Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 09:34
I-PHONE  TOUS LES POUVOIRS ?

Vous avez certainement vécu ça : vous êtes au milieu d’un groupe d’amis, vous discutez,  et tout-à-coup l’un des mecs sort de sa poche un portable, se met à tapoter dessus et prend un air faussement détaché : « j’ai un mail ! ».  Si personne ne réagit, il tapote encore et brandit son portable : « vous savez ce que je peux faire avec ça ?  Tout, je peux tout faire.  Regardez : je suis localisé, l’ PHONE affiche l’adresse d’ici. Et je ne lui ai rien dit !  Et regardez…. j’ai l’heure de Tokio. Vous voulez savoir quoi ?  j’appelle Google »
Le groupe s’extasie cinq minutes puis zappe alors il s’en prend à vous  : « Regarde !! Je te prends en photo et tu vas la retrouver dans ta messagerie !… Tu as vu ?  Et tu sais quoi ?  Je reçois toutes les chaînes TV ! " » Un peu étourdie vous essayez de lui échapper  mais il vous poursuit, son I’PHONE brandi comme un trophée.
Tout le monde s’en fout, mais le possesseur d’un I’PHONE se voit investi de pouvoirs surnaturels, il a dépassé le stade des petits joueurs, il peut TOUT faire.
Ils sont tous comme ça.  Il faut leur pardonner, ils vivent le stade initial de la génération I’PHONE, bientôt tout le monde aura le sien et l’expérience sera banale.
Le détail qui chiffonne un peu : doit-on prononcer  i- phone ou aïe phone ? 
En tout cas, c’est un ras de marée. Depuis juillet dernier, +600 000 IPHONE ont été vendus aux Etats-Unis, 70 000 au Japon,
69 000 en Allemagne, 67 000 en France, 55 000 en Espagne,
29 000 au Royaume-Uni.  La France quatrième pays demandeur d’I PHONE !



ILS NOUS MENENT PAR LE BOUT DU NEZ

Ils s’emparent d’un événement souvent mineur et décident de le rendre médiatique.  Qui, ?  Ben les journalistes.
Là, ils ont noté la sortie en haute définition du film « OSCAR », en même temps que la sortie d’une biographie de Louis de FENES.  Ils décident de mettre les projecteurs sur Louis DE FUNES.  Vous allez voir, on va en parler partout.
Pourquoi pas ?  Moi je suis pas contre, j’adorais de Funès.  Mais c’est toujours une sorte de dictature.  Pendant des années on l’ignore, on le critique, on le traite de clown grotesque, et puis un beau jour, quand on estime que l’époque est propice à son retour, on balance qu’il est génial.
Les journalistes ont  le pouvoir des mots, donc ils s’en servent.  Ils sont en général assez unanimes dans la corporation.
Voyez la grippe, porcine, asiatique, espagnole, on va tous bientôt mourir de la grippe. 
On se souvient de la vache folle et on se marre, sauf quand on pense au nombre de pauvres vaches abattues pour la santé publique, et au nombre de bouchers qui ont dû fermer boutique.
Et à plus grande échelle, et là c’est vraiment inquiétant, cette méga-frousse qu’ils veulent nous inoculer concernant la dégradation de la planète et non seulement ils nous foutent la trouille mais en plus, ils nous rendent responsables !  C’est nous les sales humains producteurs  d’ordures ménagères et autres saletés qui menons notre belle terre à sa perte..  Voilà un exemple du pouvoir transformé en dictature.  Parce  que la terre, elle les a pas attendus pour se tranformer, se réchauffer, se refroidir, s’inonder et s’assécher au cours de son histoire.

 
KUNG-FU AVAIT TOUS LES POUVOIRS

Il survivait à toutes les galères, à tous les pièges, à tous les dangers. Il s’appelait Caine mais on lappelait Kung-Fu, du nom de la série qui nous fascinait dans les années soixante.
De sales rumeurs courent autour de la mort de David CARRADINE. Il faut espérer qu’elles sont le fruit de l’imagination tordue de la presse thaïlandaise. L’agent de David CARRADINE a démenti le suicide accidentel lié à un acte sexuel.
Dans KILL BILL il jouait le méchant.  Mais ce film avait relancé sa carrière.
Moi, je le revois, c’est très loin, en être invincible et pur, en ascète initié aux secrets du kung fu.  Malgré le côté ésotérique de la série, elle nous passionnait, petits et grands.
Les scénaristes inventaient chaque semaine desaventures complètement fantastiques dans des décors au charme exotique et un peu effrayant.  J’aimerais bien revoir cette série, tout comme LES ROIS MAUDITS, le feuilleton le plus grandiose qu’ait jamais produit notre télévision.






