Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 10:59

Le Grand Paris !   Ah mon Dieu.  On va agrandir Paris.  Mais dans quel sens ?  Vers le Nord ?  On va raser les banlieues grises ?  Vers le Sud ?  On va passer par-dessus l’autoroute ?  Vers l’Est ?  On va  allonger le bois de Vincennes ?  Vers l’Ouest ?  On va doubler le bois de Boulogne ?
En tous cas, les banlieusards sont contre.  J’ai entendu des protestations variées de la part d’habitants bien tranquilles de la Vallée de Chevreuse :  ils ne veulent pas du tout devenir parisiens !  Le fait que Paris vienne englober leurs villages les indispose totalement !  Ils sont heureux à Chatou, ils veulent rester chatouilleux  !
Vous me direz : les Français sont contre le changement, une fois pour toutes !  C’est vrai, c’est vrai,  mais dans ce cas-là, est-ce qu’ils n’auraient pas raison ?
Paris ne s’est  pas bâti en un jour, mais aujourd’hui ça y est, il est bâti, on ne va pas revenir dessus… Ca va faire pièce rapportée, du neuf à c ôté du vieux, on a déjà la Pyramide au milieu du Louvre, on s’y est fait, mais à grande échelle ça risque de faire désordre.
Enfin, c’est mon avis.  Je ne connais pas le dossier.  Je réagis sur l’idée. Peut-être que le projet est somptueux, magnifique, et que Nicolas pourra donner des fêtes comme Louis XIV, dans les allées de son Grand Paris.



Ce qui n’est pas drôle à Paris, c’est que le parc de Vélib se dégrade au point que Jean-Claude DECAUX en abandonne la direction.  Impossible à gérer !  Trop de casse, trop de vols, trop d’abandons au bord du trottoir, aucun sens civique chez les emprunteurs.  C’est navrant, j’ai honte pour eux.
A Lyon, qui a inauguré cette belle aventure, le parc se porte plutôt bien.  Les Vélov’ prolifèrent, on se croirait à Amsterdam, mais en général les bornes sont approvisionnées et les vélos pas trop malmenés.
Quand je pense que bientôt ça sera le tour des autos….  Qui aura le courage de prendre la gérance de ce nouveau moyen de transport ouvert à tout le monde et n’importe qui ?

Partager cet article

Repost0
4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 10:58
Il y a deux tragédies dans la vie d’un homme, la première c’est de réaliser son rêve, la deuxième c’est de ne pas le réaliser.
Oscar WILDE

Sur cette perspective qui revient à bosser pour rien, je vous dis « don’t worry, be happy » et à demain !
Miss Comédie


Partager cet article

Repost0
30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 07:35
Bonjour !  Ah mes amis,  le rideau ne se lèvera pas aujourd’hui.
Because  relâche(ment) du 1er mai, qui va nous gagner tous et même que vous ne viendrez peut-être  pas
voir ma pièce ?
Alors ne regrettons  rien,  je vous garde au chaud la scène 16 des AMOUREUX DE LA SALLE D’ATTENTE . 
Partez donc, fuyez la ville et les risques de contamination, comme dirait le PETIT  HOMME de ma pièce, il colle à l’actu  celui-là , et échappez-vous vers nos campagnes pour cueillir des brassées de muguet.
RENDEZ-VOUS  LUNDI  4  et passez un très bon week-end !
Miss Comédie


Partager cet article

Repost0
29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 08:36
Bonjour !  Cest Philippe CAUBERE (voir plus bas) qui m'a donné l'idée de réécouter cette belle chanson
de Bob DYLAN, "LAY, LADY, LAY".  Tout ce qu'il a dit sur le théâtre et le temps qui passe était magnifique.
Il ne joue pas dans ma pièce, mais il pourrait être un superbe MAXIME ! 
Aujourd'hui SONIA se raconte à son médecin, comme tout le monde.
Bon spectacle !

