Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 08:21
.

....  faute d'actualité brûlante, je ne sais à qui dire bravo aujourd'hui.  Le monde est plein de champions toutes catégories, d'accord, mais sur ma petite planète théâtre je ne vois rien qui m'arrache à mon fauteuil.
Il ne vous est pas interdit de me donner des idées !  Ah, si vous n'étiez pas si avares de commentaires... je pourrais
vous dire bravo, à vous aussi !

Partager cet article

Repost0
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 08:17


Michel DRACH   (suite)
Il y a pire comme petit boulot.  Surtout que Michel DRACH était une crème.
En fait de secrétaire, il m’a tout appris sur la préparation d’un film.
En échange, j’ai entrepris un énorme travail de déblaiement dans son bureau dont les dossiers s’amoncelaient dans tous les sens. Ca, c’était ma phobie du désordre qui m’empêche de faire quoi que ce soit de cohérent si tout n’est pas nickel autour de moi.
Il me regardait faire en souriant,  m’orientait dans mes classements, acceptait toutes mes directives, achetait des classeurs tout neufs, jetait sans discuter les vieilles chemises avec leur contenu, bref ensemble nous  avons fait table rase des  reliques d’un réalisateur bordélique pour entreprendre son nouveau film dans un espace vierge, clair et net.
Michel Drach avait sa propre maison de production, PORT-ROYAL FILMS, dont les bureaux étaient rue Royale, s’il vous plait, à côté de Lachaume.  L’adresse était prestigieuse mais les bureaux étaient d’anciennes chambres de bonne perchées sous les toits.  Un tout petit espace éclairé par des vélux.
sur le même palier, l’appartement où logeait sa femme Marie-José Nat et ses deux petits garçons.
Il avait bien organisé sa vie pour ne pas les quitter d’une semelle.  Hélas, la vie décide, et tout vole en éclat un beau jour…
Sur la photo,  ils sont l’image du bonheur.   Quelques mois plus tard Michel se retrouvait seul, ayant lui-même imaginé, construit et filmé le personnage qui allait lui prendre sa femme.
Mais j’anticipe.  Pour l’instant, l’ordre règne.  Dans le petit bureau et dans l’appartement, c’est encore le bonheur parfait et le film « LE PASSE SIMPLE » commence sa préparation.

Demain je continuerai à vous conter ce petit bout de chemin  avec Michel Drach.

Partager cet article

Repost0
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 08:14
Ne cherchez pas en vous ; en vous, il n’y a rien.  Cherchez dans l’autre qui est en face de vous.
stanislavski (Ma Vie dans l'Art)

Il en a de bonnes. Et si dans l'autre, il n'y a rien non plus ?  J'ai vu ça, moi.
Allez, cherchez en vous il y a toujours quelque chose, et retrouvez-moi demain, je vous attends !
Miss Comédie.

Partager cet article

Repost0
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 09:22
Bonjour !   Je vous ai manqué ?  Me voilà de retour avec une nouvelle pièce dont vous dégusterez une scène chaque jour.  Aujourd'hui vous assisterez à sa présentation et vous ferez connaissance avec ses personnages.
Demain, ça commence !
Autour de la pièce vous aurez encore mes petites élucubrations du jour : une petite impression et un grand souvenir.
Vous pouvez aussi jeter un oeil sur le bloc-notes, mais sans insister.

Partager cet article

Repost0
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 09:14

Dépôt SACD N°97898       


       
LE DECOR
L’action se passe dans la salle d’attente, puis dans le cabinet
du médecin et le bureau de Maxime pour les trois dernières
scènes. 


LES PERSONNAGES


LUI,        Maxime Sévère,  la cinquantaine, beau visage
        buriné, un homme nerveux et impatient.

ELLE    Sonia Aufray, trente cinq ans, jolie et dyna-
        mique

LE PETIT HOMME
        Monsieur Hyde, âge incertain, caractère
                     très secoué, chauve.

LA DAME
Madame Dufour,  la quarantaine,  allure chic des années soixante.

LA MERE DE SONIA
        Une dame de soixante ans très avenante.

THOMAS    le fils de Maxime, adolescent de 16-17 ans,
        blond ébouriffé, branché mais sensible.

LE  MEDECIN   un allergologue  sans imagination.


RESUME

Venus consulter pour leur allergie, c'est le coup de foudre.
Mais apparemment, tout les sépare, et d'abord leur allergie.
  De visite en visite leur relation fait des vagues et les caractères dévoilent peu à peu leurs secrètes féllures dans des scènes où les dialogues oscillent entre le rire et les larmes, l'ironie et  l'amertume.  Au moment où l'on croit l'affaire définitivement
coulée, le diagnostic du médecin fait le coup de théâtre.
 Entre le premier et le dernier tableau, une année jour pour jour se sera écoulée.

Demain, la scène 1.



Partager cet article

Repost0
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 09:09
…plutôt mollement à ce COCO qui me semblait si prometteur.

