Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 18:58

juke box 300-copie-1Hi, je vois que la musique ça vous plait autant que le théâtre.

On va continuer un peu comme ça, avant la déferlante du Festival de Cannes où là, il faudra être sur tous les fronts…

Et puis ma pièce, il faudra en parler, les répétitions commencent dans une semaine -  si tout va bien.

Et puis mon deuxième roman, vous l’avez commandé ? LES BALS DE DOUVRES, un autre genre de musique !

En attendant, voici trois souvenirs marquants d’une époque où la soul était en plein délire.

 

Partager cet article

Repost0
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 18:38

 

ARETHA FRANKLIN, THE QUEEN


Impossible de résister à sa frénésie.  Prenez une piste de danse vide.   Suggérez au DJ de mettre  I SAY A LITTLE PRAYER… Effet  immédiat.  C’est l’affluence.

On oublie vraiment que son père était pasteur et qu’elle a commencé à chanter dans la chorale de l’église de Detroit avec ses sœurs…  ce qui ne l’empêcha pas de se dégourdir assez vite : elle avait 14 ans  quand est né son premier fils, 16 ans le second… voyez le genre.  

Quelle carrière !  Des tubes et des tubes, depuis RESPECT qui est un sommet mondial de la soul,  jusqu’à A ROSE IS STILL A ROSE, le monde entier a dansé sur ses disques.

Elle continue d’habiter Detroit, sa ville natale et ne prend jamais l’avion, c’est pour ça qu’on ne l’a jamais vue en concert. 

Suprême  honneur, le nouveau président des Etats-Unis Barak OBAMA lui a demandé de chanter lors de la crémonie d’investiture, le 20 janvier 2010,

 la chanson «My Country Tis of Thee » de Francis SMITH.

C’est  une star aux 18 Grammy Awards,   encore mieux que Ray CHARLES,

son frêre en soul music.

 

 

RAY  CHARLES, THE GENIUS


A 4 ans il assiste à la mort de son petit frère, noyé.

A  6 ans, il est atteint d’un glaucome qui le rend aveugle.

Mais sa bonne étoile lui donne le don de la composition, et une voix d’or.

Ray CHARLES a eu une carrière fabuleuse, parsemée de succès innombrables et planétaires.

GEORGIA est un hymne magnifique à son pays natal, comme O TOULOUSO celui de Claude NOUGARO (ben oui, quoi).

On aimait sa démarche hésitante d’homme ivre, on aimait le voir jouer,   assis au piano, se tortillant dans tous les sens tout en chantant désespérément.

Comme Aretha FRANKLIN il a chanté le gospel  et la soul, mais aussi le blues, le country, le R&B, et toujours en conquérant.

 

Aretha et lui, ils  auraient pu se marier, il n’avait que douze ans de plus qu’elle et à eux deux ils auraient eu 30 Grammy Awards.   

Il aurait pu chanter « I say a little prayer for you » et elle aurait pu chanter « Hit the Road Jack ».

Ray s’est fait avoir par la drogue, comme les autres. Elle l’a privé de quelques années de gloire… mais jamais au point de le mettre KO comme Miles DAVIS.  Après les triomphes et les récompenses, il a continué à chanter dans les piano-bars et a sorti un ultime album (GENIUS LOVES COMPANY) en 2004  où il chante en duo avec Nora JONES  et quelques autres.

Et puis il meurt d’une maladie de foie à 73 ans… presque le même jour que Ronald REAGAN, le 10 juin 2004.  Et se retrouve  privé de funérailles nationales.   En revanche en France, quel ramdam !  France-Info a diffusé pendant 24h toutes ses chansons et le quotidien Le Monde a même fait sa une avec Ray Charles est mort,  ce qui n’était jamais arrivé que pour des hommes politiques.

En 2005, je suis allée voir RAY, le film de Taylor Hackford,  où Ray CHARLES réapparait sous les traits de Jamie FOX et où l’on peut suivre le cours de sa géniale carrière ainsi que sa descente aux enfers en compagnie de sister héroïne.

 

 

THE MAMAS & THE PAPAS,   UN FEU DE PAILLE


En 1963, John et Michelle PHILLIPS ainsi que les autres membres du groupe vivaient à New-York.  Michelle avait le mal du pays, son pays, la Californie et cela lui inspira la chanson qui fut leur premier tube, CALIFORNIA DREAM.  Il y eut ensuite MONDA Y, MONDAY et leur carrière était lancée.

Mais voilà que Michelle tombe amoureuse de Gene CLARK, le leader des BYRDS, leur rival.  Du coup, elle est exclue du groupe et remplacée par une tocarde qui ne fait pas long feu.  Michelle est réintégrée et ils sortirent un super album DELIVER qui les remit au top des charts.  Mais tout ça avait chaviré l’esprit de leur pote DENNY qui sombra dans l’alcool  et ce fut la douce dégringolade.  LES MAMAS & THE PAPAS n’ont brillé que trois ans au firmament de la pop music… Mais quand on laisse des braises comme CALIFORNIA DREAM,  le feu n’est pas près de s’éteindre.

