Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 07:48
Bonjour !  Le talent est une notion assez floue, bien que quelquefois cela  saute aux yeux, mais chacun a son idée du talent. On peut avoir du talent dans un domaine, et pas dans un autre. Mais certains ont aussi du talent dans tout ce qu'ils touchent, comme Iggy POP. D'autres croient avoir du talent mais ils se trompent, et je ne nomme personne.
Dans ma pièce le médecin n'a aucun talent pour la psychologie et plonge mon AMOUREUX dans le plus profond désarroi. 
Jugez-en.

Partager cet article

Repost0
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 07:44

Le cabinet du médecin
LUI, LE MEDECIN

CA PIETINE...

LUI
Vous avez tout passé en revue ?
LE MEDECIN
Je crois... Enfin, tout... Tout ce que VOUS avez bien voulu me dire...
Qu’est-ce qui a pu changer dans votre vie depuis un an pour provoquer un déséquilibre ?
LUI
Mais rien... Enfin, si... je suis tombé amoureux.
LE MEDECIN
C’est pas rien, ça.
LUI
D’ailleurs, vous le savez bien !  C’est ce jour-là que je suis venu vous voir pour la première fois... Un 5 janvier, un an jour pour jour, tiens... J’avais une allergie aux crustacés...(à part)  soi-disant...
LE MEDECIN
Oui, aux crustacés, c’est exact... aux crustacés.
LUI
Et vous m’avez guéri ... momentanément...
LE MEDECIN
Oui, momentanément, c’est clair : les crustacés n’étaient qu’un transfert...
LUI, se redresse, soudain agressif
Un transfert de quoi ? 
LE MEDECIN
D’une raison profonde à une raison superficielle.
LUI
Et la raison profonde, ce serait, d’après vous ?
LE MEDECIN (évasif)
Cherchez bien.
LUI, furieux
Je vois. Maintenant vous allez téléphoner au docteur Freud, votre précieux confrère,
comme tous ceux qui sont à court d’explication.

(A suivre)

Partager cet article

Repost0
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 07:37
LEAVE HER ALONE !
Tout compte fait, la pièce de Bruno BAYEN « LAISSEZ MOI SEULE » n’a pas fait l’unanimité lors de sa création au Théâtre de la Colline.  Il la reprend pourtant, du 6 au 26 juin au même théâtre de la Colline avec Eric BERGERE, Lily BLOO, Clotilde HESME, Dominique VALADIE…
Visiblement, Bruno BAYEN est fasciné par son personnage. Dans son argumentaire on voit qu’il  a épluché sa bio jusqu’au trognon.  Il retrouve sa trace dans le film MULHOLLAND DRIVE.  Il connaît tous les détails de sa vie intime avec Charles, la trajectoire de la Mercédes sous le tunnel de l’Alma, et le processus  de ses obsèques. Ca a un côté voyeur assez malsain.  On se demande si sa pièce arrive à dépasser ce niveau primaire  ?  Et sa comédienne ?  Comment l’a-t-il choisie ? Pas un mot. C’est quand même important, non ? Incarner Lady Di ça ne se réduit pas à une voix et quelques gestes ! Elle doit entrer dans la peau de Diana mais rester discrète.  L’important, c’est le texte qui parle de Diana et si Diana pouvait revenir jouer son propre rôle, ce serait l’idéal. Mais a-t-il le talent pour la faire revenir  ?  Je n’en sais rien, je ne connais pas son travail.
Par ailleurs, il fait une double faute de vocabulaire en traduisant « Laissez-moi seule ». Il traduit « Let me alone »… Faux !  On dit « Leave me alone », ça veut dire « laissez-moi tranquille » et ce sont les derniers mots de la princesse avant de mourir.
Bref, je ne fais pas grand cas de cette reprise.


