Il  est  courant de faire un long-métrage qui raconte une histoire avec un début, un milieu et une fin, classé  comédie, drame ou film de genre.

Dans DOGORA, pas d’intrigue, pas dialogues. Juste une musique, des voix d’enfants qui  donnent le ton, joyeux ou sombre, de la vie des gens là-bas.

C’est comme un opéra mais il n’y a pas de diva, c’est le pays tout entier qui chante. Les paysages défilent avec les  personnages qui les animent, ce sont de vraies scènes de film.

On voit vivre ce monde si lointain, si différent, si beau.

 

Une petite fille revient de l’école avec son cartable, elle marche sur la berge d’un lac, les pieds dans l’eau,  en faisant jaillir des gerbes d’eau claire, elle rit.

 

On voit surtout des enfants, aux visages sublimes, des yeux immenses qui ne connaissent pas les mystères d’Internet... pas encore.    On en voit un, tout petit,  filmé  pendant une longue minute,  immobile, le regard perdu  dans on ne sait quel univers inconnu.  Le temps s’est arrêté.

 

Un chien traverse le champ, se retourne.  C’est  un figurant qui s’ignore.

On longe la rive d’un fleuve au crépuscule.  Assis sur la berge, ils sont trois à observer,  immobiles, le reflet du couchant sur l’eau calme.  Ce ne sont pas des acteurs, la caméra les a surpris dans leur méditation.

 

Ils sont tous à vélo, les Cambodgiens, ils vont au travail en groupes serrés, le visage sérieux ou hilare, un enfant sur le porte-bagage les cheveux au vent. Vont-ils tous travailler aux champs ? Ou à l’usine ?

 

Il y a des fêtes  qui ressemblent à celles de notre enfance, guirlandes, ballons, cris perçants, pétards...  A l’approche de la caméra on se fige un peu, les filles font les coquettes, elles sont belles à tomber, surtout une, onze-douze  ans, grand chapeau de paille, elle fait celle qui n’a rien vu..

 

Un immense atelier éclairé aux néons blancs.  A perte de vue,  des rangées  de tables supportant des machines à coudre. Des jeunes filles en blouses blanches  portant un masque blanc, les yeux rivés sur la pièce à piquer.   Les machines font un vacarme assourdissant.

Elles ne lèvent pas les yeux de leur travail. On devine qu’elles sont toutes belles derrière leur masque.

 

 

Ils dorment à même le sol, à l’ombre, ils sont fatigués, le travail aux champs  commence tôt, à l’aube. Leur sommeil est paisible, ils sont allongés ensemble, hommes, femmes, enfants.  On sent la chaleur, torride.

 

Il y a les images qui font mal , ce  n’est pas un film de propagande.

Il y a une manière de filmer la misère qui  ne répugne pas mais qui émeut.

Comment ne pas entrer à fond dans cet univers, pas besoin de paroles vaines, on a compris, tout est là et c’est aussi beau, émouvant  ou  poignant qu’une saga de fiction.

 

J’ai vu  DOGORA  maintes fois et chaque vision me remplit de joie et de cette espèce de sérénité qui se dégage de ce peuple.  Ils aiment leur vie de labeur, ils profitent de chaque instant de musique et de détente.  Ils savent qu’autour d’eux la misère guette, ils n’ont pas de révolte, le travail est leur seule règle de vie.

Et cette musique, comme un choeur  de spiritual profane.  L’idée géniale d’avoir fait de cet opéra d’Etienne Perruchon le ressort du film.

Inclassable, il fallait  ranger DOGORA dans une catégorie, et le plus simple était de le classer comme documentaire.   

C’était  passer à côté du film.  Pour moi,  c’est une très belle histoire,  celle  d’un homme qui a ouvert les yeux sur le Cambodge et qui, émerveillé, nous incite à faire de même.

 

Miss Comédie

Réponse de la photo-mystère : Faye Dunaway et Steve McQueen dans L'Affaire Thomas Crown. 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
23 janvier 2018 2 23 /01 /janvier /2018 18:41
LE  GRAND REX  FÊTE LES BRONZÉS

 

L’actualité me rattrape, les évènements se succèdent, gais ou tristes, moi pour l’instant j’en suis restée à la grande fête du Grand Rex pour les 40 ans des BRONZÉS... Mon coup de coeur. C’était le 17 janvier, pas si loin après tout.

 

Les BRONZÉS.  Et d’abord  qui a  trouvé ce titre, tout simple, pour ce film tout simple qui allait casser la baraque ?

Et comment se sont-ils rencontrés, Patrice Leconte le réalisateur et cette bande de comédiens qui faisaient les beaux soirs d’un café-théâtre de la rue des Lombards, le bien nommé Splendid ?

Il faut lire le livre  que Patrice Leconte a publié  sur ses coups de coeur professionnels de A  jusqu’à Z.

A la lettre B, vous trouverez tout sur les BRONZÉS.

