Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 08:26

Le cabinet du médecin

ELLE, LE MEDECIN

FIN  DE  VISITE   AGITEE


LE MEDECIN
Et bien madame, si j’interprète vos réponses au premier degré, votre urticaire n’a aucune source psychosomatique.  C’est une banale irritation de l’épiderme.

ELLE
Et au deuxième degré ?

LE MEDECIN
Au 2ème degré, il pourrait s’agir d’un déséquilibre psychique provoqué par votre perception douloureuse du désarroi de votre partenaire.

ELLE  baisse la tête sans répondre.

LE MEDECIN
Le problème, c’est que je ne peux  vous soigner VOUS, pour un pathos qui se manifeste chez monsieur Sévère.

ELLE
Et lui, comment le soignez-vous ?

LE MEDECIN
Je regrette... Je ne puis répondre à cette question.

ELLE
Ah oui... le secret professionnel...  Mais je veux bien faire l’effort de deviner toute seule. 

 (Elle se lève et fait le tour du fauteuil)
Ca n’est pas très difficile, vous savez.

(Elle se passe la main sur le front.  On sent qu’elle a compris quelque chose d’important).
... mon Dieu, mais c’est bien sûr... Il faut supprimer la cause... Voilà ce que vous lui dites.   Non ?... Je me trompe ?
“Essayez de rompre avec Sonia Aufray... ce sera la fin de tous vos ennuis...”

(Elle se tourne vers le médecin et hausse le ton jusqu’à ce que sa voix se brise)
Et qu’est-ce qu’il vous répond, quand vous lui ordonnez ce traitement ?   Ca, vous pouvez me le dire, ça pourrait m’aider, moi aussi...

LE MEDECIN
Calmez-vous, madame.  Je ne suis que le révélateur de vos faiblesses.

ELLE (perdant tout contrôle)
Et vous êtes fier de vous, monsieur le révélateur ? Vous obtenez de bons résultats, en sabrant dans les histoires d’amour ? Combien d’urticaires avez-vous soigné par ce moyen radical ?

LE MEDECIN  (se lève)
Madame taisez-vous, je ne vous permets pas.  Vous parlez sans savoir !

ELLE
Je sais seulement que vous soignez les gens en exploitant leur naïveté...
(Ils sont maintenant face à face)
 Ma mère adorait son chien.  Vous l’avez obligée à le tuer et vous saviez que non seulement elle ne vous en voudrait pas mais qu’elle allait VOUS REMERCIER !  
(Elle se détourne et passe côté cour)
Voilà les bienfaits de la médecine.  Cinquante pour cent de guérisons spontanées due à l’illusion.

LE MEDECIN
Madame, la visite est terminée.  Je vous prie de sortir.  Vous me devez  soixante dix euros.

ELLE (le regarde)
Je vous les ferai parvenir par la poste.

Elle se lève lentement, ramasse son manteau et sort.

(A suivre)


           

Repost 0
Published by Miss Comédie - dans Archives
commenter cet article
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 08:16
  SACRES INSTRUMENTS…

L’histoire du QUATUOR MODIGLIANI est édifiante.  D’abord, ne pas confondre ce jeune quatuor qui monte avec le QUATUOR que tout le monde connaît, quatre pitres qui jouent bigrement bien du violon.
Le QUATUOR MODIGLIANI était inconnu il y a encore quelques mois, lorsqu’il est arrivé en finale ex-aequo avec le célèbre quatuor ALBAN BERG, lors d’un classement à l’aveugle dans l’émission de Radio Classique « la Tribune des Critiques de Disques ».
Depuis, fini l’anonymat. Bon, ça pourrait être une anecdote banale, mais ce qui rend leur aventure piquante, c’est l’histoire de leurs instruments :  issus du même bois et du même luthier, le célèbre Etienne VATELOT, ils ont été conçus pour être joués ensemble.   Ce n’est pas tout : ils portent chacun, gravés sur la table d’harmonie et sculptés sur le cordier, les noms des quatre Evangélistes, exactement comme l’a fait STRADIVARIUS pour son quatuor Le Messie.
C’est comme si Saint Mathieu et saint Marc jouaient de l’alto, saint Luc du Violoncelle, saint Jean de la contrebasse….
   