QUI CHANTE HOUELLEBECQ  ?
C’est IGGY POP !  Il sort un nouvel album qui fait jaser la pesse parce qu’il est radicalement diffférent des autres.  Et surtout, parce qu’il est chapeauté par Michel HOUELLEBECQ
La presse adore associer deux people qui n’ont rien à voir ensemble.  Or là, Il y a collision spectaculaire.
Iggy POP s’est pris d’attirance pour la culture française sans en faire une pendule, et discrètement il lisait Camus et  s’intéressait à la littérature de nos compatriotes.  Quand on lui a demandé de composer une musique pour un documentaire sur HOULLEBECQ, il a foncé droit devant.
Ca a donné « PRELIMINAIRES », dans lequel il nous susurre LES FEUILLES MORTES en français, que ça vous fait relire trois fois la pochette pour vous assurer que c’est bien Iggy POP qui chante !  Son talent protéiforme lui permet d’échapper au ridicule.


ECRIRE, CA NE SUFFIT PAS ?
Ils disent qu’on ne peut pas tout dire dans un livre. Alors ils s’emparent d’une caméra et ils font des films.  Mais le succès n’est pas assuré, loin de là.
HOUELLEBECQ, par exemple.  Il a adapté son roman « LA POSSIBILITE D’UNE ILE » mais il a raté son coup.
Yann MOIX, lui, a fait un tabac d’emblée : « PODIUM » a réjoui tout le monde .  Il récidive avec un deuxième, « CINEMAN », qui sort en octobre. Lui, c’est déjà un hybride, il fait du roman-film sans problème.
Philippe CLAUDEL aussi, a réussi son coup d’essai : « IL Y A LONGTEMPS QUE JE T’AIME ».  La critique a aimé et le public est venu.
Pour Eric-Emmanuel SCHMITT, recalé une première fois avec « ODETTE TOULEMONDE », il récidive avec une adaptation de « OSCAR ET LA DAME EN ROSE » avec Michèle LAROQUE, qui est en montage et sort à la rentrée.
 La littérature et le cinéma sont-ils complémentaires ?  Oui et non. Il y a de la littérature dans le cinéma mais pas l’inverse, et puis surtout, les techniques sont tellement différentes ! On fait un livre dans la solitude, on réalise un film en équipe.  Et on ne s’improvise pas réalisateur, responsable d’un budget, d’un planning, de la technique et de l’interprétation.
Marguerite DURAS faisait ses films dans l’intimité d’une équipe complice, en prenant son temps, et pour une minorité d’intellectuels.

Un best-seller ne fait pas forcément un film-culte. Le talent d’un écrivain ne se retrouve pas forcément dans son film.
Le talent n’est même pas forcément à la base d’un succès.
Le talent c’est un don, le succès c’est un hasard.

Partager cet article

Repost0
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 07:34


« La vie commence à cinquante ans, c’est vrai, à ceci près qu’elle se termine à quarante. »
Michel HOUELLEBECQ  (La Possibilité d’Une Ile)

Rien qu’à voir sa tête, cette réplique me fait hurler de rire. Pourtant, c’est vrai, bordel de merde !
A demain, mes jeunes seniors.
Miss Comédie



Partager cet article

Repost0
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 09:52
Bonjour !  C'est la saint Médard.  S'il pleut aujourd'hui on sera saucés le 18 juillet. A moins que... etc. Je passerai sous silence les hauts faits de l'actualité que vous connaissez. Moi, c'est la fiction qui m'intéresse, au moins je la manipule comme je veux.  La question du succès est un sujet qui nous échappe, c'est quand on ne l'attend plus qu'il nous tombe dessus... Si vous avez suivi le traitement de mes AMOUREUX depuis le début,
vous allez voir qu'il aura un succès tout aussi aléatoire sur les deux patients.

Partager cet article

Repost0
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 09:48

Le cabinet du médecin.
LUI, LE MEDECIN

UN PATIENT RETIF

LE MEDECIN
L’odeur des feutres vous gêne ?

