Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 08:15

GUERISON SPONTANEE...

La salle d’attente.  ELLE, la Dame, le petit homme dans un coin.
Le poste TV est en marche.  On entend le son en sourdine.  Au lever du rideau, ils regardent tous trois l’image sans parler, l’air absent.
 
ELLE sans lever les yeux du poste
Je n’en reviens pas. Le porte-clef à peine jeté, vos boutons ont disparu ?
LA DAME (idem)
Mais oui.  En fait, j’avais des boutons lorsque je portais les vêtements que m’avait offerts mon ex, du temps que nous étions ensemble...
ELLE
Et de jeter le porte-clef...
LA DAME
... ce fut un geste de libération. Un geste courageux, croyez-le, comme un coup de bistouri dans une plaie purulente...
ELLE
Une plaie ?
LA DAME  (la regardant et articulant doucement, comme pour un enfant)
Si je gardais secrètement ce porte-clefs... c’est que j’avais toujours mon ex dans la peau ...  Vous ne voyez toujours pas ? C’est de la psychologie.
ELLE
Et de jeter le porte-clefs...
LA DAME (avec patience)
... ça voulait dire que je renonçais à lui une fois pour toutes.  Et ensuite, j’ai jeté tous les vêtements qu’il m’avait offerts.
ELLE hoche la tête
Et depuis, vous ne pensez plus du tout à lui ?
LA DAME  regardant Sonia intensément
Si.  Mais autrement.
ELLE
Vous pensez toujours à votre ex ?
LA DAME regardant toujours Sonia
J’y pense.... avec bonheur.
ELLE
Je ne comprends pas.
La Dame se lève, fait quelques pas, visiblement émue.
LA DAME
Il m’habite.

(A suivre)

Repost 0
Published by Miss Comédie - dans Archives
commenter cet article
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 08:01


Ils surgissent chaque année plus nombreux dans toutes les villes de France, les Festivals.
Le théâtre, la danse, la musique, les lectures,le chant, le rock, le jazz investissent les moindres lieux historiques, les moindres arènes, les moindres patios, les moindres églises, la moindre colline, bref, partout où peuvent s’installer les publics les plus éclectiques.  Et ces publics sont de plus en plus demandeurs. L’été est propice aux découvertes, saluons donc cette invasion de culture qui met la province à l’honneur…et qui est sans danger pour la planète.

FESTIVAL DE LA CORRESPONDANCE DE GRIGNAN


Depuis quand ?
 Depuis 1996, tricentenaire de la mort de la marquise de Sévigné. Sous l’impulsion de son mlaire, Bruno Durieux, Grignan inaugure dans la splendide Collégiale du Château une lecture de la correspondance de son illustre hôtesse à sa fille madame de Grignan.  Le succès fut énorme, le genre était lancé.  Depuis, l’art épistolaire est célébré à Grignan avec des auteurs de tous horizons, de toutes disciplines.
Avec qui ?
Des comédiens connus, sous la direction de metteurs en scène aussi connus,  se prêtent au jeu indiscret de la découverte avec     les correspondances parfois inédites d’auteurs inattendus,  écrivains ou artistes de toutes inspirations.
Cette année, par exemple, Carole BOUQUET lira la correspondance de Christina Campo, Claire CHAZAL celle de Marie d’Agoult, Sarah BIASINI lira « une nuit avec Casanova » dirigée par Didier LONG… Que du beau monde.
Ca se passe où ?
Dans le cadre prestigieux de la Collégiale du Château de Grignon, un des joyaux de notre Patrimoine national.
Parfois sur le parvis ou dans la cour du Tricastin quand le temps le permet.
 C’est quand ?  Du 1er au 5 juillet, c’est court mais intense !
L’ouverture du 14ème  Festival a lieu le Mercredi 1er juillet place Sévigné à 19h, en présence de Claire CHAZAL et de Frédéric MITTERAND.