On a tellement envie de le trouver drôle, qu’on rit presque mécaniquement à ces gesticulations.
Il a voulu trop donner, Gad ELMALEH, il est bourré de talent mais il ne sait pas le canaliser, et c’est normal, il ne fallait pas qu’il se dirige lui-même.
Trop échevelé, trop décousu, trop chargé, il aligne ses trouvailles parfois savoureuses,   mais pourquoi reste-t-on sur sa faim ?
Je ne sais pas, je ne suis pas critique.  En tout cas, j’ai trouvé la fin superbe et émouvante, très belle.
On sort de là un peu déçu, mais toujours aussi fan de Gad ELMALEH.  O

Partager cet article

Repost0
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 08:46



Je me  souviens de Michel DRACH.  Je l’ai rencontré un soir à la terrasse du Flore où Michel Mitrani m’avait invitée à boire un verre.  Nous sortions d’une séance de travail sur l’un de ses synopsis.   Michel DRACH passait par là, ils se sont tombés dans les bras.  Michel a invité Michel à s’asseoir un moment avec nous.  Nous avons parlé cinéma, bien sûr et Michel (MITRANI) a expliqué à Michel (DRACH- que j’étais comédienne et que je l’aidais à finaliser son script pour me faire de l’argent.
- Vous êtes au chômage en ce moment ? m’a-t-il demandé.
- Oui, et ça dure !… je soupirai.
Ils se sont regardés.
-  Vous accepteriez de  m’aider, moi aussi ? J’ai besoin d’une secrétaire pour préparer mon prochain film.
Evidemment j’aurais préféré qu’il me proposât un rôle dedans.
Mais qui sait, l’idée lui viendrait peut-être en bossant ensemble ?
Et voilà comment  de Michel MiRANI je suis passée à Michel DRACH qui avait besoin d’une secrétaire pour la préparation de son film LE PASSE SIMPLE.
Demain, je continuerai l’histoire. C’est un très joli souvenir.

Partager cet article

Repost0
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 08:42
"- Vous avez la carte Vitale ?
- J'ai la carte Vitale Gold."
Gad Elmaleh dans COCO.

Celle-là, elle restera, même si COCO s'en va dans les oubliettes.
Allez, c'est reparti, je vous dis à demain, mes jolis.
Miss Comédie

Partager cet article

Repost0
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 09:59
Bonjour !  Et voilà.  C’est la dernière scène de ROSE AUTOUR DE MINUIT.
YANN et CHRIS se retrouvent assis devant l’estrade  des musiciens.  Cette femme qui s’avance pour chanter est-elle ROSE ou bien un mirage ?
Avant même qu’ils ne trouvent une fin à leur scénario, leurs personnages ont décidé qu’elle serait  sinistre.  La réalité a devancé la fiction.
Le rideau tombe sur cette note mélancolique mais après une semaine de relâche  il se lèvera à nouveau sur une comédie, une vraie, dont l’action se passe dans la salle d’attente d’un médecin allergologue.  Des allergies, il en existe des centaines, et chaque personnage aura la sienne.
Cocasserie et suspense assurés. J’espère que vous aimerez.  On se retrouve lundi 6 avril, ne m’oubliez pas !

Partager cet article

Repost0
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 09:39

LE BAR
YANN, CHRIS, le BARMAN


Reflet dans un miroir brisé.



CHRIS
Il s’est passé quelque chose ?
YA
YANN
Nous avons changé la fin, c’est tout.

Ils restent silecieux un moment puis
CHRIS tend les feuillets à YANN.

CHRIS
Ma fin est plutôt pessimiste, tu verras.
YANN, prenant les feuillets et lisant
« NAT sort du bar en titubant, visiblement hors de son état normal. Il traverse la rue, fait quelques pas sur le trottoir puis, brusquement, fait demi-tour et fonce sur la chaussée en courant.  Les phares d’une voiture surgissent, il s’arrête et c’est le choc. »

YANN s’arrête de lire, regarde CHRIS sans rien dire un long moment.


CHRIS
Et ta fin à toi, elle est comment ?
YANN
C’est la même que la tienne.

Le barman  arrive avec les consommations qu’il pose sur la table.

LE BAMAN
Je dois vous prévenir, ce soir je fermerai plus tôt.  Ce n’est pas un soir comme les autres.

Il repart en direction du bar.
Le  couple de clients se lève et s’arrête devant le bar pour régler leurs consommations avant de sortir.

Le barman éteint quelques lumières. Seule, la table où YANN et CHRIS sont assis reste dans la lumière, devant l’estrade vide où l’on voit s’avancer ROSE, dans son apparence diaphane du premier soir, fourreau noir, visage hiératique.  Elle s’empare du micro et chante. 
Les deux hommes ne la regardent pas.  Ils continuent de se parler comme s’ils étaient seuls, on n’entend plus leur dialogue, seule la chanson de ROSE emplit l’espace tandis que le noir se fait.

      F  I  N



Partager cet article

Repost0

  • Miss Comédie
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir.

Albert Camus
 «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.»

Jean-Luc Godard :
« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. »

Marguerite Duras :
« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.» Jean-Luc Godard : « Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras : « Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

Si vous aimez mon blog, vous aimerez mes livres:

- Sa lente traversée du mois d'aout

- Les bals de Douvres

- La dictée de Bunuel

- Collisions d'étoiles

Aux éditions le Manuscrit.

Recherche