Ces quatre merveilles inséparables ont dormi pendant 35 ans dans l’atelier de Vatelot jusqu’à ce qu’il les vende à la SWISS ARTISTIC FOUNDATION contre la promesse qu’ils ne seraient jamais séparés.  C’est ainsi qu’ils furent confiés au QUATUOR MODIGLIANI pour en tirer des sons sublimes.
Ils ne sont pas propriétaires de leur instrument mais lorsqu’ils jouent, ils en sont les seuls maîtres et les sons qu’ils en tirent sont le signe du sacré.


JOURS TRANQUILLES A AVIGNON


Samedi j’étais à Avignon, quelle ville délicieuse et calme, avec son côté Palais des Papes historoique, ses hôtels cachés dans des jardins secrets, et son souffle théâtral  qui habite les ruelles, et son côté Teinturiers avec ses échoppes transformées en théâtres, sa Sorgue qui serpente et ses Halles-coeur-de ville qui remettent les pieds sur terre.
L’été, Avignon se dévergonde. Elle s’ouvre aux étrangers comme une courtisane. Et ils saccagent tout.  Les étrangers, je veux  dire ceux qui ne sont pas du Vaucluse.
Les autres, les amateurs de théâtre,  Les vrais, ceux qui écument le « off » parce que le « in » on n’y comprend rien, ils sont à Avignon comme à la Foire de Paris. On leur pardonne.
Mais c’est vrai que parfois dans le « off », on tombe sur des perles qui vont être reprises à Paris.
Moi, quand j’ai joué dans le « off » notre pièce de Crébillon Fils, « LE SOFA », je n’ai pas repris la pièce à Paris.
D’année en année, le nombre des spectacles augmente. L’année dernière, plus de mille.  Vous vous rendez compte ?
Bientôt, la scène de la ménagère achetant son bifteck comptera pour un spectacle.
J’ai demandé le programme, bien   sûr il n’est pas encore au point.  Celui du « in » non plus. Juste une carte imprimée avec des ailes d’oiseaux, et un nombre de productions étrangères avec leur titre et le pays d’origine.
Le programme du « in » on dirait un prospectus pour l’UNESCO. Même les productions françaises sont signées par des étrangers.  Enfin, c’est toujours bon pour la planète.






Repost 0
Published by Miss Comédie - dans Archives d'actualités
commenter cet article
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 08:08
Il s’agit donc de faire une société, après quoi nous ferons peut-être du bon théâtre.
Jean VILAR  (De la tradition théâtrale)

Ah, très bien.  Il pensait qu’il allait changer la société à son idée.
Moi je voudrais d’abord faire du bon théâtre, après quoi la société se fera une idée. 
J’admire Jean Vilar quand même, parce qu’il a fait du bon et du beau théâtre.
Mais il n'a pas changé grand-chose à la société.
Des mots, tout ça, des mots ! A demain, chers lecteurs-spectateurs.
Miss Comédie.

Repost 0
Published by Miss Comédie - dans Archives
commenter cet article
4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 11:06
Bonjour !  Ouh, c'est dur de reprendre ses esprits après trois jours hors du circuit mondain et infoormatique,
bercée par le chant des oiseaux, les yeux écarquillés devant une nature dévergondée.
Ce qui me console, c'est de lever mon rideau sur une salle pleine... enfin j'espère !
SONIA est toujours dans le cabinet du médecin, et le ton monte, on dirait.
Demain vous aurez le diagnostic, pas très catholique...
Repost 0
Published by Miss Comédie - dans Petit lever de rideau
commenter cet article
4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 11:03


Le cabinet du médecin.
ELLE, LE MEDECIN;

DEUX  QUESTIONS-CLE


LE MEDECIN
Votre relation avec Maxime Sévère a-t-elle bouleversé votre vie quotidienne ?