Partager cet article

Repost0
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 09:32
« Cest l’affluence des hôtes qui détruit l’hospitalité ».
J.J.  ROUSSEAU  (Emile ou de l’education)

et c’est l’affluence des humains qui détruit la planète ?
Il y a déjà affluence de poussettes sur les trottoirs, moi je vous le dis.
J’espère qu’il y a aussi affluence sur mon blog !
Bon week-end, tout le monde.
Miss Comédie

Partager cet article

Repost0
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 08:55
Bonjour !  Le rideau se lève sur un AMOUREUX qui commence à s'agacer des méthodes d'investigation de son médecin. On voudrait lui faire croire que la cause de son allergie est ... celle qu'il l'aime ?
Après ce moment de théâtre, vous apprécierez la juste récompense du talent, ça arrive quelquefois ! Yasmina REZA triomphe à Broadway, Harold PINTER à Londres mais lui, il n'en a plus rien à secouer.

Partager cet article

Repost0
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 08:52

Le cabinet du médecin.
LUI, LE MEDECIN

CA  SE  GÂTE.


LE MEDECIN
Il y a seulement deux questions à se poser et je vous les pose. Vous y répondrez par oui ou par non.
LUI
Allez-y.
LE MEDECIN
Un :  votre vie quotidienne a-t-elle changé depuis que vous avez rencontré Sonia Aufray ?
LUI
Oui.
LE MEDECIN
Deux :  désiriez-vous ce changement ?
LUI
Ah, mais ça n’est pas du jeu !
LE MEDECIN
Oui ou non ?
LUI
Je ne le voulais pas parce que je ne l’imaginais même pas !
LE MEDECIN
Oui ou non ?
LUI
J’avais pas de problème, mais quand on découvre qu’il y a mieux que de n’avoir pas de problème, on ne...
LE MEDECIN
Oui ou non, désiriez-vous ce changement ?
LUI
Non, je ne le désirais pas à l’époque, non...
LE MEDECIN
C’est clair.
LUI
Quoi : c’est clair ?
LE MEDECIN
Il y a eu ce jour-là un déséquilibre dans votre processus de défense.  Tout votre processus s’est focalisé sur l’intrusion de l’élément étranger. Vous avez contracté une éruption réactive et nous avons mis cela sur le compte des crustacés.
LUI
Et maintenant, je tousse !
LE MEDECIN
Oui, l’élément étranger n’étant toujours pas évacué, votre système de défense cherche une autre forme de réponse.
LUI
L’élément étranger ?
LE MEDECIN
Sonia Aufray.
LUI, se levant et pointant son index sur le médecin.
Vous essayez de me dire que Sonia, avec ses yeux, son sourire, son amour, est en train de me détruire la santé ?
LE MEDECIN, sans se démonter
Oui, et je dirais même, celle de votre fils.

(A suivre)

Partager cet article

Repost0
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 08:43
 
REZA, Le TALENT ET LE SUCCES

Voilà un talent que personne ne songe à contester. En France, elle règne en maître sur le petit peuple des auteurs dramatiques contemporains. Et à l’étranger, elle s’impose.
YASMINA REZA vient de recevoir trois Tony AWARDS à Broadway  pour sa pièce « Le Dieu du Carnage ».
Une pièce formidable dont je vous parlais avec enthousiasme déjà dans mon blog, avec Isabelle HUPPERT en meneuse de jeu désopilante.
La pièce n’est restée que peu de temps au Théâtre Antoine et peu de gens ont eu la chance de la voir.  Mais on parie sur sa reprise prochaine ? 
A Broadway, les Tony Awards sont l’équivalent de nos Molière.
« Le Dieu du Carnage », adapté par Christopher Hampton sous le titre « The God of Carnage » a décroché le Tony Award de la meilleure pièce de l’année, celui de la meilleure comédienne pour Marcia Gay Harden, et celui du meilleur metteur en scène pour  Matthew Worchus.
Donc, le succès de REZA rejaillit sur ceux qui servent son œuvre.
Moi j’applaudis des deux mains, je suis  une fan sans réserve de cet auteur dont j’aime toutes les formes d’écriture.
Je l’ai vue sur You Tube recevoir son Award dans une robe courte très glamour, entourée de tous ces messieurs en smoking.
Elle a répondu en Anglais, un peu gauchement mais avec un bon accent,  elle a fait court et simple. En fait, elle n’est pas très belle. On ne peut pas tout avoir.