Partager cet article

Repost0
29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 08:33

Le cabinet du médecin.
ELLE, LE MEDECIN


QUESTIONS  INDISCRÈTES

LE MEDECIN
Vous m’en direz tant.  Bien... bien... C’est curieux, ça... Donc, quand vous êtes venus tous les deux ensemble, le... voyons le 5 mars, vous ne vous connaissiez que depuis deux mois ?

ELLE
Depuis deux petits mois, oui.

LE MEDECIN
Vous veniez chacun pour des troubles différents, et à la suite de ces visites, vos troubles ont disparu...

ELLE
Momentanément, oui...

LE MEDECIN
Momentanément, oui.... C’est bien ça.  Mais dans le cas de Monsieur Sévère, les troubles sont différents.  L’urticaire a disparu, et la toux prend le relais.  Hmm... humm...  En dehors de Monsieur Sévère, avez-vous entamé une relation ... amicale ou conflictuelle avec... une collègue de travail ?

ELLE
Non.

LE MEDECIN
Un membre de votre famille ?

ELLE
Non.
LE MEDECIN
Avez-vous adopté un animal ?

ELLE
Non.

LE MEDECIN
Utilisez-vous  des produits chimiques ?

ELLE
Non...  Je me passe parfois du vernis à ongle entre deux rendez-vous... Enfin, le reste est conforme à ce que je vous ai répondu il y a un an...

LE MEDECIN
Donc, monsieur Sévère me paraît être le seul élément nouveau dans votre vie.

ELLE
Eh, oui.

LE MEDECIN
Il y maintenant 2 questions à se poser, et je vous les pose.  Vous y répondrez par oui ou par non.

ELLE
Je vous écoute.

(A suivre)

Partager cet article

Repost0
29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 08:17



SHAHEEN JAFARGHOLI  a battu  Susan BOYLE !  En fait non, il ne l’a pas battue, on ne peut comparer un gamin de douze ans à une femme de 47 ans !   Il a fait l’événement, lui aussi, car personne ne s’attend à ce qu’un enfant ait la voix aussi placée.
Dans le même contexte, c’est-dire dans l’émission britannique GOT TALENT, devant un public énorme, il a étonné tout le monde, y compris les juges.
Ah, la tête des juges !  Surtout un, celui qui a une longue figure impassible, le regard scrutateur, et pour finir, le sourire carnassier de celui qui a trouvé une proie à exploiter.
Ce visage me hante. Il a quelque chose de tout-puissant, il incarne le doigt de Dieu, il décide que lui, elle, va devenir une star.
Mais enfin, prodige pour prodige, je préférais Susan BOYLE. C’était  une vraie surprise, émouvante et humaine.
Ce gosse, là, il fait un peu singe savant.


Je sais pourquoi LES MOLIERES ont fait un tel bide : c’était un dimanche !  Quelle idée de faire ça un dimanche alors que tous les bons Français sont scotchés tels des ventouses dans leur fauteuil pour le film de 20h40 !… C’est du cinéma qu’ils veulent, pas du théâtre. Dimanche soir,  ils ont pu se régaler de bons sentiments avec ENSEMBLE C’EST TOUT, tiré du livre best-seller.  Audrey TAUTOU et Guillaume CANET à l’affiche, en plus… Deux qui ont le vent en poupe.
Alors que d’habitude, c’est le lundi, jour de relâche des théâtres, et pas grand-chose à se mettre sous la dent à la télé.  Dommage que les  études de marché n’aient pas prévu ça.