 

 

Partager cet article

Repost0
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 18:35

 

Extrait de la scène 6 :    LUC l’ami du couple, eamant de Marylou, est un peu abasourdi par la réaction de celle-ci  devant l’abolition de la télé.  Un peu trop soumise, à son avis, tout ça le dépasse.

 

LUC

Et depuis qu'il a viré la télé, vous passez les soirées à quoi faire ?

MARYLOU

Il me raconte des histoires... 

LUC,

Ah ?  Ca c'est intéressant !

MARYLOU

Oui, il me raconte des histoires un peu farfelues...

Et toi, le soir, chez toi, qu'est-ce que tu fais ?

LUC

Moi... moi... je ne suis pas souvent chez moi le soir.  Mais attends, continue, ça me plait, ça , des histoires tordues, tu dis ?

MARYLOU

Des histoires genre polar où il me suit dans la rue jusqu'à l'entrée d'un hôtel.

LUC

Non.

MARYLOU

Si.

LUC

Je pense que Charles ne veut pas tellement renouer le

dialogue. Ce qu'il veut, c'est te sauter plus souvent.

MARYLOU

Oh, écoute...

LUC, avec un geste de la main

Non, non, je ne mêlerai pas de votre vie privée.  D'ailleurs c'est un détail.  L'essentiel  c’est que apparemment, tu t’es très vite désintéressée de la télé…

                    Un temps

MARYLOU

C'est que comme il n'y en a pas, je n'ai pas envie de l'allumer.

LUC

Ah ca ! Ca c'est comme la cigarette.  Pour être sûr de ne pas fumer, il ne faut pas en acheter.   Et quand on parlera devant toi d'un grand débat, d'un nouveau jeu fabuleux,  d'un film que tu as loupé en salle ?

MARYLOU

C’est surtout les jeux qui vont me manquer…

LUC 

Oui, tes jeux, tu ne pouvais pas t’en passer  ?

`MARYLOU

C’est ça, mon problème.  Mais je trouverai une solution.

LUC, se lève

Et bien, bon courage…

 

                    MARYLOU l’accompagne jusqu’à la porte.

                    Sur le seuil il lui prend la main et la porte à

                    ses lèvres, puis il sort.

(à suivre)

Luc  se fait du souci pour le couple.  En plus, il aime (beaucoup) Marylou, il se demande comment elle va s’en sortir…  Vous aussi, j’espère.  Mais elle a des ressources, bien que blonde (la comédienne qui va jouer son rôle est brune, cela me contrarie énormément,  Marylou  réagit et agit en blonde, c’est clair. Je songe, le moment venu, à  demander à mon actrice de jouer avec une perruque.)

A bientôt,  mes amis.

Miss Comédie

Partager cet article

Repost0
9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 08:32

 

 

 

juke box 300-copie-1Comme l’actualité ne déborde pas de joyeusetés, je me fais un plaisir de continuer ma revue  rétro music.  Ces trois groupes-là sont des géants  indétrônables.   Quand on entend leur musique, on se dit qu’aujourd’hui la source est tarie, demandez aux DJ  ils savent bien ce qui met le feu aux dance floors.

Mais n’oublions pas ma pièce : en attendant  de mettre le feu,  je vous  en donne une scène pour vous faire saliver.

 


 

Partager cet article

Repost0
9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 08:03

 

SURFING  WITH  THE  BEACH BOYS


Bien sûr, vous vous souvenez des BEACH BOY , le big groupe californien qui a inventé un style et inspiré les Beatles.  Rien que leur nom évoque déjà la plage de Malibu…   A cette époque, tous leurs titres commençaient par « surf ».

Le style californien est une vague déferlante qui les place au top avec une succession de tubes qui s’arrachent dans le monde entier.

1964 :  l’irruption des BEATLES aux USA change un peu la donne, ils leur volent la vedette jusqu’à ce que Brian WILSON se lie d’amitié, petit malin, avec Paul Mc CARTNEY et  le groupe boosté par la compétition, sort leur plus gros succès  « I Get Around »  fin 1964.   Un tsunami planétaire.

Et ça continue, de tube en tube.  Le mythique GOOD VIBRATIONS classé numéro 1 mondial de l’année 1966,  est un hymne à la génération hippie.

Tous leurs disques s’arrachent. Et puis…  Brian WILSON perd peu à peu la tête, devient parano, grossit… et quitte peu à peu la scène pour ne faire que composer.

Il y aura encore bien des retours au top, même après le départ définitif du leader. Les BEACH BOYS restent aujourd’hui le premier groupe américain sur le plan des ventes.

