Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 09:00
....C’EST AUJOURD’HUI :
     
LOOKING FOR ERIC,  de Ken LOACH
ANTICHRIST  de Lars von TRIERS

Avec ces deux-là il faut s’attendre à tout.  Mais ils ont la faveur des érudits de la culture alors on va leur pardonner beaucoup.
C’est pas comme ce pauvre Johnnie To, qui s’est vu lapider vite fait.  Son film VENGEANCE est peut-être médiocre mais la façon dont LE FIGARO en parle, par la voix de son gros journaliste Eric NEUHOFF, est honteuse.  Un tel mépris, une telle arrogance, un tel manque de respect pour le travail des gens, une telle vanité dans les propos de ce porte-parole est indigne de la profession.

Respirons un grand coup et parlons de cette BRIGHT STAR qui a ébloui les festivaliers.  Jane CAMPION a apparemment réussi son come back à Cannes.  L’histoire est belle et émouvante, et l’on jugera de l’image dès sa sortie que l’on attend avec impatience.  Un film de poète qui n’exclue pas la brutalité du tragique.  Les propos de Jane CAMPION sont empreints de simplicité et de franchise.  Elle ne parle pas le langage de ceux qui sont un peu las de la célébrité.
Son actrice, la jeune Abbie CORNISH, a la beauté fracassante d’une Scarlett JOHANSSEN d’il y a dix ans. On ne montre pas assez l’acteur qui joue le poète Keats, il est beau comme un dieu lui aussi.

Vous avez vu la montée des marches des deux stars ex-aequo dans le glamour, MARCEAU-BELLUCI main dans la main (avec avantage pour la première qui a dix points d’avance pour le naturel et la french touch qui nous touche !…)   Leur film dont l’histoire me fait penser à MULHOILLAND DRIVE de David LYNCH, mais attention, là il y avait chef-d’œuvre - est sûrement intéressant.

On tire un trait sur ce week-end trop riche en évènements, et on repart à zéro avec la semaine qui commence - et qui sera courte pour moi, hélas, because ascension de Jésus au ciel qui est un événement hors normes mais pas du tout médiatique.
Mais on attend demain avec impatience : ALMODOVAR monte les marches !

… C’ETAIT HIER  :

 
1965. Elles posaient encore ensemble. Les sœurs DORLEAC
étaient aussi belles l’une que l’autre. Deux ans plus tard,
Françoise se tuait sur l’autoroute.
La photo est toujours de TRAVERSO.  Cette année-là  Auguste TRAVERSO
et son fils Henri s’étaient adjoint le petit-fils, Gilles, pris de la même passion
.
Le team était au complet.
Partager cet article
Repost0
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 08:58
« Un sot n’a pas assez d’étoffe pour être bon. »
La ROCHEFOUCAULT

Souvent l’intelligence est bouffée par la vanité. Ca, c’est moi qui le dis.  Cannes est un grand réservoir de vanités.
Les artistes doivent en passer par là, c’est une sorte de bizutage.  A demain, mes chéris.
Miss Comédie.

Partager cet article
Repost0
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 08:41
Bonjout !  Vous savez que mon théâtre fait relâche le week-end ?  Même pendant le Festival. C'est dommage, mais il y a une telle surabondance de médiatisation autour
de cet évènement que vous ne perdrez pas une miette du festin cannois.
Dans la scène d'aujourd'hui, toujours dans la SALLE D'ATTENTE, Maxime et son fils tentent de deviner le diagnostic du docteur. Un rhume est peut-être une allergie, mais
à quoi ou à qui ?

Partager cet article
Repost0
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 08:39

La salle d’attente.  Maxime est assis avec  Thomas. 
Ils sont plongés dans des magazines. 
Thomas éternue plusieurs fois de suite et se mouche.

RHUME DES FOINS OU… ?

LUI, levant le nez de son journal
On aurait pu y penser plus tôt.
THOMAS
A quoi ?
LUI
A l’allergie. Un rhume, ça ne dure pas trois mois.
THOMAS (replongé dans son journal)
Ouais.
LUI
On est le 5 septembre, Thomas,  et tu traînes ça depuis début juillet. Tu étais encore à Paris.  Donc, l’allergie est ici.  Soit chez nous, soit au lycée.
THOMAS
Ouais.
LUI
En juillet les arbres sont en feuilles, il n’y a pas de pollen dans l’air...
Tu ne te souviens pas d’avoir respiré, ou mangé, ou approché quelque chose qui...  le docteur va te le demander.
THOMAS
Non.
LUI
L’allergie, ça peut être invisible, impalpable, imprévisible... Ca peut entrer par la fenêtre, la nuit, pendant que tu dors... Ca peut être aussi provoqué par un dégoût, une répulsion à un environnement, à un aliment... à une vision... à un devoir... à...
THOMAS
A une personne.
LUI, marquant un temps
A une personne, oui...

On les sent tendus, ils évitent de se regarder.

THOMAS d’une voix douce
Ca met longtemps à se déclencher ?  Un mois ?  Deux mois ?
LUI
Je ne sais pas.  Tu penses à quoi ?

