Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juillet 2009 1 13 /07 /juillet /2009 14:34

La sale d’attente.
ELLE, LA DAME.

SONIA SUR LE FIL

ELLE
Il m’a dit… Que je ferais bien de quitter Maxime si je ne veux pas passer ma vie à me gratter.
LA DAME
Non !  Quel rapport ??
ELLE
Le rapport, c’est justement les défenses !  Il a déréglé ma vie et actionné le signal d’alarme. Les défenses ont déclenché l’urticaire.
LA DAME
Oui, vu comme ça...
ELLE (rugit)
Et il lui dit la même chose, à lui !  Et vous voyez à quoi ça aboutit ?  A la rupture !  Et pour quel motif ?  Incompatibilité d’humeur ? Coups et blessures ?  Impuissance ?  Frigidité ?  NON !  Motif : cause directe psychopathologique de phénomènes allergiques chroniques !  (Elle se lève et va vers la porte)
Bon, j’y vais.
LA DAME
Où vous allez ?
ELLE
Je ne sais pas.
LA DAME
Qu’est-ce que vous allez faire ?
ELLE
Je vais peut-être bien faire ce que me dit le bon docteur.  Et s’il avait raison ?  Je veux voir.

Elle sort.

(A suivre)





Partager cet article
Repost0
13 juillet 2009 1 13 /07 /juillet /2009 14:30
CLAIRE CHAZAL AU FESTIVAL DE LA CORRESPONDANCE de GRIGNAN : LA GRACE MËME !


Elle était très détendue, au déjeûner chez Bruno DURIEUX, maire très aimé de Grignan, juste avant l’ouverture du Festival où il devait lui remettre l’insigne de citoyenne d’honneur de la ville épistolière.
Belle, réservée, elle a écouté les révélations passionnantes que nous faisait un journaliste membre de la délégation culturelle sur Marie d’ATOUT, dont Claire devait lire les lettres le soir même. Comme nous tous, elle ignorait tout de la vie et des frasques de cette belle égérie amoureuse de Frantz LISZT et ne cherchait pas à le cacher.
A la fin du repas elle s’est levée, et  a quitté la table en disant avec un sourire malicieux « et bien, je vais répéter Marie d’Agoult ! »  Je n’avais jamais remarqué son sourire, qui est éclatant.

FREDERIC MITTERRAND AU FESTIVAL DE LA CORRESPONDANCE DE GRIGNA : LA SIMPLICITE MËME !

A ce déjeûner il n’était question que de cela : viendra-t-il ? Viendra-t-il pas ?  Il avait toutes les excuses pour ne pas venir.  Il devait lire un Florilège de LETTRES DE PENSIONNAIRES CELEBRES DE LA VILLA MEDICIS, un régal pour lui qui ne se doutait pas qu’il la quitterait si vite…
Et bien il est venu.  Ce fut un peu un branle-bas de combat d’opérette, son arrivée avec juste deux motards et lui dans une voiture bleue dont il est descendu tout transpirant car il faisait 35°, pour saluer la foule avec son sourire irrésistible.
 Tout le monde voulait voir le ministre, ils étaient venus des champs de lavande tout proches,  des fermes voisines et applaudissaient aussi fort que les cultureux venus de Paris.
Il ne les avait pas snobés, il avait gagné leurs cœurs.
Notre nouveau ministre de la Culture a bien réussi son entrée.

BERNARD GIRAUDEAU AU FESTIVAL DE LA CORRESPONDANCE 0 GRIGNAN :  LE CHARME MËME.