PHILIPPE CAUBERE  était hier  l’invité d’ Olivier Bellamy sur Radio Classique
. Il a cité une phrase de Pagnol dans la pièce qu’il joue actuellement avec GALABRU : « Il est fâcheux d’être fâché ».  Il dit que ça lui a soudain donné envie de se réconcilier avec Ariane MNOUCHKINE qu’il ne voyait plus depuis longtemps.   Merveilleux !  Magnifique ! 
Quelle preuve d’intelligence et d’humanité !  Mais ça ne m’étonne pas de ce grand et généreux comédien. 
J’ai eu aussi la surprise d’entendre qu’il avait  « très brutalement quitté ses trente ans » pour aborder aux rivages de la soixantaine.  Soixante ans, Philippe CAUBERE ?  Il a donc vieili, lui aussi ?  Son étonnement devant cette évidence, sa naïve tristesse, m’ont émue.  Et oui, il choisit encore, comme musique symbole de ses bonheurs passé, Bob Dylan et Jeff Bucklet… Il est de la même race qu’eux.



Partager cet article

Repost0
29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 08:11
Telle est la vie des hommes. Quelques joies vite effacées par
d’inoubliables chagrins.
Marcel PAGNOL  (Le château de ma mère)

L’auteur de MARIUS serait-il pessimiste ? 
N’aurait-il donc aucune volonté ?
Allez, il n’y a pas de vérité universelle, il n’y a que des vérités
très personnelles.
A demain !
Miss Comédie



Partager cet article

Repost0
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 08:27
Bonjour !  Il parait que MOLIERE  alimente la polémique, au lendemain de la Cérémonie.
Il faut toujours qu'il y ait polémique.  C'est le mot qui revient le plus souvent en ce moment
dans les médias.  Il colle à l'actu comme une ventouse.  Moi, je crois en MOLIERE comme
seul et unique auteur de tous ses chefs-d'oeuvre. Voilà.
Aujourd'hui vous aassisterez dans mon théâtre à la visite de SONIA chez son médecin
et à son aveu (secret médical) sur sa rencontre avec MAXIME.
Tout ça est très BOURGEOIS GENTILHOMME.

Partager cet article

Repost0
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 08:24

L’AVEU


Le cabinet du médecin.   ELLE est assise en face du médecin.

LE MEDECIN
Madame Aufray, qu’est-ce qui vous ramène à mon cabinet ?  Je vous ai vue, je crois... (il feuillette un dossier)  le 5 novembre dernier...

ELLE
Tout d’abord, laissez-moi vous féliciter, docteur :  je vous ai envoyé ma mère qui souffrait d’insomnies, et vous lui avez prescrit un traitement qui l’a complètement guérie.

LE MEDECIN, modeste
C’était un cas banal : allergie aux poils de chien.  La santé de Madame votre mère est toujours bonne,  j’espère ?

ELLE
La santé, oui.  Le moral, c’est autre chose.  Quant à moi, depuis ma dernière visite il y a un mois, je ne vais pas mieux.

E MEDECIN
Vous aviez une bonne grippe.  Je vous ai envoyée à mon confrère, le docteur Gabor.  Je vous rappelle que je ne peux rien contre la grippe.

ELLE
Je sais, docteur.  Je n’ai pas la grippe.

LE MEDECIN
Qu’avez-vous ?
ELLE
La même chose que l’année dernière à cette époque : une crise d’urticaire, ou d’éczéma, je sais pas, mais je me gratte.

LE MEDECIN
Voyons voyons... (il regarde son dossier)  A l’époque vous aviez des éruptions eczémateuses sans cause psychosomatique apparente...
(il marmonne) je vous ai ordonné un traitement local.... corticoïde...(nom de médicament incompréhensible)... Le 5 juillet vous êtes revenue me voir et apparemment les éruptions avaient disparu.

ELLE
Exact.

LE MEDECIN
Elles ont repris quand ?

ELLE
Dimanche dernier.

LE MEDECIN
Au même endroit ?

ELLE
Oui.

LE MEDECIN
Bien. Nous allons donc passer au stade thérapeuthique suivant : la recherche des causes psychopathologiques.

ELLE
Mais nous avons déjà passé en revue les causes possibles l’an dernier et on n’en a trouvé aucune !