LUI
Non, pas du tout... j’adore cette odeur.
LE MEDECIN
Et la colle ?
LUI
Oh, la colle... Oui, c’est dur, l’odeur de colle. On la vaporise et il y a toujours des projections autour... Ca pique le nez...
LE MEDECIN
Bien. Il faudrait que vous vous isoliez de tout ça.
LUI
M’isoler ?
LE MEDECIN
Oui, dans un bureau à part.
LUI
Mais j’ai, un bureau à part !   Pour passer mes coups de fil, réfléchir à ma reco - ma recommandation, c’est....  Mais le gros du temps je dois être avec mes mecs... on bosse ensemble... la pub c’est un métier de groupe, vous savez...
LE MEDECIN
Oui oui, il paraît...  Et bien ça n’est pas bon pour vous.  Plus j’y pense, plus j’ai l’impression que votre problème vient de là.
LUI
Alors comme ça, brutalement, je deviendrais allergique à la colle ?  Depuis vingt ans que je m’y colle...
LE MEDECIN
Et oui.  Un jour les défenses ne répondent plus.

Silence.  Maxime se passe la main dans les cheveux.

(A suivre)

Partager cet article

Repost0
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 09:44
LE PUBLIC A CHOISI

  Il y a une comparaison amusante à faire à l’Odéon, entre les deux spectacles présentés respectivement dans la grande salle et aux Ateliers Berthier.
Dans la première, un vaudeville, genre on ne peut grand public, commercial, tout ce que vous voudrez.
C’est LA DAME DE CHEZ MAXIM’S.
Dans la seconde, un spectacle CULTUREL et on se concentre, s’il vous plait.  C’est FAUST, d’après Goethe, adapté  par un Lituanien.  Son nom m’échappe.  Le metteur en scène dont le nom est imprononçable, tout aussi Lituanien je crois,  essaie pendant 3h50 de nous faire pénétrer dans la pensée de Goethe à travers la vision de ses compatriotes d’Europe de l’Est.
Evidemment, le public affiche sa préférence pour le vaudeville, surtout que la distribution est formidable.  La Môme Crevette la première, qui lance la fameuse réplique « Et allez donc, c’est pas mon pèère ! » casse-gueule de première, avec ce qu’il faut de culot et de gouaille pour bluffer son monde…  Elle s’appelle NORA KRIEF, elle est inconnue mais pas débutante, loin de là. C’est une étoile de la galaxie SIVADIER, le metteur en scène strasbourgeois.
De l’autre côté, une troupe sûrement très bien.  D’ailleurs, la réflexion de l’adaptateur est certainement très intéressante.
Mais on n’y comprend rien. Ca dure trois heure trente.
Mais ça s’arrête le 6 juin, c’est déjà fini.


LA PERCEE D’UN AUTEUR

LADISLAS CHOLLAT, c’est le metteur en scène et l’auteur de « CHERE MATHILDE » qui fait un tabac au Théâtre MARIGNY.
En même temps, il a monté MEDEE de Jean Anouilh, au Vingtième Théâtre.  Et il va mettre en scène LE MARIAGE DE FIGARO  à la Comédie de Picardie.  Hier, il était inconnnu.
C’est comme ça que ça vient. On a la chance d’intéresser un directeur de théâtre (en l’occurrence Pierre Lescure) qui accepte d’accueillir votre pièce dans son théâtre, avec dans le rôle-titre (autre chance) une tête d’affiche comme Line Renaud. Troisième chance, c’est un succès absolu.  Conséquence, toutes les têtes se tournent vers vous.
Ironie du sort, c’est lui qui offre un rôle dans MEDEE à Gildas Bourdet, son ex-patron,  ex-directeur de salle, ex-metteur en scène, ex-distributeur de chances (il m’a refusé une pièce)…
Il a 33 ans et son  rêve est de diriger un théâtre.  Gageons que ça ne saurait tarder !
Voilà la nouvelle génération qui monte.