Vendredi, 19h. Sur le parvis de la Collégiale, le soleil donne en plein. Il fait terriblement chaud et pas même un parasol pour lui.  Il arrive pile à l’heure, attend en souriant que la vague des enthousiasmes se calme un peu et dit « Vous permettez que je garde mon chapeau ? »  Bien sûr, on a le cœur serré et on se dit « pauvre homme, il ne peut pas ôter son chapeau puisque… »
Il commence à lire les lettres de Cesare PAVESE à ses proches, et on se dit encore « ces lettres, il pourrait les écrire, elles parlent sans arrêt de la mort ».
Il lit avec flamme, avec humour, avec vivacité.  L’homme qui a écrit ces lettres est une sorte de refoulé sexuel, impuissant à se faire aimer des femmes, révolté contre la société et les êtres humains, qui finit par se suicider à 48 ans.
On m’a dit que GIRAUDEAU n’avait pas choisi de lire ses lettres-là.  Il les a lues, vécues, devant nous, magnifiquement.
En saluant, il a enlevé son chapeau.  Ses cheveux sont noirs, fournis, et son teint hâlé comme on est
Partager cet article
Repost0
13 juillet 2009 1 13 /07 /juillet /2009 14:20
« Il y a quelque chose de plus triste que d’avoir raté ses idéaux,
c’est de les avoir réalisés. »
CESARE PAVESE

Vous comprenez qu'il vaut mieux ne rien entreprendre et attendre.
La réplique interpelle par sa logique mais ne vaut rien sur le plan
philosophie, non ? 
Mais enfin, on admire ces esprits détachés de tout, qui ne s'enlisent
pas dans une recherche désespérée de l'impossible.
Je ne vous dis pas à demain, c'est trop risqué, mais je ne vous quitte pas.
Restez avec moi.
Miss Comédie.


Partager cet article
Repost0
7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 16:47
Bonjour !  Vous allez me dire c'est une heure pour poster un blog ?  Et tous ces jours sans blog du tout ? Qu'est-ce qui se passe, là?  Bon, oui, écoutez, vous avez toute l'info presse et télé sur Michaël JACKSON, vous avez Frédéric MITTERAND, vous avez le bac, la nouvelle crise financière, de quoi avoir une indigestion d'actu.  Aujourd'hui vous retrouvez le théâtre avec la scène des AMOUREUX DE LA SALLE D'ATTENTE où Sonia conte ses déboires à la Dame intriguée.  Le dénouement approche et les amoureux vont-ils enfin se retrouver ?  Ou bien le docteur les aura-t-il mabusé ?
Partager cet article
Repost0
7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 16:42

La sale d’attente
ELLE, LA DAME

LA BONNE PAROLE

ELLE, très remontée
(Elle se lève)
“Ce type-là, il va pas, il est pas bon pour elle, allez paf !  on va lui mettre une alopécie... et tiens, lui,  on va dire qu’il en a marre de son chien... on va lui balancer l’herpès !...  Et tout comme ça !...  Vous, votre ex, comme vous dites, que vous aimez toujours, n’est-ce pas ? si, si !... qui c’est, à votre avis, qui a décidé qu’il fallait l’exterminer ?  Vos  défenses !...
LA DAME, très perturbée
Hon... Que...Vous.. Oui ?
ELLE (les yeux brillant de colère)
Et qui est-ce qui a inventé le truc des défenses ?  Le bon docteur.
LA DAME
Mais je suis guérie !
ELLE
Oui, vous avez cru à la bonne parole.  Comme devant Jésus, “lève-toi et marche”, la foi vous a sauvée.
LA DAME
Tiens, c’est justement ce qu’il dit, le petit homme.
ELLE
Qu’est-ce qu’il dit ?
LA DAME
Qu’il n’y a que la foi qui sauve, mais que malheureusement personne n’a plus la foi en Dieu, ni en personne.
ELLE
Et bien on a bien raison de perdre la foi aveugle et bête, qui vous fait obéir aux charlatans comme celui-là !
LA DAME
Mais expliquez-moi... Vous parlez des défenses et tout ça... Qu’est-ce qu’il vous a dit, au juste, ce... docteur, pour vous mettre dans cet état  ?

(A suivre)

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 16:37
DIS, QUAND REVIENDRAS-TU ?

