Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 08:35
Bonjour !  Je ne sais pas quel temps il fait sur la Croisette, mais ici c'est pas grisant.
Heureusement un bel imper sur des  jambes nues c'est très glamour aussi.
Il y en a qui ont du mal à déchiffrer mes tartines. J'essaie des caractères plus gros
mais ça risque de faire bizarre.  Ne vous affolez pas, c'est un test.
Restez bien branchés sur la compétition, hein ?

Partager cet article

Repost0
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 08:31

La sale d’attente
            SONIA,  SA MERE

PAS TOUT A FAIT D'ACCORD

LA MERE
Tu te sentais seule ?
ELLE
Oui, bien sûr ! 

LA MERE
Tu adores ton métier.

ELLE
Oui, oui, mon métier, mon métier... Un gagne-pain pas trop abrutissant, c’est tout...
LA MERE
Bon, écoute, arrêtons de pleurnicher, pour l’instant tout est bien dans le meilleur des mondes, Maxime t’aime, tu l’aimes, et ça va durer longtemps, et vous aurez beaucoup d’enfants.

ELLE,  sursautant
Ah !  Arrête... ne prononce pas des mots... “un enfant” !  Un enfant de lui mon dieu, le ciel me tomberait sur la tête, ce serait inimaginable, féérique...  le bonheur sur terre...

LA MERE
Reprends-toi ma chérie.  Un enfant c’est le plus gros emmerdemment que la femme puisse imaginer, en dehors de quelques guiliguilis qui sont très vite ridicules.

ELLE regardant sa mère en face
Merci pour moi.

LA MERE
Oh, quand on l’a, on fait avec, il faut bien, ça vous suit toute votre vie et un jour on se demande si cette créature en face de vous est bien restée recroquevillée neuf mois dans votre ventre...

ELLE, horrifiée
Maman !  Tu dis ces énormités pour la première fois ?
LA MERE
Oui, je ne sais pas ce qui m’arrive.  C’est pourtant bien le fond de ma pensée.

ELLE
Moi, si j’avais un enfant avec Maxime, je n’arrêterais pas de m’émerveiller à le regarder grandir…..

LA MERE
Arrête ces niaiseries, je te croyais intelligente, évoluée.  Tu es comme ces femelles qui ne savent rien faire d’autre que mettre bas.

ELLE
Mais tu es horrible !  Je dis ce qu’ont toujours dit les femmes depuis que le monde est monde ! C’est un sentiment qui reste encore  vénérable dans notre société de merde !

LA MERE
Oui, bon d’accord.  Je ne te suivrai pas sur ce terrain.  Nous en reparlerons dans trente ans, si tu as réalisé ton rêve


La porte s’ouvre.
VOIX DU MEDECIN
 Madame Aufray  et madame Aufray !

Elles sursautent toutes les deix.
LA MERE
Crois-tu qu’il a tout entendu ?
ELLE
S’il te demande combien tu as eu d’enfants, c’est peut-être qu’il aura tout entendu.
Elles sortent ensemble.

(A suivre)

Partager cet article

Repost0
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 08:24
....C’EST AUJOURD’HUI :

FISH TANK, d’Andréa Arnold
NUIT D’IVRESSE  PRINTANIERE de Lou Ye.

Je ne sais rien de rien de ces deux réalisateurs, mais nous lirons la presse. (Les films chinois sont souvent sulfureux. Qui sait ce qui se cache derrière ce titre romantique…)
En tout cas, il faut qu’ils soient remarquables  pour avoir été choisis  parmi  les quelque 1600 copies envoyées pour lecture.  Dans les années soixante ils en recevaient 700.
C’est comme pour l’édition :  le nombre de prétendants à la couronne augmente chaque année.  Le métier de directeur du Festival devient de plus en plus difficile.  Gilles Jacob, Thierry Frémont et leurs acolytes se tapent aujourd’hui le visionnage de six à sept longs métrages par jour.  Autant pour ceux qui visionnent les courts… C’est dire si les lauréats doivent avoir du coffre pour chanter plus haut que toute la basse-cour.