   PINTER,  L’HOMMAGE

Dimanche encore, au ROYAL NATIONAL THEATER avait lieu une CELEBRATION en hommage à Harold PINTER, disparu à Noël dernier.
25 comédiens parmi ses préférés ont lu des extraits de ses œuvres, dans des numéros d’acteurs éblouissants.  Parmi eux, deux noms connus de nous : Jude LAW et Jeremy IRONS.
La cérémonie avait été organisée par sa veuve, l’historienne
Antonia Fraser et le grand metteur en scène Ian RICKSON.
Assis en triangle sur la scène dénudée, les acteurs se levaient à tour de rôle et s’avançaient pour lire leur hommage.  Derrière eux s’affichaient  leur nom et  le titre de l’extrait.
 Jeremy IRONS a lu  le « Poem (to A) dédié à sa femme : c’était PINTER lui-même qui parlait…. « … Remember that when I am dead you are forever alive in my heart and my head »
Tout le monde pleurait. Pour ramener la bonne humeur, une troupe de jeunes acteurs de la London Academy of Music and Arts a déboulé sur scène pour lire chacun un morceau du fameux discours de réception du Prix NOBEL que PINTER reçut en 2005.  Discours violemment anti-américain et ainti-guerre qui fit presque scandale à l’époque. Là, dit par la jeune génération, il faisait figure d’hymne à la paix.
Le rideau se baissa sur un portrait géant du dramaturge qui descendit des cintres, son sourire ironique aux lèvres comme pour un dernier adieu.
Beau travail de mise en scène.




Partager cet article

Repost0
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 08:41
« Je ne cherche certainement pas l’universalité. J’ai assez à faire pour écrire une foutue pièce ! «
Harold PINTER

Et ben s’il ne l’a pas voulue, il l’a eue !
Miss Comédie

Partager cet article

Repost0
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 07:48
Bonjour !  Le talent est une notion assez floue, bien que quelquefois cela  saute aux yeux, mais chacun a son idée du talent. On peut avoir du talent dans un domaine, et pas dans un autre. Mais certains ont aussi du talent dans tout ce qu'ils touchent, comme Iggy POP. D'autres croient avoir du talent mais ils se trompent, et je ne nomme personne.
Dans ma pièce le médecin n'a aucun talent pour la psychologie et plonge mon AMOUREUX dans le plus profond désarroi. 
Jugez-en.

Partager cet article

Repost0
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 07:44

Le cabinet du médecin
LUI, LE MEDECIN

CA PIETINE...

LUI
Vous avez tout passé en revue ?
LE MEDECIN
Je crois... Enfin, tout... Tout ce que VOUS avez bien voulu me dire...
Qu’est-ce qui a pu changer dans votre vie depuis un an pour provoquer un déséquilibre ?
LUI
Mais rien... Enfin, si... je suis tombé amoureux.
LE MEDECIN
C’est pas rien, ça.
LUI
D’ailleurs, vous le savez bien !  C’est ce jour-là que je suis venu vous voir pour la première fois... Un 5 janvier, un an jour pour jour, tiens... J’avais une allergie aux crustacés...(à part)  soi-disant...
LE MEDECIN
Oui, aux crustacés, c’est exact... aux crustacés.
LUI
Et vous m’avez guéri ... momentanément...
LE MEDECIN
Oui, momentanément, c’est clair : les crustacés n’étaient qu’un transfert...
LUI, se redresse, soudain agressif
Un transfert de quoi ? 
LE MEDECIN
D’une raison profonde à une raison superficielle.
LUI
Et la raison profonde, ce serait, d’après vous ?
LE MEDECIN (évasif)
Cherchez bien.
LUI, furieux
Je vois. Maintenant vous allez téléphoner au docteur Freud, votre précieux confrère,
comme tous ceux qui sont à court d’explication.

(A suivre)