 

 

Les Bronzés, c’est devenu un vocable générique, comme les ados ou les seniors, une oeuvre appartenant au patrimoine culturel national au même titre que les fables de la Fontaine.

Personne ne viendra vous demander « mais de qui est ce film, Les Bronzés ? »

 Au départ, c’est le résultat d’un  brain-storming inspiré entre les quatre caïds  du Splendid : Clavier, Lhermitte, Blanc et Jugnot, quatre ex du Lycée Saint-Jean à Neuilly qui brûlaient de se lancer dans le  cinoche.   Mais  c’est Patrice Leconte le réalisateur, responsable du phénomène « BRONZÉS » -   des deux films, et même les trois, puisqu’après LES BRONZÉS et LES BRONZÉS FONT DU SKI nous avons eu , plus de 20 ans plus tard , LES BRONZES AMIS POUR LA VIE.

 

 

LE  GRAND REX  FÊTE LES BRONZÉS

D’ailleurs, c’est bien lui qui tenait la scène du Grand Rex, ce mercredi 17 janvier,  pour fêter les 40 ans  des BRONZÉS et des BRONZÉS FONT DU SKI devant un public de fidèles  de tous bords.

Avec Marie-Anne Chazel, la Gigi du premier film,  à ses côtés, il a salué les 2000 fans venus se remonter le moral  devant leurs deux films cultes.    L’ambiance était dingue, parait-il.

Je n’y étais pas, hélas, mais il m’a raconté :

Les uns étaient venus en tenue de ski , bonnet , doudoune , moon boots et skis sur l’épaule   les autres- un peu plus rares, vu la saison ! - en tenue de plage ,paréo , tongs et colliers de fleurs et pendant la projection, les répliques étaient reprises en choeur par le public ... comme dans un concert de Johnny !

 

Les deux films ont traversé quarante années sans prendre une ride.

Dans les soirées familiales, après le dîner, jeunes et vieux se marrent ensemble devant des scènes qu’ils ont vues cent fois.

Quel est le secret ?

Ben, il n’y en a pas, c’est comme ça, certains films sont marqués du sceau de la grâce.

On remarque quand même que ces quelques chefs-d’oeuvre qui n’en finissent pas de nous divertir sont des films que l’on peut qualifier de « populaires » par contraste avec les films « d’auteur » ou culturels dont les qualités s’estompent au fil du  temps et des modes.

On a beau dire, le rire est un remède générique qui soigne tous les petits maux de notre vie. De génération en génération, on en redemande.

 

 

PS.  Le livre s’appelle LE DICTIONNAIRE DE MA VIE, aux Editions Kero.

 

Miss Comédie    

 

 

Partager cet article

Repost0
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 18:11
CHACUN  SA  VIE,  CHACUN  SON  AVIS

Avant de donner mon avis, « mon intime conviction » sur ce film qui est un pur Lelouch, je voudrais, et ce n’est pas mon habitude, souligner l’esprit mauvais qui souffle sur les critiques du journal Le Monde.

Leur critique est un rejet du respect que l’on doit aux artistes et à leur travail.

Leur vocabulaire ampoulé pour tourner en dérision ce film qui a eu l’adhésion d’une armada d’acteurs de renom heureux d’y apporter leur concours, même pour une seule scène.

Leur style follement prétentieux pour massacrer une oeuvre sans prétention  ( je cite : « une faillite dramaturgique ») non, je rêve...

Une telle volonté de passer sous silence les points forts du film pour ironiser sur ses faiblesses.

Le plus difficile, pour un critique, c’est de rester juste.

Tout comme trop d’impôt tue l’impôt, trop de critique tue la critique.

 

CHACUN  SA  VIE,  CHACUN  SON  AVIS

Coup  de coeur -

CHACUN SA VIE  est un pur Lelouch, je l’ai dit. On le retrouve, comme on retrouve certains réalisateurs ancrés dans leur univers et n’en démordant jamais, à ses thèmes récurrents, toujours les mêmes, la vie, l’amour, le destin, le hasard… Avec toujours la même petite musique qui danse avec le jazz. Et aussi à sa prédilection pour les films à sketches où il donne la parole à ses acteurs fétiches. Il aime tellement les acteurs, Lelouch. Et ils le lui rendent bien.

Ici, ils sont si nombreux que l’on s’y perd, c’est vrai. Mais les scènes qui défilent sont toutes chargées d’émotion, d’humour, d’amour et les acteurs sont tous remarquables, on les sent tous immergés dans leur histoire, chacun son histoire, chacun sa vie.

Il y a un nouveau venu dans la bande à Lelouch, l’avocat-star Eric Dupont-Moretti, rendu célèbre parmi les ténors du barreau pour son score d’acquittements, au point qu’on le surnomme « l’acquittador » !

Cet homme peu séduisant , qui n’inspire pas la sympathie, tient un rôle important dans le film et se révèle être un très bon comédien – mais un bon avocat ne doit-il pas être aussi un bon comédien ?