Côté affiches, on a l’impression qu’il s’agit d’une rétrospective ! Tarentino, Almodovar, Lars von Tries… Alain Resnais, Gaspard Noe,  Michaël Hanneke,  Jacques Audiard ….
Il semble que les goûts de Gilles Jacob, toujours prêt à innover, aient eu le dessous dans cette sélection qui favorise les talents confirmés. 


Hier soir, c’est Charles AZNAVOUR qui a monté le premier les marches du Palais des Festival.  Il prêtait sa voix au héros du film d’animation « UP » qui faisait l’ouverture.

 ….  C’ETAIT  HIER :


Alain DELON, Romy SCHNEIDER et Sofia LOREN saisis par l’objectif d’Auguste TRAVERSO en 1962.
C’est lui, Auguste, qui créa en 1919 le petit studio de la rue de Bône, à deux pas de la rue Paradis à Cannes.  Il travaillait alors sur les « clichés » et ses photos nous révèlent, tout comme celles de LARTIGUE, l’épanouissement de la Côte d’Azur dans les années 20 et 30 .  Mais TRAVERSO, lui, s’est spécialisé dans l’aventure du FESTIVAL.
Demain, la suite de la saga TRAVERSO…



Partager cet article

Repost0
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 08:23
« Tout art est autobiographique ; la perle est l’atobiographie de l’huître. »
Federico  FELLINI

Fellini avait une femme toute menue, et pourtant on sait qu’il aimait les grosses, alors où est la perle ?
A demain mes amis,
Miss Comédie


Partager cet article

Repost0
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 08:44
Bonjour, amis du théâtre et recueillez-vous, un grand homme est mort.  ROGER PLANCHON était en train
de lire une pièce à une amie quand soudain il s'est senti fatigué, il s'est allongé et son âme s'est envolée.
Il laisse une oeuvre immense et le souvenir d'un t alent démultiplié.
Il nous reste le FESTIVAL DE CANNES et ses enjeux, artistiques et commerciaux... on hésite à trouver
cela primordial.  Mais, comme on dit : the show must go on...

Partager cet article

Repost0
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 08:39


La salle d’attente est plongée dans la pénombre, tous stores baissés.  On sent que dehors le soleil tape.  Sonia est assise en compagnie d’une dame plus âgée, visiblement sa mère.  Elles portent des tenues d’été et la mère s’évente avec un journal.
SONIA,  SA MERE.

LA MERE
Il n’y a pas la climatisation chez ton médecin ?
ELLE
Non maman.  Pas pour un mois par an ...
LA MERE
Deux...  parfois trois.  Enfin.  L’essentiel est que ce docteur trouve la cause de mes insomnies.
ELLE
Tu sais, il ne fait pas de miracles.  Si ça se trouve, tes insomnies ont une tout autre cause que l’allergie.  Allergie à quoi ?
LA MERE
Ben, je sais pas, moi, la plume, la poussière, le noir, le Duphalac...  c’est à lui de voir. 
ELLE
Je te préviens, c’est long à trouver.  Il n’a pas encore trouvé la mienne... ni celle de Maxime.
LA MERE
Je croyais qu’il était guéri.
ELLE
D’une crise d’urticaire causée par  les crustacés qu’il avait mangé à Noël.
LA MERE
Ca  me rappelle ce film terrifiant sur le type qui était allergique aux méduses...
ELLE
Il y laissait sa peau... C’était cette garce de fille jalouse de sa mère...
LA MERE
A propos... tu t’entends mieux avec le fils de Maxime ?
ELLE
Oh oui... Il m’a adoptee.  Surtout depuis notre dernière rupture.  Il a pris mon parti, figure-toi  !

LA MERE
  Il est sûrement amoureux de toi.

ELLE
Tu plaisantes ?  Je suis une vieille, pour lui !

LA MERE
Ils en rêvent, des vieilles.  Surtout une vieille comme toi, regarde-toi.  Et Maxime, là-dedans ?
ELLE
Il est un peu jaloux !  (Elle rit). L’autre jour Thomas et moi avons déjeuné ensemble, il paraît qu’il a fait une  tête …

LA MERE
Tu as déjeûné seule avec Thomas ?

