Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 09:20

… à la bande-annonce de COCO, qui a fait l’effet d’un feu de brousse. Tout le monde avait envie de voir le film. Tout le monde disait « il en fait des tonnes, c’est gros, gros ! »et on se répétait déjà  les phrases hilarantes de la bande annonce et tout le monde avait envie de  voir le film.  Moi la première.  Je vais m’y précipiter demain. J’adore Gad Elmaleh, ça n’est pas très original, car depuis CHOUCHOU il l’est de tous les  Français.
Alors rendez-vous sur mon blog dès que j’aurai vu le film, pour vous dire ce qu’en pense, en fin de compte.  J’espère vraiment que ce ne sera pas un pétard mouillé, cette bande-annonce, et que le film est à la hauteur, parce que j’ai très envie de rire avec Gad Elmaleh, moi.


Partager cet article

Repost0
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 09:18
Pas vraiment un millésime, mais des miettes de souvenirs des moments qui faisaient ma vie de comédienne. De bons souvenirs, malgré tout.


Du temps de l’ORTF les comédiens défilaient aux Buttes-Chaumont, plus précisément rue des Alouettes, pour décrocher un rôle dans les dramatiques.
Les bureaux affichaient sur la porte le nom de la production en cours de casting, et c’était excitant au possible.  Le bouche à oreille marchait mieux qu’Internet : »n’y va pas, ils cherchent des filles de moins de vingt ans ». ou : « apporte des photos en blonde, ça se passe en Suède ».
En général les rôles importants étaient déjà distribués. Mais dans ce métier, tout est bon à prendre, même la pub, quoi que…à l’époque beaucoup d’entre nous estimaient que faire de la pub c’était comme si Bjon Börg se mettait au ping-pong.
La rue des Alouettes était un miroir à mille facettes où l’on espérait entrevoir notre image.
Mais c’était aussi un lieu de rencontres inattendues, d’échanges de tuyaux, de connivences inespérées.  On pouvait y trouver un rôle, mais aussi un amoureux. On se serrait les coudes.  Comme aux Assedic, quand il fallait pointer rue Ballu et qu’on se retrouvait dans la même queue avec Jean Maris qu’on appelait Jeannot, Lino Ventura qui faisait la gueule et tous nos copains. On se marrait bien.  On était pourtant là parce qu’on n’avait pas de boulot.  Des intermittents du spectacle, on était… On n’en faisait pas une pendule.
C’était une époque facile et joyeuse.

Partager cet article

Repost0
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 09:09
Et ma vie pour tes yeux lentement s’empoisonne.
(Apollinaire)

Il en a qui supportent très bien le partage.  D'autres pas. NAT est de ceux-ci, adieu NAT...
ROSE AUTOUR DE MINUIT touche à sa fin, et je vous prépare une autre pièce, beaucoup plus
optimiste.
A demain !
Miss Comédie


Partager cet article

Repost0
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 08:51
Bonjour !   Aujourd'hui hélas, pas de lever de rideau, pour des raisons personnelles mais pas graves.
Je vous retrouve lundi pour la suite des aventures de ROSE AUTOUR DE MINUIT et pour de nouvelles
élucubrations existentielles...
Bon week-end à tous !
Miss Comédie

Partager cet article

Repost0
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 09:32

Bonjour !  Aujourd’hui s’ouvre l’exposition Andy WARHOL, sans les portraits d’Yves Saint-Laurent …
Vous verrez plus bas ce que j’en pense.
Moi, j’ai mis mon portrait pop’art   c’est pas Warhol qui l’a fait, mais c’est rigolo, non ? 
L’histoire de ROSE et NAT touche à sa fin. Il n’est jamais bon d’écouter aux portes…
Le rêve de ROSE va se réaliser, celui de NAT s'écroule.

Partager cet article

Repost0
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 09:23

LE BAR.  YANN,  ROSE,  LE BARMAN, puis NAT.



YANN répète en scandant les mots
Vous êtes la ROSE du scénario …
Vous allez connaître le succès. Le succès, c’est la fin de toutes les histoires d’amour.

ROSE
Non !

YANN
Le succès s’affronte seul.

La porte s’ouvre derrière eux et NAT entre doucement, marche dans l’ombre lentement jusqu’au piano et s’asseoit devant, puis reste immobile.  Ils ne l’ont pas vu.

ROSE
Je retrouverai Nat chaque nuit, pour les plus beaux moments de ma vie.

YANN
Ne rêvez pas, Rose.  Vous ne pourrez plus retrouver Nat chaque nuit.

ROSE
Et pourquoi ?

YANN
Si vous acceptez un premier rôle, il faut accepter d’être en première ligne pour tout : les interviews, les photos, les promotions, les cocktails, les soirées.  Ne me dites pas que vous refuserez de jouer le jeu.  D’ailleurs, il y aura un contrat, et ce contrat vous y obligera.