THOMAS, brutalement
On pourrait pas parler d’autre chose ?  Dans un moment on saura tout. On aura l’explication.
LUI
Peutêtre qu’on pourrait la trouver tout seuls...
THOMAS
Et le remède ?  Y a qu’un toubib qui puisse trouver le remède.
LUI                                
Oh, c’est simple.  Le remède, c’est de supprimer la cause de l’allergie.
THOMAS
Ouais.  Quand on peut.
LUI, la voix sourde
On peut toujours.

(A suivre)





Partager cet article
Repost0
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 08:32

…. C’EST AUJOURD’HUI !

« BRIGHT STAR »  de Jane CAMPION   

Enfin elle revient à Cannes !   En 1993 elle avait été la première femme réalisatrice à recevoir la Palme d’Or.
C’était pour LA LECON DE PIANO, film terrible avec les géniaux Holly HUNTER et Harvey KEITEL.
Je subodore que Isabelle HUPPERT, la Présidente du Jury, aura une petite faiblesse pour ce film. Mais n’anticipons pas.

Sur la Croisette, on se refile l’anecdote : Isabelle HUPPERT aurait été snobée par TARENTINO pour le casting du film en compétition : « INGLORIOUS BASTARDS.   Soit-disant qu’elle serait arrivée en retard à deux rendez-vous…  Alors, là, elle doit se lécher les doigts de gourmandise. Les rôles sont renversés.  Mais elle doit se réglaler doublement : 1 parce que Tarentino doit être dans ses petits souliers, et 2, parce qu’elle est capable de voter pour lui  et de niquer tous les bavards !
C’est comme ça dans la vie.  Il faut se méfier des retours d’ascensueurs.

….. C’ETAIT MARDI DERNIER…

Roger nous quittait.  Dans le théâtre, tout le monde l’appelait Roger.  PLANCHON, le maître, le défricheur, le créateur du TNP de VILLEURBANNE dans ma ville, l’acteur génial.
Je pourrais remplir ce blog de toutes les pièces que j’ai vues de lui, avec lui, et des films… Ce film magnifique, de 1993 lui aussi : L’ENFANT ROI », racontant la naissance d’un royaume, les premiers pas de Louis XIV dans la vie et dans le pouvoir.
Mais Planchon c’est surtout le théâtre, l’action pour le théâtre. C’était un homme qui faisait l’unanimité. Il forçait le respect.
Il avait un regard triste. Pourquoi ? 
Il y a encore une semaine il jouait au SYLVIA MONTFORT, avec sa femme Colette Dompietrini, « AMEDEE OU COMMENT S’EN DEBARRASSER » de IONESCO.  Il est parti un manuscrit à la main, il avait toujours un manuscrit à la main.

…  C’ETAIT  HIER :

Mais que faisait GERARD PHILIPE à Cannes ? C’était en 1956
et il présentait son film TILL L’ESPIEGLE.  Il en était à la fois le réalisateur et l’espiègle.  Je ne crois pas qu’il ait été récompensé. (Si oui, dites-le moi) .  Il était auréolé de gloire, il était beau, il n’avait plus que trois ans à vivre.
Il était seul sur la photo, parce que ce n’était pas quelqu’un qui s’affichait avec des stars.  Sa femme Anne avait dû rester chez elle car elle ddétestait les mondanités, et il lui était fidèle.  C’était un ange, tout le monde l’a dit et je le redis.

La photo est encore de TRAVERSO. En 1956, Auguste TRAVERSO travaillait depuis dix ans avec son fils Henri et avait abandonné les plaques pour le Rolleiflex. Ensemble, ils ont pris sur le vif quelques it stars au pied des marches…



Partager cet article
Repost0
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 08:29
« J’ai fait du théâtre pour des gens comme mes parents, qui étaient des illétrés ».
ROGER PLANCHON

Il a ouvert toutes grandes les portes du rêve à tous ceux qui
croyaient que le théâtre était  réservé aux initiés.
Avec son copain Jean VILAR ils se prenaient pas pour des initiés.
Chers amis je vous quitte jusqu’à lundi, mes copains de la
presse écrite sauront vous raconter les hauts faits du week-end….
Miss Comédie.



Partager cet article
Repost0
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 08:35
Bonjour !  Je ne sais pas quel temps il fait sur la Croisette, mais ici c'est pas grisant.
Heureusement un bel imper sur des  jambes nues c'est très glamour aussi.
Il y en a qui ont du mal à déchiffrer mes tartines. J'essaie des caractères plus gros
mais ça risque de faire bizarre.  Ne vous affolez pas, c'est un test.
Restez bien branchés sur la compétition, hein ?

Partager cet article
Repost0
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 08:31

La sale d’attente
            SONIA,  SA MERE

PAS TOUT A FAIT D'ACCORD

LA MERE
Tu te sentais seule ?
ELLE
Oui, bien sûr ! 

LA MERE
Tu adores ton métier.

ELLE
Oui, oui, mon métier, mon métier... Un gagne-pain pas trop abrutissant, c’est tout...
LA MERE
Bon, écoute, arrêtons de pleurnicher, pour l’instant tout est bien dans le meilleur des mondes, Maxime t’aime, tu l’aimes, et ça va durer longtemps, et vous aurez beaucoup d’enfants.