ELLE
Oui...  La brouille avait assez duré.  Il fallait trouver un terrain d’entente.  Thomas a été un parfait entremetteur.

LA MERE
Quand meme…. Vous vous disputez souvent !

ELLE
Oui, mais ça ne veut rien dire ! Je l’aime de plus en plus.  Je sens que je m’attache.  Et en même temps, je sens en moi une réticence étrange. 

LA MERE
Une réticence ?
ELLE
Oui, comme si une force en moi m’éloignait de lui.  Et je sens la même réticence chez lui ! 

LA MERE
Et si vous étiez allergiques l’un à l’autre ?
ELLE
Ben voilà, c’est bien la théorie de ce docteur.

LA MERE
Tiens, d’ailleurs, tu ne devais plus revenir le voir ?

ELLE
Oui, il m’avait  sérieusement gonflée.  Mais je crois qu’il a raison.  Maxime supporte mal mon intrusion dans sa vie.

LA MERE
D’habitude, les hommes ne supportent pas de vivre seuls.

ELLE
Lui, oui !  Il s’est arrangé un petit célibat cocon, avec tout le fric qu’il gagne c’est facile, tu sais, de faire repasser ses chemises et livrer un dîner tout prêt.  Maxime est un homme libre.

LA MERE, songeuse
Toi aussi, tu étais une femme libre...  mais aujourd’hui, s’il te quittait...
ELLE
Je n’étais pas une femme libre, j’étais une femme seule.

LA MERE
La différence ?

ELLE
La différence, c’est qu’une femme libre ne se sent jamais seule.

(A  suivre)
_________________________________________________________




Partager cet article

Repost0
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 08:31
C’EST AUJOURD’HUI…


Encore un coup d’envoi.  Mais ce soir, rien d’extraordinaire après la Cérémonie d’Ouverture que l’on pourra savourer sur Canal +. Il faudra attendre vendredi pour retrouver Jane CAMPION, de retour à Cannes après sa magistrale LECON DE PIANO.
Ensuite, cela ira crescendo mais le spectacle, à Cannes, n’est pas seulement au Palais, il est sur la Croisette, sur la plage, sur les plateaux de télé, et plus encore que les films ce sont les potins, les photos et les surprises qui foisonnent.
La présidente du jury, Isabelle HUPPERT, a déjà fait son travail en amont.  Interviews, photos couture, souvenirs…. C’est une vieille routière, malgré son visage toujours juvénile.
Apercevra-t-on la Grande Catherine ?  Elle se fait de plus en plus rare, hélas, sa beauté s’évanouit doucement et elle doit souffrir en silence.
Nous saurons au jour le jour qui seront les gagnants de cette foire aux TALENTS...   et aux vanités.


 Il ne l’a peut-être pas fait exprès, mais Gilles JACOB, le presque octogénaire Président du FESTIVAL DE CANNES, a écrit un livre de souvenirs qui sort cette semaine en librairie.  Ca s’appelle « LA VIE PASSERA COMME UN REVE ».  Très beau titre…  Sa vie à lui, a dû passer entre rêve et cauchemar ! Mais son livre doit être une vraie malle aux trésors, pour peu qu’on aime le cinéma.





C’ETAIT   HIER…

La galerie de portraits que je vous offre cette semaine est signée TRAVERSO.  L’illustre famille de photographes cannois  qui ont couvert le Festival de Cannes depuis sa création.
Aujourd’hui, Martine CAROL dans son bain de foule, en 1958.
C’était pour quel film ?  LOLA MONTES ?  (si vous le savez, vous pouvez répondre !)