LE MEDECIN
C’est que nous n’avons pas poussé assez loin l’investigation... ou bien que certains paramètres ont changé... en un an, il s’en passe, des choses...  Excusez ma question, mais... avez-vous opéré des changements dans votre vie depuis un an, madame Aufray ?

ELLE (troublée)
Non... c’est-à-dire oui..., un grand changement, mais pour être précis,  ce chamboulement-là a commencé le jour de ma première visite, le 5 janvier de l’année dernière.

LE MEDECIN
Le 5 janvier ?

ELLE
Oui, le 5 janvier, c’était aussi le jour de la première visite de Maxime Sévère, et ... (elle marque un temps d’hésitation) c’est lui la cause du chamboulement.

(A suivre)

Partager cet article

Repost0
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 08:17
Il a dédié son Molière à son fils disparu.  Dans la salle, sa fille pleurait. 
Patrick CHESNAIS a été très sobre et très émouvant hier soir. 
Pas un sourire sur son visage détruit.  En scène, il arrive à cacher ses blessures derrière les pitreries  de ses personnages. Il reste irrésistiblement drôle. Quel talent démultiplié !
Dans COCHON D’INDE il est irrésistiblement drôle pendant une heure et demie. On a l’impression qu’il s’amuse lui-même, qu’il oublie.  Le public l’adore, il a une ovation à sa première entrée en scène, et un triomphe à la dernière.
Un jour de l’hiver 1974 ou 75 il m’avait appelée pour que j’aille lui acheter des médicaments, il avait une mauvaise grippe et personne pour le soigner.  A l’époque, nous étions dans le même cercle d’amis.  Je l’avais trouvé grelottant, sans chauffage, dans une banlieue triste. J’étais restée un moment avec lui. C’était la même image que celle d’hier soir.  La détresse l’habite depuis toujours.  Il se sentait « différent », solitaire.  Je suppose que son mariage,  ses enfants ont dû lui donner un peu d’espoir, le sentiment d’être enfin comme tout le monde, un père.   Et puis…
Il faut le voir danser un rock frénétique avec Pierre     ARDITI dans LE CODE A CHANGE.  (voir mon blog du 20/02/09).
A-t-il éprouvé du bonheur en recevant ce Molière ?  Pas sûr. Il s’est sûrement détaché de tout, mais il y a encore dix ans, il ne se serait pas déplacé.  Il a acquis une sagesse qui lui fait respecter les rites et puis, il y avait sa fille dans la salle.

Anne ALVARO aussi, méritait cette récompense depuis longtemps.  Les jurés ont visé doublement juste.  Ce qu’elle a fait dans « GERTRUD, LE CRI » était magnifique, on n’imagine personne d’autre dans ce rôle écrasant de la mère d’Hamlet. Elle a la stature, la profondeur et le mystère de toutes ces grandes héroïnes (Voir mes blogs  des 13/01/09 et  10/02/09).

Hélas, ces deux récompenses si bienvenues ainsi que la plupart des autres dans cette 23ème édition des MOLIERES n’aura pas eu, elle, le succès mérité auprès du public. « Un échec » pour France 2, paraît-il, qui  a enregistre 500 000 téléspectateurs de moins que l’an dernier…  Comment expliquer ça  alors que la fréquentation des salles de théâtre ne cesse d’augmenter ?

Je me rends compte que mon article sur la soirée des Molières se résume à deux éloges émus des deux meilleurs comédiens de l’année, et il se trouve qu’ils sont tous les deux dans mon souvenir.  J’ai donc un peu zappé le reste de la soirée et je vous demande de m’en excuser.

Partager cet article

Repost0

  • Miss Comédie
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir.

Albert Camus
 «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.»

Jean-Luc Godard :
« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. »

Marguerite Duras :
« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.» Jean-Luc Godard : « Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras : « Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

Si vous aimez mon blog, vous aimerez mes livres:

- Sa lente traversée du mois d'aout

- Les bals de Douvres

- La dictée de Bunuel

- Collisions d'étoiles

Aux éditions le Manuscrit.

Recherche