Partager cet article

Repost0
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 07:37
LEAVE HER ALONE !
Tout compte fait, la pièce de Bruno BAYEN « LAISSEZ MOI SEULE » n’a pas fait l’unanimité lors de sa création au Théâtre de la Colline.  Il la reprend pourtant, du 6 au 26 juin au même théâtre de la Colline avec Eric BERGERE, Lily BLOO, Clotilde HESME, Dominique VALADIE…
Visiblement, Bruno BAYEN est fasciné par son personnage. Dans son argumentaire on voit qu’il  a épluché sa bio jusqu’au trognon.  Il retrouve sa trace dans le film MULHOLLAND DRIVE.  Il connaît tous les détails de sa vie intime avec Charles, la trajectoire de la Mercédes sous le tunnel de l’Alma, et le processus  de ses obsèques. Ca a un côté voyeur assez malsain.  On se demande si sa pièce arrive à dépasser ce niveau primaire  ?  Et sa comédienne ?  Comment l’a-t-il choisie ? Pas un mot. C’est quand même important, non ? Incarner Lady Di ça ne se réduit pas à une voix et quelques gestes ! Elle doit entrer dans la peau de Diana mais rester discrète.  L’important, c’est le texte qui parle de Diana et si Diana pouvait revenir jouer son propre rôle, ce serait l’idéal. Mais a-t-il le talent pour la faire revenir  ?  Je n’en sais rien, je ne connais pas son travail.
Par ailleurs, il fait une double faute de vocabulaire en traduisant « Laissez-moi seule ». Il traduit « Let me alone »… Faux !  On dit « Leave me alone », ça veut dire « laissez-moi tranquille » et ce sont les derniers mots de la princesse avant de mourir.
Bref, je ne fais pas grand cas de cette reprise.


QUI CHANTE HOUELLEBECQ  ?
C’est IGGY POP !  Il sort un nouvel album qui fait jaser la pesse parce qu’il est radicalement diffférent des autres.  Et surtout, parce qu’il est chapeauté par Michel HOUELLEBECQ
La presse adore associer deux people qui n’ont rien à voir ensemble.  Or là, Il y a collision spectaculaire.
Iggy POP s’est pris d’attirance pour la culture française sans en faire une pendule, et discrètement il lisait Camus et  s’intéressait à la littérature de nos compatriotes.  Quand on lui a demandé de composer une musique pour un documentaire sur HOULLEBECQ, il a foncé droit devant.
Ca a donné « PRELIMINAIRES », dans lequel il nous susurre LES FEUILLES MORTES en français, que ça vous fait relire trois fois la pochette pour vous assurer que c’est bien Iggy POP qui chante !  Son talent protéiforme lui permet d’échapper au ridicule.


ECRIRE, CA NE SUFFIT PAS ?
Ils disent qu’on ne peut pas tout dire dans un livre. Alors ils s’emparent d’une caméra et ils font des films.  Mais le succès n’est pas assuré, loin de là.
HOUELLEBECQ, par exemple.  Il a adapté son roman « LA POSSIBILITE D’UNE ILE » mais il a raté son coup.
Yann MOIX, lui, a fait un tabac d’emblée : « PODIUM » a réjoui tout le monde .  Il récidive avec un deuxième, « CINEMAN », qui sort en octobre. Lui, c’est déjà un hybride, il fait du roman-film sans problème.
Philippe CLAUDEL aussi, a réussi son coup d’essai : « IL Y A LONGTEMPS QUE JE T’AIME ».  La critique a aimé et le public est venu.
Pour Eric-Emmanuel SCHMITT, recalé une première fois avec « ODETTE TOULEMONDE », il récidive avec une adaptation de « OSCAR ET LA DAME EN ROSE » avec Michèle LAROQUE, qui est en montage et sort à la rentrée.
 La littérature et le cinéma sont-ils complémentaires ?  Oui et non. Il y a de la littérature dans le cinéma mais pas l’inverse, et puis surtout, les techniques sont tellement différentes ! On fait un livre dans la solitude, on réalise un film en équipe.  Et on ne s’improvise pas réalisateur, responsable d’un budget, d’un planning, de la technique et de l’interprétation.
Marguerite DURAS faisait ses films dans l’intimité d’une équipe complice, en prenant son temps, et pour une minorité d’intellectuels.

Un best-seller ne fait pas forcément un film-culte. Le talent d’un écrivain ne se retrouve pas forcément dans son film.
Le talent n’est même pas forcément à la base d’un succès.
Le talent c’est un don, le succès c’est un hasard.

Partager cet article

Repost0
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 07:34


« La vie commence à cinquante ans, c’est vrai, à ceci près qu’elle se termine à quarante. »
Michel HOUELLEBECQ  (La Possibilité d’Une Ile)

Rien qu’à voir sa tête, cette réplique me fait hurler de rire. Pourtant, c’est vrai, bordel de merde !
A demain, mes jeunes seniors.
Miss Comédie



Partager cet article

Repost0

  • Miss Comédie
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir.

Albert Camus
 «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.»

Jean-Luc Godard :
« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. »

Marguerite Duras :
« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.» Jean-Luc Godard : « Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras : « Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

Si vous aimez mon blog, vous aimerez mes livres:

- Sa lente traversée du mois d'aout

- Les bals de Douvres

- La dictée de Bunuel

- Collisions d'étoiles

Aux éditions le Manuscrit.

Recherche