FESTIVAL DU FILM D'ANIMATION D'ANNECY : LA PÊCHE AUX TALENTS FRANCAIS

Est-ce le rayonnement du FESTIVAL DE CANNES ?
Les grands studios d’animation américains recrutent les talents français !  Réunis à ANNECY pour le Festival International du film d’animation qui est aussi important dans le monde que le Festival de Cannes, ils ont installé leur QG à l’Impérial Palace pour procéder au recrutement de jeunes élèves de l’ESMA, des Gobelins, de Supinfocom de Valenciennes qui sont pour eux parmi les meilleures écoles du monde.
Il y a en ce moment 40 films d’animation en préparation à Hollywood !  Chez DREAMWORKS, Shelley Page recrute chaque année un minimum de cinq Français pour ses studios.. Pourquoi ? Parce qu’ils sont porteurs de la French Touch, de plus en plus cotée outre-Atlantique. » 
Carlo Vogele, sorti des Gobelins en juin dernier et aussitôt embauché chez PIXAR, participe au grand show destiné à promouvoir la culture PIXAR.
D’après lui, un bon film d’animation doit pouvoir se passer de dialogues :  "les émotions, dit-il,  doivent passer d’abord
par le corps ».
Elémentaire, mon cher Watson !



Repost 0
Published by Miss Comédie - dans Archives d'actualités
commenter cet article
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 07:59
« Une heure de conversation vaut mieux que cinquante lettres. »
Madame de SEVIGNE (Lettre à sa fille.)

C’est vrai surtout entre mère et fille mais beaucoup moins entre
deux amants, qui n’ont pas besoin de parler pour se comprendre…
A demain, vous à qui je parle avec les mains !…
Miss Comédie
Repost 0
Published by Miss Comédie - dans Archives
commenter cet article
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 09:46
Bonjour !  Pardonnez mon absence d'hier mais j'étais en maintenance, comme on dit.  Au théâtre, ce serait inexcusable.  Le rideau tombe aujourd'hui sur la prise de conscience définitive de L'AMOUREUX : son médecin est un charlatan et il ne suivra pas son conseil qui est de rompre avec sa bien-aimée sous prétexte qu'elle est la cause de son allergie ! 
Je vous parle ensuite d'un ras de marée : l'phone d'Apple. Ses pouvoirs sont moins
surnaturels que ceux de Kung Fu, et moins néfastes que ceux des médias... A mon avis.
Repost 0
Published by Miss Comédie - dans Petit lever de rideau
commenter cet article
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 09:43

Le cabinet du médecin.
LUI, LE MEDECIN

LES PORTES CLAQUENT

Maxime arpente la scène.
LUI
Putain de bordel de merde...
LE MEDECIN
Comment va-t-il, votre fils ?  Toujours enrhumé, je présume ?  (LUI ne répond pas)  Le jour où son rhume s’arrêtera, vous comprendrez qu’il a enfin accepté l’intruse.  Mais il se peut qu’il ne l’accepte jamais.
LUI
Il se peut aussi qu’il l’accepte, et moi pas, n’est-ce pas.  Enfin, qu’il continue à la détester mais que ses défenses l’acceptent, et moi, que je continue à l’aimer pendant que mes défenses la refusent, c’est bien ça, docteur ?  (Il se frappe le front)  Non mais on est en plein délire, je deviens fou, moi !... 
(Il se rassied face au docteur)
Arrêtons ce jeu stupide.  Résumons :  il faut supprimer la cause de l’allergie, il faut donc rompre avec Sonia.
LE MEDECIN
Vous faites ce que vous voulez.
LUI
Je préfère continuer à tousser.
LE MEDECIN
Très bien.  Vous me devez 60 euross.

Maxime sort son carnet de chèques et commence à écrire.

LUI
Je vous paie pour tout le mal que vous m’avez fait.
LE MEDECIN
Le mal que je vous ai fait ?
LUI
Oui, le mal, le mal !  Vous avez introduit en moi le virus de la méfiance, du soupçon vis-à-vis d’une femme qui m’aime et que j’aime.
(Tout-à-coup il se fige)
Et elle ?
LE MEDECIN
Quoi, elle ?
LUI
Vous lui avez tenu le même discours à vomir ?  Quand elle vient vous consulter pour ses crises d’urticaire, vous lui dites comme à moi “il faut supprimer la cause, voyez du côté de Maxime Sévère “ ?
LE MEDECIN
Ca ne vous regarde pas.
LUI
Saligaud.
(Il se lève, jette son chèque sur le bureau.)
Monsieur, vous me voyez pour la dernière fois.  Vous êtes un charlatan.  Je vous quitte avant que votre traitement de merde n’ait accompli l’irréparable.