ELLE
Si elle l’a bouleversée ?  Ah, ça oui, alors !

LE MEDECIN
Par oui ou par non.  Je ne vous en demande pas plus.

ELLE
Oui !

LE MEDECIN
Désiriez-vous ce changement ?

ELLE
Oui.

LE MEDECIN (contrarié)
Ah.

ELLE
C’est lui, qui ne le désirait pas.

LE MEDECIN (rassuré)
Ah !  Et comment le savez-vous ?

ELLE
Je le sais, parce que ça se voit !


LE MEDECIN
Il vous manifeste de l’hostilité ?

ELLE (haussant les épaules)
S’il me manifestait de l’hostilité, je cesserais de me poser des questions. Je partirais. Non, vous croyez que c’est si simple que ça ?  Sans aller jusqu’à l’hostilité, il y a mille nuances dans le comportement d’un homme amoureux que seule une femme peut déceler... Mille nuances...

LE MEDECIN
C’est quoi, par exemple ?

ELLE
Là vous allez trop loin.  J’ai répondu à vos deux questions, à vous de jouer, maintenant.

(A suivre)

__________________________________________


Repost 0
Published by Miss Comédie - dans Archives
commenter cet article
4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 10:59

Le Grand Paris !   Ah mon Dieu.  On va agrandir Paris.  Mais dans quel sens ?  Vers le Nord ?  On va raser les banlieues grises ?  Vers le Sud ?  On va passer par-dessus l’autoroute ?  Vers l’Est ?  On va  allonger le bois de Vincennes ?  Vers l’Ouest ?  On va doubler le bois de Boulogne ?
En tous cas, les banlieusards sont contre.  J’ai entendu des protestations variées de la part d’habitants bien tranquilles de la Vallée de Chevreuse :  ils ne veulent pas du tout devenir parisiens !  Le fait que Paris vienne englober leurs villages les indispose totalement !  Ils sont heureux à Chatou, ils veulent rester chatouilleux  !
Vous me direz : les Français sont contre le changement, une fois pour toutes !  C’est vrai, c’est vrai,  mais dans ce cas-là, est-ce qu’ils n’auraient pas raison ?
Paris ne s’est  pas bâti en un jour, mais aujourd’hui ça y est, il est bâti, on ne va pas revenir dessus… Ca va faire pièce rapportée, du neuf à c ôté du vieux, on a déjà la Pyramide au milieu du Louvre, on s’y est fait, mais à grande échelle ça risque de faire désordre.
Enfin, c’est mon avis.  Je ne connais pas le dossier.  Je réagis sur l’idée. Peut-être que le projet est somptueux, magnifique, et que Nicolas pourra donner des fêtes comme Louis XIV, dans les allées de son Grand Paris.



Ce qui n’est pas drôle à Paris, c’est que le parc de Vélib se dégrade au point que Jean-Claude DECAUX en abandonne la direction.  Impossible à gérer !  Trop de casse, trop de vols, trop d’abandons au bord du trottoir, aucun sens civique chez les emprunteurs.  C’est navrant, j’ai honte pour eux.
A Lyon, qui a inauguré cette belle aventure, le parc se porte plutôt bien.  Les Vélov’ prolifèrent, on se croirait à Amsterdam, mais en général les bornes sont approvisionnées et les vélos pas trop malmenés.
Quand je pense que bientôt ça sera le tour des autos….  Qui aura le courage de prendre la gérance de ce nouveau moyen de transport ouvert à tout le monde et n’importe qui ?

