Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 09:12

UN DINER CHEZ  DALI

 

Un jeune  garçon vêtu de noir accueille Jean et Gloria et les dirige vers une allée blanche bordée de grenadiers.

Il y a beaucoup d’invités dans l’immense patio  à peine éclairé par des coupoles lumineuses et ouvert sur le ciel violet où s’allument déjà quelques étoiles.  

Tout de suite, Gloria perd la trace de Jean.    Happé par un groupe aux allures étranges, il ne s’intéresse plus à elle.  Des rires fusent dans l’ombre.  La galerie  entourant  le patio est peuplée de créatures de sexe indéterminé, arborant des tenues insensées.

Elle est en robe de percale blanche, chaussée de ballerines, personne ne remarque sa présence, elle est  transparente.

Un plateau chargé de coupes de champagne passe, Gloria en prend une et la vide instantanément.

Autour d’elle personne ne parle Français.  Elle ne comprend pas l’Espagnol.

 

Plus tard :  une longue table de bois chargée de plats froids et chauds, de vaisselle en terre cuite.  Deux énormes chandeliers en fer éclairent faiblement les convives, une dizaine d’hommes et de femmes placés au hasard.  Gloria se retrouve assise entre deux précieux en chemise de soie blanche qui lui jettent un bref coup d’oeil puis lui tournent le dos. 

Jean est face à elle, en discussion animée avec un homme aux cheveux noirs laqués.  

En bout de table,  ce personnage au turban c’est lui, Dali, en veste chamarrée,  moustaches dressées comme des bois de cerf.  Son regard foudroyant parcourt  l’assemblée, cherchant sa prochaine cible.

Chacun aura droit à son apostrophe, plus ou moins incisive, à laquelle il faudra répondre par un éclat de rire.

 Gloria cherche des yeux Gala.  Elle n’est pas là.

A l’instant où Dali fixe les yeux sur elle, Jean devance l’appel.

-  Amiga mia, dit-il seulement.

Dali lance sa flèche :

- Si c’est une fille, elle est d’une platitude sidérrrrale  mais... mais !... Si c’est un garçon elle est d’une beauté astrrrale !

 Toute la table éclate  de rire et tous les regards se portent sur l’absence de poitrine de Gloria.

 

Le diner s’éternise.  Les plats se succédent, les conversations deviennent assourdissantes,  avinées. Gloria surprend soudain  Dali dans un état de retirement troublant.  Ses yeux fixent  le vide avec une expression somnambulique. Il était absent, planant au-dessus d’eux dans une extase totalement égoïste. Elle eut alors  l’envie de partager sa solitude.

Mais cette  fuite ne dura qu’un instant. Il reprit possession de lui-même, il redevint tour à tour  provocateur, sybillin, théâtral.  Son regard ne croisa plus jamais celui de Gloria.

 

 

Maintenant elle  marche le long des couloirs, elle gravit des marches, elle  s’égare . Elle traverse des salons blancs et vides, sans un seul meuble.

Gloria cherche Dali. Elle a oublié Jean, elle ne cherche  pas Jean, elle cherche  Dali.

Elle entre dans une pièce vide en forme  d’oeuf, et soudain rencontre le regard de Gala fixé sur elle.  Un regard effrayant, magnétique.   La photo  est fixée au plafond et se balance, cadrant  les yeux noirs et rien d’autre. Pétrifiée, Gloria soutient ce regard car il est le seul, ce soir, à s’intéresser à elle.

Mais très vite, elle tourna le dos à Gala car il est tard, il faut trouver Dali et lui parler, l’approcher, subir encore une fois son regard. 

Gloria arpenta couloirs et galeries jusqu’au lever du  jour sans jamais rencontrer le Maître.

On la retrouva au petit matin, endormie   sur un banc de pierre de la Voie Lactée, l’allée blanche bordée de grenadiers.  La maison  de Port-Lligat était plongée dans le silence. Le jardinier  appela un taxi.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

  • Miss Comédie
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir.

Albert Camus
 «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.»

Jean-Luc Godard :
« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. »

Marguerite Duras :
« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.» Jean-Luc Godard : « Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras : « Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

Si vous aimez mon blog, vous aimerez mes livres:

- Sa lente traversée du mois d'aout

- Les bals de Douvres

- La dictée de Bunuel

- Collisions d'étoiles

Aux éditions le Manuscrit.

Recherche