ELLE,  sursautant
Ah !  Arrête... ne prononce pas des mots... “un enfant” !  Un enfant de lui mon dieu, le ciel me tomberait sur la tête, ce serait inimaginable, féérique...  le bonheur sur terre...

LA MERE
Reprends-toi ma chérie.  Un enfant c’est le plus gros emmerdemment que la femme puisse imaginer, en dehors de quelques guiliguilis qui sont très vite ridicules.

ELLE regardant sa mère en face
Merci pour moi.

LA MERE
Oh, quand on l’a, on fait avec, il faut bien, ça vous suit toute votre vie et un jour on se demande si cette créature en face de vous est bien restée recroquevillée neuf mois dans votre ventre...

ELLE, horrifiée
Maman !  Tu dis ces énormités pour la première fois ?
LA MERE
Oui, je ne sais pas ce qui m’arrive.  C’est pourtant bien le fond de ma pensée.

ELLE
Moi, si j’avais un enfant avec Maxime, je n’arrêterais pas de m’émerveiller à le regarder grandir…..

LA MERE
Arrête ces niaiseries, je te croyais intelligente, évoluée.  Tu es comme ces femelles qui ne savent rien faire d’autre que mettre bas.

ELLE
Mais tu es horrible !  Je dis ce qu’ont toujours dit les femmes depuis que le monde est monde ! C’est un sentiment qui reste encore  vénérable dans notre société de merde !

LA MERE
Oui, bon d’accord.  Je ne te suivrai pas sur ce terrain.  Nous en reparlerons dans trente ans, si tu as réalisé ton rêve


La porte s’ouvre.
VOIX DU MEDECIN
 Madame Aufray  et madame Aufray !

Elles sursautent toutes les deix.
LA MERE
Crois-tu qu’il a tout entendu ?
ELLE
S’il te demande combien tu as eu d’enfants, c’est peut-être qu’il aura tout entendu.
Elles sortent ensemble.

(A suivre)

Partager cet article
Repost0
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 08:24
....C’EST AUJOURD’HUI :

FISH TANK, d’Andréa Arnold
NUIT D’IVRESSE  PRINTANIERE de Lou Ye.

Je ne sais rien de rien de ces deux réalisateurs, mais nous lirons la presse. (Les films chinois sont souvent sulfureux. Qui sait ce qui se cache derrière ce titre romantique…)
En tout cas, il faut qu’ils soient remarquables  pour avoir été choisis  parmi  les quelque 1600 copies envoyées pour lecture.  Dans les années soixante ils en recevaient 700.
C’est comme pour l’édition :  le nombre de prétendants à la couronne augmente chaque année.  Le métier de directeur du Festival devient de plus en plus difficile.  Gilles Jacob, Thierry Frémont et leurs acolytes se tapent aujourd’hui le visionnage de six à sept longs métrages par jour.  Autant pour ceux qui visionnent les courts… C’est dire si les lauréats doivent avoir du coffre pour chanter plus haut que toute la basse-cour.

Côté affiches, on a l’impression qu’il s’agit d’une rétrospective ! Tarentino, Almodovar, Lars von Tries… Alain Resnais, Gaspard Noe,  Michaël Hanneke,  Jacques Audiard ….
Il semble que les goûts de Gilles Jacob, toujours prêt à innover, aient eu le dessous dans cette sélection qui favorise les talents confirmés. 


Hier soir, c’est Charles AZNAVOUR qui a monté le premier les marches du Palais des Festival.  Il prêtait sa voix au héros du film d’animation « UP » qui faisait l’ouverture.

 ….  C’ETAIT  HIER :


Alain DELON, Romy SCHNEIDER et Sofia LOREN saisis par l’objectif d’Auguste TRAVERSO en 1962.
C’est lui, Auguste, qui créa en 1919 le petit studio de la rue de Bône, à deux pas de la rue Paradis à Cannes.  Il travaillait alors sur les « clichés » et ses photos nous révèlent, tout comme celles de LARTIGUE, l’épanouissement de la Côte d’Azur dans les années 20 et 30 .  Mais TRAVERSO, lui, s’est spécialisé dans l’aventure du FESTIVAL.
Demain, la suite de la saga TRAVERSO…



Partager cet article
Repost0
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 08:23
« Tout art est autobiographique ; la perle est l’atobiographie de l’huître. »
Federico  FELLINI

Fellini avait une femme toute menue, et pourtant on sait qu’il aimait les grosses, alors où est la perle ?
A demain mes amis,
Miss Comédie


Partager cet article
Repost0

  • Miss Comédie
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir.

Albert Camus
 «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.»

Jean-Luc Godard :
« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. »

Marguerite Duras :
« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.» Jean-Luc Godard : « Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras : « Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

Si vous aimez mon blog, vous aimerez mes livres:

- Sa lente traversée du mois d'aout

- Les bals de Douvres

- La dictée de Bunuel

- Collisions d'étoiles

Aux éditions le Manuscrit.

Recherche