Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus :« Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux diners en ville car c’est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité, jouez la comédie. » Jean-Luc Godard :« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras :« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

SOUVENIRS MILLESIMES

Quand on voit certaines pièces de boulevard on se dit non,
c’est trop loufoque, ça n’a pas de sens, comment les comédiens
 arrivent-ils à jouer des inepties pareilles ?
Et bien moi qui ai joué UNE FOLIE de Sacha GUITRY, je peux
vous dire qu’on s’amuse comme des fous.
Evidemment, il faut que la pièce soit bien écrite, mais Guitry
c’est aussi classe que Feydau du point de vue du langage,
même si ça sonne terriblement rococo de nos jours.
Dans une FOLIE, il s’agit d’un médecin psychiatre, déjà pas
 mal dérangé, qui ne soigne que des gens un peu  zinzins,
qui   se lance dans une étude approfondie pour chercher
 ce qui rend les gens fous et qui découvre que ce sont les impôts.
Falsifier devient leur raison de vivre. Voler l’Etat qui les dépouille, un moteur d’action.
Une démarche qui paraît totalement justifiée de nos jours, et pas vraiment comique.
Mais les agités de Guitry sont soumis à des enchaînements de quiproquos que ne renierait pas Laurent Ruquier !  Et c’est hilarant.
Je jouais l’une de ces agitées, en fait la plus normale de tous, la jeune tapissière venue livrer des échantillons et que le Dr Flache prend pour une pute à la recherche d’un calmant.  On se marrait autant que le public !
Ma partenaire Sophie GANNEVAT ne pouvait pas croiser mon regard sans risquer le fou rire. 
Un petit millésime, mais un joli souvenir.
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article