Il va vers la porte, qu’il ouvre, et avant de sortir :

Pour ce qui est de la publicité, vous allez voir de quoi je suis capable sans même avoir besoin de feutres, ni de colle !

Il sort en claquant la porte.  Le médecin se lève, contourne son bureau, va vers la fenêtre qu’il ouvre.

LE MEDECIN
Il pue le tabac.  Tout compte fait, sa toux vient du tabac, il n’y a pas de doute.

(A suivre)

Repost 0
Published by Miss Comédie - dans Archives
commenter cet article
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 09:34
I-PHONE  TOUS LES POUVOIRS ?

Vous avez certainement vécu ça : vous êtes au milieu d’un groupe d’amis, vous discutez,  et tout-à-coup l’un des mecs sort de sa poche un portable, se met à tapoter dessus et prend un air faussement détaché : « j’ai un mail ! ».  Si personne ne réagit, il tapote encore et brandit son portable : « vous savez ce que je peux faire avec ça ?  Tout, je peux tout faire.  Regardez : je suis localisé, l’ PHONE affiche l’adresse d’ici. Et je ne lui ai rien dit !  Et regardez…. j’ai l’heure de Tokio. Vous voulez savoir quoi ?  j’appelle Google »
Le groupe s’extasie cinq minutes puis zappe alors il s’en prend à vous  : « Regarde !! Je te prends en photo et tu vas la retrouver dans ta messagerie !… Tu as vu ?  Et tu sais quoi ?  Je reçois toutes les chaînes TV ! " » Un peu étourdie vous essayez de lui échapper  mais il vous poursuit, son I’PHONE brandi comme un trophée.
Tout le monde s’en fout, mais le possesseur d’un I’PHONE se voit investi de pouvoirs surnaturels, il a dépassé le stade des petits joueurs, il peut TOUT faire.
Ils sont tous comme ça.  Il faut leur pardonner, ils vivent le stade initial de la génération I’PHONE, bientôt tout le monde aura le sien et l’expérience sera banale.
Le détail qui chiffonne un peu : doit-on prononcer  i- phone ou aïe phone ? 
En tout cas, c’est un ras de marée. Depuis juillet dernier, +600 000 IPHONE ont été vendus aux Etats-Unis, 70 000 au Japon,
69 000 en Allemagne, 67 000 en France, 55 000 en Espagne,
29 000 au Royaume-Uni.  La France quatrième pays demandeur d’I PHONE !



ILS NOUS MENENT PAR LE BOUT DU NEZ

Ils s’emparent d’un événement souvent mineur et décident de le rendre médiatique.  Qui, ?  Ben les journalistes.
Là, ils ont noté la sortie en haute définition du film « OSCAR », en même temps que la sortie d’une biographie de Louis de FENES.  Ils décident de mettre les projecteurs sur Louis DE FUNES.  Vous allez voir, on va en parler partout.
Pourquoi pas ?  Moi je suis pas contre, j’adorais de Funès.  Mais c’est toujours une sorte de dictature.  Pendant des années on l’ignore, on le critique, on le traite de clown grotesque, et puis un beau jour, quand on estime que l’époque est propice à son retour, on balance qu’il est génial.
Les journalistes ont  le pouvoir des mots, donc ils s’en servent.  Ils sont en général assez unanimes dans la corporation.
Voyez la grippe, porcine, asiatique, espagnole, on va tous bientôt mourir de la grippe. 
On se souvient de la vache folle et on se marre, sauf quand on pense au nombre de pauvres vaches abattues pour la santé publique, et au nombre de bouchers qui ont dû fermer boutique.
Et à plus grande échelle, et là c’est vraiment inquiétant, cette méga-frousse qu’ils veulent nous inoculer concernant la dégradation de la planète et non seulement ils nous foutent la trouille mais en plus, ils nous rendent responsables !  C’est nous les sales humains producteurs  d’ordures ménagères et autres saletés qui menons notre belle terre à sa perte..  Voilà un exemple du pouvoir transformé en dictature.  Parce  que la terre, elle les a pas attendus pour se tranformer, se réchauffer, se refroidir, s’inonder et s’assécher au cours de son histoire.