Je croyais bien pouvoir partir une semaine, ni vu ni connu, avec ma clé 3G, une nouveauté, gadget génial, on peut enfin s’affranchir d’une ligne téléphonique et se connecter partout.
Bernique et queue de cheval !  Je suis arrivée à rien. Est-ce mon bled qui est trop perdu ?  Orange qui passe pas par là ? mon Mac Book qui fait son intéressant ?  J’en sais rien, mais toujours est-il que je me suis mise entre parenthèse et que voilà, mes fidèles ont cliqué ailleurs.
Aujourd’huinme revoilà dans l’espace web  ultra équipé, rodé, paramétré, configuré pour être à l’abri de toute défaillance (enfin presque…)  mais  demain je repars, TGV, sauts de puce nord-sud, quatorze juillet, et plus de blog jusqu’à l’appel du 18 juin.
Je déteste cette période où tout est bouleversé, relâché, soldes, départs en masse, transhumances, rien n’est plus stable et rassurant, tout le monde fait n’importe quoi.
Je vous retrouverai quand même chaque fois que je pourrai à nouveau m’asseoir sur mon siège éjectable de nacelle cosmique évoluant entre les turbulences de l’été.
La rentrée arrivera bien assez vite, c’est vrai, et les théâtres ouvrirons à nouveau les portes du rêve… ou de la grosse gaudriole.

AU THEATRE ST GEORGES

« LES HOMMES PREFÈRENT MENTIR » de Eric ASSOUS, toujours.
mis en scène par Jean-Luc MOREAU, toujours.

C’est quel genre ?
Une comédie grinçante.

Ca parle de quoi ?
Lâchetés, mesquineries, mensones et coups bas sont au programme.  Si ça vous tente…

Avec qui ?
François-Eric GENDRON et quelques autres.

C’est quand ?
A partir du 4 septembre.

Mon avis ? 
Si je n’étais pas fan de J.L MOREAU, je dirais que ça ne me tente absolument pas.







Partager cet article
Repost0
29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 18:20
Bonjour !  Vous avez déjà essayé de travailler sur votre ordi avec une clé 3G dans un bled perdu où les ondes ne passent pas ?
Et bien c'est ce qui m'arrive aujourd'hui et j'ai toutes les peines du monde à rester connectée. Bon, je suis arrivée à vous poster mon impro sur le Festival d'Avignon, et surtout la scène où la Dame receuille les impressions de Sonia et lui prodigue ses conseils.
Ne vous étonnez pas si vous ne me retrouvez pas demain même heure... La clé 3G aura mal tourné et les portes ne se seront pas ouvertes... Je vous garde au chaud toutes les infos excitantes que j'ai récolté pour vous.
A la campagne il faut capter les chants d'oiseaux, et non les ondes hertziennes...
Partager cet article
Repost0
29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 18:13

La salle d’attente. Les éléments du décor ainsi que les costumes montrent que la scène va reprendre au moment  où Sonia l’avait quittée pour entrer dans le cabinet du médecin.
La porte du cabinet s’ouvre et Sonia paraît, l’air hagard, son manteau sur le bras. La dame et le petit homme se lèvent ensemble.
Au même moment, la porte s’ouvre.

VOIX DE L’ASSISTANTE
Monsieur Hyde !
Le petit homme sort précipitamment.   
LA DAME
Vous avez l’air bouleversée !
ELLE, se laissant tomber sur une chaise
Je viens de comprendre beaucoup de choses.
LA DAME
Ah bon ?  Vous avez trouvé la cause de votre allergie ?
ELLE
Oui.
LA DAME
Et  c’est quoi ?
ELLE  (elle parle sur un ton monocorde)
Maxime Sévère.
LA DAME  (pouffant)
Allons donc.
ELLE
Il n’y a pas de quoi rire.  Ce bon docteur vient de briser notre couple.
LA DAME
Mais non !  Ce n’est pas possible... Qu’est-ce qu’il lui reproche, à monsieur Maxime ?
ELLE, toujours sur un ton monocorde
Ses défenses ne m’acceptent pas.
LA DAME
Ses défenses ?
ELLE  (explosant)
Oui !   Ces milliards de petits corpuscules qui régentent nos petits bobos !.... Qui prennent des décisions à notre place ! 