Tout ce petit monde nous entraîne au travers d’un festival de jazz avec des passages musicaux dont la prestation emballante de Johnny Hallyday en concert, encore un de ces moments lelouchiens, hors contexte, prétexte à rencontres insolites qui n’ont rien à voir avec l’intrigue. Décousu ? Oui, décousu, ce film, si vous voulez. Comme la vie, quoi.

Voilà.  C'est Lelouch. On aime ou on n'aime pas.

On a le droit de ne pas aimer un film. Mais essayer d’en dégoûter les autres, c’est moche.

 

Miss Comédie

 

 

Partager cet article

Repost0
14 août 2016 7 14 /08 /août /2016 17:58
LA ROQUE D'ANTHERON 2016

 

©oup de coeur : concert du 8 août 2016

 

THARAUD PUREMENT ET SIMPLEMENT

 

Pur et simple, inspiré seulement par la musique de Bach, tel  nous apparaît   Alexandre Tharaud ce soir à la Roque d’Anthéron.

Ce n’est pas la rigueur mathématique de Gould, c’est la juste restitution de la note, claire et nette, comme l’a écrite le compositeur.

 

Les Variations Golberg sont un exercice de haute voltige auquel s’attelent nombre de pianistes confirmés, chacun à sa manière.  Trente  trois morceaux dont le premier et le dernier sont identiques :   un aria pianissimo, langoureux pourrait-on dire s’il ne s’agissait pas d’une œuvre presque sacrée.

Entre les deux, chaque variation allant  de l’adagio à l’allegro nous emmènent tour à tour du calme à la tempête.

Tharaud  garde le cap dans cet océan de caprices, il ne cède à aucune tentation de dérive,  chaque note reçoit sa frappe propre, détachée des autres, pleine de son sens harmonique, sans affect ajouté -  Bach exige  une exécution spartiate.

Tharaud joue comme il respire, sans mouvements d’épaule, hochements de tête, d’effets de poignets.

    Du côté du public c’est le recueillement absolu.  Combien sommes-nous ? Six cents ? Huit cents ?  Une heure et quelques minutes passent dans un silence attentif, sans une minute d’ennui.  Cela tient à la diversité étourdissante de l’œuvre, où l’on retrouve tous les charmes mystérieux  de l’écriture de Jean Sébastien Bach, mais aussi à l’exécution envoûtante de Tharaud qui, les yeux fermés, le visage levé, nous emmène dans sa jubilation intérieure.

 

 

 

 

 

 

 

 

LA ROQUE D'ANTHERON 2016

2ème coup de coeur : Concert du 10 août 2016

 

LUGANSKY,  INTENSEMENT

Point culminant  de La Roque d’Anthéron, le flamboyant NicolaÎ Lugansky a mis ce soir  le feu aux gradins.  Pas seulement parce qu’il est beau comme Bowie, mais par son pouvoir émotionnel sur le public .

 Il aime venir jouer à la Roque d’Anthéron et pour ceux qui l’ont suivi depuis ses débuts Il est chaque année plus convaincant.  Chaque année plus étonnant.

Il parcourt le monde, de concert en concert et ses apparitions sont partout des moments de grâce.

 Il peut tout jouer, il joue tout, de Chopin à Prokofiev, Debussy, Rachmaninov – son maître, son père spirituel.

Il les aime tous, il plonge à la recherche de leur moi profond, il les ressuscite.

Ce soir, il débute par César Frank, malicieusement, l’air de ne pas y toucher, comme pour dire « voyez-vous ce soir j’ai décidé d’être sage », juste agile sur le clavier, sans trop d’impulsions.

Mais la suite nous bouleverse. Les impromptus de Schubert, on les connaît, ce sont des merveilles, bien  sûr, mais nous les entendons ici pour la première fois.

L’émotion est là, le cœur, la douleur de Schubert s’exhale sous les doigts légers de Lugansky, on se demande pourquoi  aujourd’hui  il se passe quelque chose.

Son visage est serein, il se laisse regarder, on ne s’en prive pas… Il se tient droit,  détaché du clavier d’où sort, comme par miracle, la musique la plus volupueuse comme la plus déchaînée.

 

Il a gardé pour la fin Six Moments musicaux de Rachmaninov, pleins de fougue romantique  qui ont soulevé le public d’un élan de reconnaissance frénétique.

Généreux, il nous offre cinq rappels tout aussi intenses.

On peut difficilement rester dans la sobriété lorsqu’on parle de Nicolaï Lugansky…

 

 

D’autres grands interprètes se produiront encore au festival de La Roque d’anthéron, jusqu’au 18 août .

 

Miss Comédie

 

        

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

  • Miss Comédie
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir.

Albert Camus
 «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.»

Jean-Luc Godard :
« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. »

Marguerite Duras :
« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.» Jean-Luc Godard : « Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras : « Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

Si vous aimez mon blog, vous aimerez mes livres:

- Sa lente traversée du mois d'aout

- Les bals de Douvres

- La dictée de Bunuel

- Collisions d'étoiles

Aux éditions le Manuscrit.

Recherche