 
KUNG-FU AVAIT TOUS LES POUVOIRS

Il survivait à toutes les galères, à tous les pièges, à tous les dangers. Il s’appelait Caine mais on lappelait Kung-Fu, du nom de la série qui nous fascinait dans les années soixante.
De sales rumeurs courent autour de la mort de David CARRADINE. Il faut espérer qu’elles sont le fruit de l’imagination tordue de la presse thaïlandaise. L’agent de David CARRADINE a démenti le suicide accidentel lié à un acte sexuel.
Dans KILL BILL il jouait le méchant.  Mais ce film avait relancé sa carrière.
Moi, je le revois, c’est très loin, en être invincible et pur, en ascète initié aux secrets du kung fu.  Malgré le côté ésotérique de la série, elle nous passionnait, petits et grands.
Les scénaristes inventaient chaque semaine desaventures complètement fantastiques dans des décors au charme exotique et un peu effrayant.  J’aimerais bien revoir cette série, tout comme LES ROIS MAUDITS, le feuilleton le plus grandiose qu’ait jamais produit notre télévision.






Repost 0
Published by Miss Comédie - dans Archives d'actualités
commenter cet article
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 09:32
« Cest l’affluence des hôtes qui détruit l’hospitalité ».
J.J.  ROUSSEAU  (Emile ou de l’education)

et c’est l’affluence des humains qui détruit la planète ?
Il y a déjà affluence de poussettes sur les trottoirs, moi je vous le dis.
J’espère qu’il y a aussi affluence sur mon blog !
Bon week-end, tout le monde.
Miss Comédie

Repost 0
Published by Miss Comédie - dans Archives
commenter cet article
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 08:55
Bonjour !  Le rideau se lève sur un AMOUREUX qui commence à s'agacer des méthodes d'investigation de son médecin. On voudrait lui faire croire que la cause de son allergie est ... celle qu'il l'aime ?
Après ce moment de théâtre, vous apprécierez la juste récompense du talent, ça arrive quelquefois ! Yasmina REZA triomphe à Broadway, Harold PINTER à Londres mais lui, il n'en a plus rien à secouer.

Repost 0
Published by Miss Comédie - dans Petit lever de rideau
commenter cet article
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 08:52

Le cabinet du médecin.
LUI, LE MEDECIN

CA  SE  GÂTE.


LE MEDECIN
Il y a seulement deux questions à se poser et je vous les pose. Vous y répondrez par oui ou par non.
LUI
Allez-y.
LE MEDECIN
Un :  votre vie quotidienne a-t-elle changé depuis que vous avez rencontré Sonia Aufray ?
LUI
Oui.
LE MEDECIN
Deux :  désiriez-vous ce changement ?
LUI
Ah, mais ça n’est pas du jeu !
LE MEDECIN
Oui ou non ?
LUI
Je ne le voulais pas parce que je ne l’imaginais même pas !
LE MEDECIN
Oui ou non ?
LUI
J’avais pas de problème, mais quand on découvre qu’il y a mieux que de n’avoir pas de problème, on ne...
LE MEDECIN
Oui ou non, désiriez-vous ce changement ?
LUI
Non, je ne le désirais pas à l’époque, non...
LE MEDECIN
C’est clair.
LUI
Quoi : c’est clair ?
LE MEDECIN
Il y a eu ce jour-là un déséquilibre dans votre processus de défense.  Tout votre processus s’est focalisé sur l’intrusion de l’élément étranger. Vous avez contracté une éruption réactive et nous avons mis cela sur le compte des crustacés.
LUI
Et maintenant, je tousse !
LE MEDECIN
Oui, l’élément étranger n’étant toujours pas évacué, votre système de défense cherche une autre forme de réponse.
LUI
L’élément étranger ?
LE MEDECIN
Sonia Aufray.
LUI, se levant et pointant son index sur le médecin.
Vous essayez de me dire que Sonia, avec ses yeux, son sourire, son amour, est en train de me détruire la santé ?
LE MEDECIN, sans se démonter
Oui, et je dirais même, celle de votre fils.

