Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus :« Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux diners en ville car c’est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité, jouez la comédie. » Jean-Luc Godard :« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras :« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

SOUVENIRS MILLESIMES

LE FANTÔME DE LA LIBERTE   (suite)
Il m’a prise par le bras et m’a dit « On va àux costumes » et nous avons suivi un couloir qui menait à une immense salle parcourue par des rangée de cintres chargés de costumes.  Il y avait des panneaux (historique - années folles - musicals.  Certains costumes portaient une étiquette avec un nom d’acteur et le titre du film.
On m’a choisi une veste en tricot marquée « Bulle Ogier » et on m’a dit de garder ma jupe, elle était très bien mais il fallait une veste beige.
Incidemment, en allant ensuite au maquillage, j’ai demandé à l’assistant :
« Qu’est-ce que je dois jouer ?
Il m’a regardée :
-  Tu ne sais pas ?  La maîtresse d’école.  Tu es dans la classe et tu lis une dictée à des petites filles.
-  Ah. 
Je réfléchis.
-  Et la dictée ?
- Quoi la dictée ?
-  Et ben, où elle est ?
L’assistat s’est arrêté net de marcher.
-  Oui, bonne question.  Je vais voir don Luis.
La suite est un grand millésime... vous la lirez demain.


 
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article