LA MONTEE DE FOURVIERE

Sans qu’on s’en rende bien compte, nous les Lyonnais, LES NUITS DE FOURVIERE devenaient un événement incontournable dans la vie estivale.
Un site  renversant de beauté et chargé d’histoire, en plus, qui en fait l’égal du Palais des Papes d’Avignon, du théâtre antique d’Orange ou du théâtre romain de Vienne (Ardèche).
Il faut d’abord un lieu qui fasse rêver.  On s’installe sur des coussins, on regarde le soleil descendre lentement derrière la colline, et le spectacle commence.
A FOURVIERE, tout est bon : le théâtre, le tour de chant,  la danse… Le directeur, Dominique LABORDE, a le sens de ce qui va marcher.
D’année en année, les places s’arrachent.  C’est un peu dur pour nous, mais il faut maintenant s’y prendre bien à l’avance !
Au programme cette année il y a Julien CLERC, Marianne FAITHFUL, Sylvie GUILLEM, BRECHT, MOZART…  Il faudrait tout voir.


Partager cet article

Repost0
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 09:42
« La comédie est bien plus près de la vie que le drame. »
Henri BERGSON

Même si l’on est sceptique, il vaut mieux le croire. C’est comme la théorie du verre à moitié plein ou à moitié vide. Ca peut varier selon l’humeur du jour.
Soyons bergsoniens cette semaine ! A demain mes très chers.
Miss Comédie.


Partager cet article

Repost0
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 08:07
Bonjour !  Ah, je ne voulais pas aborder le sujet, mais je lis ce matin que les débris n'étaient pas les bons débris, alors là on arrive dans une problématique qui va intéresser les ufologues, une histoire digne d'HERGE : mais où est passé cet avion ?
Enn attendant la suite, venez assister au face à face entre mon AMOUREUX et son médecin, pour essayer de résoudre un cas lui aussi très mystérieux.

Partager cet article

Repost0
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 08:04

 Le cabinet du docteur ..  Maxime est assis dans l’un des fauteuils.

LUI, LE MEDECIN

UN BILAN PAS TRES POSITIF



LE MEDECIN
Alors comment ça va.
LUI
Pareil.  Je tousse toujours comme un malade.
LE MEDECIN (l’air sévère)
Vous ETES malade.  Vous avez pris ce que je vous ai ordonné ?
LUI
Oui.
LE MEDECIN
Bien.  Maintenant il va falloir procéder à l’élimination des causes.
LUI
Oui ?
LE MEDECIN
Nous avons fait, souvenez-vous, un rapide recensement des éléments suspects de votre environnement.  En numéro 1, je mets le tabac, bien entendu.
LUI
Pas question de me faire arrêter.
LE MEDECIN
Vous êtes libre.  Deuxièmement, vous travaillez dans une agence de publicité comme directeur de la création.  je n’ai pas une grande expérience de cette activité mais je crois savoir que ce que vous appelez les “créatifs” travaillent tous dans une même pièce, le “studio de création”, et que certains d’entre eux utilisent sans le savoir des produits toxiques pour dessiner, tracer, coller...
Utilisez-vous vous-même des feutres indélébiles, par exemple, pour confectionner vos maquettes ?
LUI  (haussement d’épaules)
Il y a longtemps que je travaille sur ordinateur.
LE MEDECIN
Et les autres ?
LUI
Les autres ? Ben, la plupart aussi... Il y a encore des gens qui font des maquettes au feutre, bien sûr...

(A suivre)

Partager cet article

Repost0

  • Miss Comédie
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir.

Albert Camus
 «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.»

Jean-Luc Godard :
« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. »

Marguerite Duras :
« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.» Jean-Luc Godard : « Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras : « Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

Si vous aimez mon blog, vous aimerez mes livres:

- Sa lente traversée du mois d'aout

- Les bals de Douvres

- La dictée de Bunuel

- Collisions d'étoiles

Aux éditions le Manuscrit.

Recherche