Partager cet article

Repost0
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 08:30
Ce qui est révoltant dans la guerre, c’est qu’elle prive l’homme de son combat individuel.
François TRUFFAUT   (dans JULES ET JIM)

Ca  paraît étonnant que cette citation soit de TRUFFAUT.  Elle pourrait être signée TolstoÏ…
TRUFFAUT a mené son combat individuel de main de maître :
il a fomenté la Nouvelle Vague.  Il a peut-être refusé de faire  la guerre.
A demain, chers cinéphiles.
Miss Comédie

Partager cet article

Repost0
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 08:29
Bonjour !  Vous êtes en train de vous demander si l'histoire d'amour des AMOUREUX DE LA SALLE
D'ATTENTE n'est pas en train de capoter ?  Minute, papillon, MAXIME n'est pas au bout des surprises.
Pour JOHNNY, il faudra vous y faire, j'en parlerai encore sûrement, on n'a pas tous les jours un sujet
pareil à développer... Mais demain s'ouvre le Festival de CANNES et là aussi, il y aura de quoi écrire...

Partager cet article

Repost0
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 08:26

Le bureau de MAXIME
MAXIME, THOMAS

LA CONFESSION DE MAXIME
LUI se lève, contourne son bureau, se plante devant son fils, les bras ballants.
Elle t’a dit ça ?
THOMAS
Oui.
LUI
Elle bluffe.
            THOMAS
Arrête ton char, tu sais très bien qu’elle dit la vérité.  C’est d’ailleurs la seule chose à faire, dans sa situation.
LUI
Mais elle aurait pu m’en parler !
THOMAS
Tu ne voulais plus lui parler, rappelle-toi, rappelle-toi...
LUI
Ah, ça suffit !  (Il parle en marchant de long en large)
Alors cette pauvre idiote a cru que je tenais absolument à guérir ma toux, comme un papy, une toux que je traîne depuis dix ans et qui vient du tabac, c’est notoire !  Je le vois bien, maintenant, qu’elle vient du tabac, ma toux, et je continuais à aller chez ce... conn... ce salaud de médecin pour faire comme elle, pour arpenter encore cette salle d’attente où je l’avais vue pour la première fois.
Et j’étais en train de me faire manipuler.  Et je continuais à aligner mes chèques pour le seul plaisir de retourner m’asseoir dans cette pièce grise et sale, avec ce demi fou allergique aux microbes et cette allumée du sac à main...
(Il retourne vers son fils)
Elle a cru que j’étais assez bête pour me faire avoir par un docteur de mes deux !  Elle n’a pas compris que je venais pour elle, parce que je l’aimais comme un fou !  Aachhh….. (Il tousse)
Et tu crois que je vais avoir le coeur à aller à Megève faire le clown sur les pistes, tout seul comme un con ?
Autrefois j’y allais pour toi, mon fils, mon Thomas, je t’emmenais à l’école de ski, et puis je te faisais faire la descente de Princesse, tout ému de te voir si petit sur tes petits skis, et nous n’en finissions pas de reprendre le tire-fesse l’un derrière l’autre, pour descendre cette petite pente qui te mettait en joie, tu riais au éclats, souviens-toi, quand tu tombais du haut de tes trois pommes sur ton derrière...
J’étais heureux, à l’époque, j’avais perdu ma femme mais j’avais un but : c’était toi, te rendre heureux.
Maintenant...
THOMAS
Maintenant je suis toujours là, papa.
LUI
Les jours sont comptés.  Déjà tu t’échappes, Megève pour toi ce n’est plus le ski avec ton vieux père, c’est la planche avec tes copains.  C’est normal, j’aurais dû le voir venir....
THOMAS
Maintenant tu as Sonia.
LUI
C’est trop tard.  Elle m’a vu comme j’étais : un vieux con.  Elle a raison de partir.  Je lui aurais rendu la vie impossible.  Je l’oublierai.
THOMAS
           Tu ne veux pas faire un petit geste ?
LUI
Quel geste ?   Un vieux con bêlant c’est pire que tout. Faire un geste... pfff.
THOMAS
Elle n’attend que ça.

(A suivre)

Partager cet article

Repost0

  • Miss Comédie
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir.

Albert Camus
 «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.»

Jean-Luc Godard :
« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. »

Marguerite Duras :
« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.» Jean-Luc Godard : « Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras : « Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

Si vous aimez mon blog, vous aimerez mes livres:

- Sa lente traversée du mois d'aout

- Les bals de Douvres

- La dictée de Bunuel

- Collisions d'étoiles

Aux éditions le Manuscrit.

Recherche