Repost 0
Published by Miss Comédie - dans Archives d'actualités
commenter cet article
4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 10:58
Il y a deux tragédies dans la vie d’un homme, la première c’est de réaliser son rêve, la deuxième c’est de ne pas le réaliser.
Oscar WILDE

Sur cette perspective qui revient à bosser pour rien, je vous dis « don’t worry, be happy » et à demain !
Miss Comédie


Repost 0
Published by Miss Comédie - dans Archives
commenter cet article
30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 07:35
Bonjour !  Ah mes amis,  le rideau ne se lèvera pas aujourd’hui.
Because  relâche(ment) du 1er mai, qui va nous gagner tous et même que vous ne viendrez peut-être  pas
voir ma pièce ?
Alors ne regrettons  rien,  je vous garde au chaud la scène 16 des AMOUREUX DE LA SALLE D’ATTENTE . 
Partez donc, fuyez la ville et les risques de contamination, comme dirait le PETIT  HOMME de ma pièce, il colle à l’actu  celui-là , et échappez-vous vers nos campagnes pour cueillir des brassées de muguet.
RENDEZ-VOUS  LUNDI  4  et passez un très bon week-end !
Miss Comédie


Repost 0
Published by Miss Comédie - dans Petit lever de rideau
commenter cet article
29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 08:36
Bonjour !  Cest Philippe CAUBERE (voir plus bas) qui m'a donné l'idée de réécouter cette belle chanson
de Bob DYLAN, "LAY, LADY, LAY".  Tout ce qu'il a dit sur le théâtre et le temps qui passe était magnifique.
Il ne joue pas dans ma pièce, mais il pourrait être un superbe MAXIME ! 
Aujourd'hui SONIA se raconte à son médecin, comme tout le monde.
Bon spectacle !
Repost 0
Published by Miss Comédie - dans Petit lever de rideau
commenter cet article
29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 08:33

Le cabinet du médecin.
ELLE, LE MEDECIN


QUESTIONS  INDISCRÈTES

LE MEDECIN
Vous m’en direz tant.  Bien... bien... C’est curieux, ça... Donc, quand vous êtes venus tous les deux ensemble, le... voyons le 5 mars, vous ne vous connaissiez que depuis deux mois ?

ELLE
Depuis deux petits mois, oui.

LE MEDECIN
Vous veniez chacun pour des troubles différents, et à la suite de ces visites, vos troubles ont disparu...

ELLE
Momentanément, oui...

LE MEDECIN
Momentanément, oui.... C’est bien ça.  Mais dans le cas de Monsieur Sévère, les troubles sont différents.  L’urticaire a disparu, et la toux prend le relais.  Hmm... humm...  En dehors de Monsieur Sévère, avez-vous entamé une relation ... amicale ou conflictuelle avec... une collègue de travail ?

ELLE
Non.

LE MEDECIN
Un membre de votre famille ?

ELLE
Non.
LE MEDECIN
Avez-vous adopté un animal ?

ELLE
Non.

LE MEDECIN
Utilisez-vous  des produits chimiques ?

ELLE
Non...  Je me passe parfois du vernis à ongle entre deux rendez-vous... Enfin, le reste est conforme à ce que je vous ai répondu il y a un an...

LE MEDECIN
Donc, monsieur Sévère me paraît être le seul élément nouveau dans votre vie.

ELLE
Eh, oui.

LE MEDECIN
Il y maintenant 2 questions à se poser, et je vous les pose.  Vous y répondrez par oui ou par non.

ELLE
Je vous écoute.

(A suivre)

Repost 0
Published by Miss Comédie - dans Archives
commenter cet article

  • Miss Comédie
  • Miss Comédie c’est moi, Barbara Laurent-Ogier. 
Mes initiales m’ont récemment fait bifurquer.  De comédienne- auteur dramatique,  je suis devenue  blogueuse, ça élargit considérablement la cible.
  • Miss Comédie c’est moi, Barbara Laurent-Ogier. Mes initiales m’ont récemment fait bifurquer. De comédienne- auteur dramatique, je suis devenue blogueuse, ça élargit considérablement la cible.

Si vous aimez mon blog, vous aimerez mes livres:

- Sa lente traversée du mois d'aout

- Les bals de Douvres

- La dictée de Bunuel

- Collisions d'étoiles

Aux éditions le Manuscrit.

Recherche