(A suivre)

Repost 0
Published by Miss Comédie - dans Archives
commenter cet article
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 08:43
 
REZA, Le TALENT ET LE SUCCES

Voilà un talent que personne ne songe à contester. En France, elle règne en maître sur le petit peuple des auteurs dramatiques contemporains. Et à l’étranger, elle s’impose.
YASMINA REZA vient de recevoir trois Tony AWARDS à Broadway  pour sa pièce « Le Dieu du Carnage ».
Une pièce formidable dont je vous parlais avec enthousiasme déjà dans mon blog, avec Isabelle HUPPERT en meneuse de jeu désopilante.
La pièce n’est restée que peu de temps au Théâtre Antoine et peu de gens ont eu la chance de la voir.  Mais on parie sur sa reprise prochaine ? 
A Broadway, les Tony Awards sont l’équivalent de nos Molière.
« Le Dieu du Carnage », adapté par Christopher Hampton sous le titre « The God of Carnage » a décroché le Tony Award de la meilleure pièce de l’année, celui de la meilleure comédienne pour Marcia Gay Harden, et celui du meilleur metteur en scène pour  Matthew Worchus.
Donc, le succès de REZA rejaillit sur ceux qui servent son œuvre.
Moi j’applaudis des deux mains, je suis  une fan sans réserve de cet auteur dont j’aime toutes les formes d’écriture.
Je l’ai vue sur You Tube recevoir son Award dans une robe courte très glamour, entourée de tous ces messieurs en smoking.
Elle a répondu en Anglais, un peu gauchement mais avec un bon accent,  elle a fait court et simple. En fait, elle n’est pas très belle. On ne peut pas tout avoir.


   PINTER,  L’HOMMAGE

Dimanche encore, au ROYAL NATIONAL THEATER avait lieu une CELEBRATION en hommage à Harold PINTER, disparu à Noël dernier.
25 comédiens parmi ses préférés ont lu des extraits de ses œuvres, dans des numéros d’acteurs éblouissants.  Parmi eux, deux noms connus de nous : Jude LAW et Jeremy IRONS.
La cérémonie avait été organisée par sa veuve, l’historienne
Antonia Fraser et le grand metteur en scène Ian RICKSON.
Assis en triangle sur la scène dénudée, les acteurs se levaient à tour de rôle et s’avançaient pour lire leur hommage.  Derrière eux s’affichaient  leur nom et  le titre de l’extrait.
 Jeremy IRONS a lu  le « Poem (to A) dédié à sa femme : c’était PINTER lui-même qui parlait…. « … Remember that when I am dead you are forever alive in my heart and my head »
Tout le monde pleurait. Pour ramener la bonne humeur, une troupe de jeunes acteurs de la London Academy of Music and Arts a déboulé sur scène pour lire chacun un morceau du fameux discours de réception du Prix NOBEL que PINTER reçut en 2005.  Discours violemment anti-américain et ainti-guerre qui fit presque scandale à l’époque. Là, dit par la jeune génération, il faisait figure d’hymne à la paix.
Le rideau se baissa sur un portrait géant du dramaturge qui descendit des cintres, son sourire ironique aux lèvres comme pour un dernier adieu.
Beau travail de mise en scène.




Repost 0
Published by Miss Comédie - dans Archives d'actualités
commenter cet article

  • Miss Comédie
  • Miss Comédie c’est moi, Barbara Laurent-Ogier. 
Mes initiales m’ont récemment fait bifurquer.  De comédienne- auteur dramatique,  je suis devenue  blogueuse, ça élargit considérablement la cible.
  • Miss Comédie c’est moi, Barbara Laurent-Ogier. Mes initiales m’ont récemment fait bifurquer. De comédienne- auteur dramatique, je suis devenue blogueuse, ça élargit considérablement la cible.

Si vous aimez mon blog, vous aimerez mes livres:

- Sa lente traversée du mois d'aout

- Les bals de Douvres

- La dictée de Bunuel

- Collisions d'étoiles

Aux éditions le Manuscrit.

Recherche