ROSE
Je n’ai pas besoin d’un contrat pour être consciente de mes devoirs.

YANN
Ces devoirs, NAT ne sera peut-être pas d'accord pour les partager.

ROSE
Je lui ferai aimer mes devoirs.

YANN se lève, ramasse ses affaires sur la table et va vers la porte.
Il s’arrête un moment devant ROSE et lui tend la main.
YANN
J’espère que vous serez assez forte pour ça.

Il sort.

'(A suivre)

Partager cet article

Repost0
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 09:20
….NON, je ne dis pas bravo à Pierre BERGE qui a retiré de l’exposition WARHOL quatre portraits d’Yves SAINT-LAURENT sous prétexte qu’on les avait placés dans la section « GLAMOUR ».
« SAINT-LAURENT n’es pas glamour », a-t-il  affirmé, fâché. Vous l’avez sans doute lu dans LIBE, la polémique fait rage.
Mais peut-on donner raison à Pierre BERGE ?    Si Yves SAINT-LAURENT n’est pas glamour, alors moi je me rase tous les matins.
Il est furieusement glamour ! Voir sa publicité pour le parfum Kouros…
Mais là n’est pas la question. Glamour ou pas, les portraits du créateur sont là au même titre que tous les autres modèles qui vont faire l’intérêt de l’exposition.   Ca n’est pas à Pierre BERGE de décider s’il doit être accroché là ou là, et en plus il n’est même pas allé vérifier !
C’est un caprice de star, quoi. Enfin, de star.  Pierre BERGE est un VIP mais pas une star, il n’est pas assez glamour pour ça.




Partager cet article

Repost0
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 09:00
DON JUAN dans la Cour d'honneur du Palais des Papes à Avignon

Un quart d’heure avant la fermeture des portes du Palais des Papes, les trompettes sonnent l’appel et  ça vous met des frissons partout.  La première fois qu’elles ont sonné, sur les notes de Maurice Jarre,  c’était pour LORENZACCIO et Gérard Philipe allait entrer en scène. Depuis, ces quelques notes sont devenues l’emblème du Festival d’Avignon.
Ce soir nous sommes en juillet 1993  et la cérémonie qui va avoir lieu dans ce cadre illustre de la cour d’honneur, c’est don JUAN de Molière, mis en scène par Jacques LASALLE et la troupe de la Comédie Française.
Sur les gradins il ne fait pas chaud et le mistral souffle fort. Nous avons tous le coeur serré de bonheur, d’émotion.
Don Juan nous ne le connaissions pas, c’était Andzef SEWERYN, acteur polonais devenu Comédien Français à cause de son talent.
Elvire, c’est la jeune Jeanne BALIBAR, enlevée du Conservatoire par Jacques LASALLE.  Une nature, cette nana.  Elle nous en fait voir depuis, de toutes les couleurs.  Elle incarna récemment  Peggy Roche, la dernière compagne de Françoise Sagan- Sylvie Testud dans le film de Diane Kurys.

Il y avait ce soir-là, sur la scène de la cour d’honneur,  une pléiade de natures, de talents, de voix qui ont peuplé cet espace emblèmatique  de leur présence.
C’est quelque chose, la troupe du Français. Ils ont ce que les autres n’ont pas : le professionalisme poussé à l’extrême de sorte qu’on ne perçoit pas le travail. On ne perçoit que le personnage incarné.  Dans ce DON JUAN-là, chaque personnage était au plus haut de son authenticité.


Partager cet article

Repost0
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 08:57
Je n’ai qu’un regret, c’est de ne pas avoir inventé le jean.
Yves Saint-Laurent

Il a fait mieux que de l'inventer, il l'a réinventé avec élégance.
A demain, chers paroissiens, je vous bénis.
Miss Comédie

Partager cet article

Repost0
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 09:27
Bonjour !  C'est la saint  Patrice.  Ca tombe bien, il est question de Patrice LECONTE aujourd'hui
et je lui fais cadeau d'une petite pub pour son prochain opus : un roman ! Chic, un roman de
Patrice LECONTE, ça doit décoiffer...
Pour ROSE, il y a de quoi se faire des cheveux.  Elle ne sait pas qu'elle joue avec le feu.
Vous savez, la pièce touche à sa fin... Je me rends compte que ça n'est pas vraiment une comédie.
Mais je vous jure que la prochaine sera drôle du début à la fin. Mais chut...

Partager cet article

Repost0

  • Miss Comédie
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir.

Albert Camus
 «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.»

Jean-Luc Godard :
« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. »

Marguerite Duras :
« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.» Jean-Luc Godard : « Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras : « Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

Si vous aimez mon blog, vous aimerez mes livres:

- Sa lente traversée du mois d'aout

- Les bals de Douvres

- La dictée de Bunuel

- Collisions d'étoiles

Aux éditions le Manuscrit.

Recherche