(A SUIVRE)

Partager cet article
Repost0
29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 18:03
FESTIVAL D’AVIGNON : OU EST PASSÉ JEAN VILAR ?

Avignon, il faut bien que j’en parle. C’est THE festival de l’été.
Mais je ne sais par quel bout le prendrte.  Je ne vais pas vous le faire découvrir, vous qui aimez le théâtre avez dû faire le voyage au moins une fois dans votre vie…
Mais il est devenu tellement protéiforme, tellement flabelliforme, tellement inégal, tellement contradictoire, tellement galvaudé, tellement squatté, que je ne peux aucunement vous diriger dans ce dédale.
Tant d’hommes l’ont pris en mains,  plus ou moins hommes de l’art, plutôt gestionnaires… Le Festival a perdu sa force emblématique pour devenir un énorme marché du théâtre international…. pas commercial !
Le programme du IN, on le connaît, il ne varie pas trop d’une année sur l’autre depuis quelques années. Il est abscons et réservé aux professeurs de linguistique.
Pour le OFF, le « supermarché du théâtre », avec ses1000 spectacles éparpillés dans les lieux les plus insensés de la ville, impossible de faire un recensement.
Il se produit parfois des chefs-d’œuvre à Avignon.  Le OFF recèle des trésors de talents qui attendent l’occasion de se faire entendre.
Cette année, nous serons au courant par la rumeur, ce bouche-à-oreille des amateurs qui voient jusqu’à dix pièces par semaine, et des noms surgiront de l’anonymat.
Attendons.

Moi, j’en suis restée à DOM JUAN OU LE FESTIN DE PIERRE dans la Cour d’Honneur : mise en scène Jacques LASSALLE, flamboyante.  Dom JUAN :  Andrzej SEWERYN, fantastique.
ELVIRE : Jeanne BALIBAR, magnifique. Une distribution magistrale.
Depuis c’st un grand vide émotionnel.  (Que celui qui n’est pas d’accord me laisse un commentairte !)


AU THEATRE DE L’OEUVRE

« L’ILLUSION CONJUGALE », de Eric ASSOUS, un auteur qui a le vent en poupe (Les BELLES SŒURS)

C’est quel genre ?
Une comédie pur jus.

Ca parle de quoi ?
C’est un couple qui a décidé de s’avouer toutes leurs cachotteries.  Ca tourne mal, en général. Mais ça fait beaucoup rire, toujours.

Avec qui ?
Jean-Luc MOREAU signe la mise en scène et joue le mari
tandis qu’Ilsablle GELINAS joue la femme.

C’est quand ?
A partir du 21 août.

Mon avis ?
Pas de surprise. Si l’on vient pour rigoler un bon coup, on rigole un bon coup.





Partager cet article
Repost0
29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 17:56
d
 « L’hypocrisie est un vice à la mode et tous les vices à la mode passent pour des vertus. » MOLIERE ( Réplique de Don Juan dans DON JUAN)
Un sage, don Juan ? Et pourquoi pas.   Le libertinage est une forme de philosophie.
A bientôt mes amis, je vous salue bien.
Partager cet article
Repost0

  • Miss Comédie
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir.

Albert Camus
 «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.»

Jean-Luc Godard :
« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. »

Marguerite Duras :
« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.» Jean-Luc Godard : « Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras : « Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

Si vous aimez mon blog, vous aimerez mes livres:

- Sa lente traversée du mois d'aout

- Les bals de Douvres

- La dictée de Bunuel

- Collisions d'étoiles

Aux éditions le Manuscrit.

Recherche