 

MES NUITS AVEC MOODY BLUES


Bien sûr, vous vous souvenez des MOODY BLUES  venus de Birmingham

bousculer les copains BEATLES.  En 1967, leur album « CAYS OF FUTURE PASSED »  avec  l’ ineffable  NIGHTS IN WHITE SATIN  débarque sur la planète  glam rock  pour  nous  faire  planer  des nuits entières.

Leur carrière est riche en rebondissements, leur discographie est impressionnante, avec des titres très singuliers, inspirés par le cosmos ou le spitituel.    Les puristes se souviennent sùrement de « Other Side of Life », « The Keys of the Kingdom »,  « A question of Balance ».   Ce sont des albums inspirés par la vague peace and love,  dont les BEATLES se sont faits eux aussi les hérauts.

 

 

 

MON NIRVANA AVEC PROCOL HARUM


Là, on décolle.  Groupe emblématique de l’époque, en plein délire psychédélique.

  Tout chez eux est d’un autre monde, à commencer par leur nom, qui pose la question : vient-il du  latin « au-delà des choses » ?  ou était-ce le nom du chat d’un de leurs amis ?

 Leur  premier single sorti en 1967  s’envola par-dessus les océans, couvrant la planète des accents envoûtants de « WHITE SHADE OF PALE ».   Une musique inspirée, il faut le savoir, de la cantate 140 et de l’aria de la 3ème suite pour orchestre de J.S BACH… Avec des paroles complètement déjantées du poéte Keith REID,  probablement stone ce jour-là.

Comme souvent, is vont être  stigmatisés par ce succès et ne pourront plus s’en dépétrer, au point qu’ils ne le chantaient plus en concert, mais rien n’y fit. Le single s’arrache encore.

 

et la liste est longue : the KINKS, the RUBETTES, the BEE GEES,  THE MAMAS & THE PAPAS,  mais aussi Aretha FRANKLIN, Ray CHARLES, OTIS REDDING,  et… à vous d’en trouver d’autres !

 

Partager cet article

Repost0
9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 08:02

 

Extrait de la scène 5.

Un autre soir.  Charles invente un nouveau jeu pour occuper leur soirée sans télé.

 

CHARLES

Tu as éteint ton portable ?

MARYLOU

Non.

CHARLES

Eteins-le. Nous devons être tranquilles.

MARYLOU s'exécute.

Je vais maintenant te raconter une histoire.

Elle s'installe dans le canapé dans une attitude d'écoute attentive.                           

CHARLES, cherchant ses mots

Voilà.  Et bien... c'était ce matin...   Je sortais du métro et je marchais place de la Bastille vers mon bureau, tranquillement, et tout-à-coup... je t'ai vue.

MARYLOU

Moi ?

CHARLES

Toi, oui, toi, dans ton imperméable beige serré à la taille.  Tu marchais assez vite, à ... voyons... une centaine de mètres devant moi, et j'ai eu un coup au coeur.  Bon dieu, je me suis dit, où va-t-elle ?

MARYLOU

Mais ce n’est pas mon quartier ! Je travaille à la Muette !

CHARLES

Justement !  L'Institut est à la Muette, tu ne pouvais pas être là devant moi,  place de la Bastille  !  J'ai eu l'idée fulgurante et atroce que tu me trompais.

MARYLOU, riant

Voyons...

CHARLES, furieux, se plante devant elle

Quoi voyons ?  Est-ce que c'est une chose qui n'arrive qu'aux autres ?   As-tu cette naïveté imbécile qui consiste à croire que l'autre est au-dessus de tout soupçon ?

MARYLOU, un peu inquiète

Ecoute... qu’est-ce qui te prend ?

CHARLES

Ne m'interromps pas !  Donc, je t'ai suivie.  J'étais si inquiet, si dérouté, que j'ai oublié le bureau.  Je voulais savoir où tu allais.

MARYLOU

Bon, nous savons tous les deux à cette minute, n'est-ce pas, que ce n'était pas moi ?  Puisque j’étais comme tous les jours à l’Institut Neurolinguistique, chaussée de la Muette à Paris ?

 

Il s'arrête au milieu de salon et la regarde.

CHARLES

Est-ce que tu as décidé de tout saboter ?  Est-ce que tu es capable d'écouter une histoire jusqu'au bout sans...

MARYLOU

Oui, oui, pardon, continue.  (à part)   Il invente.

 

(à suivre)

 

Et si c’était vrai ?   Le spectateur va un peu se poser des questions, comme

Marylou.  C’est très bien, ça.  Le suspense est bon pour le spectacle.

a bientôt donc, pour la suite de la petite musique.

Miss Comédie

.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 11:27

 

 

 

juke box 300-copie-1Ouh, tout ce temps passé !  Pendant ce long week-end et avec ce temps pourri  j’ai écouté beaucoup de musique.  De la variété nostalgique.  Justement, le nouveau disque de Françoise HARDY, toujours nostalgique,  m’a ramenée  vers mes vieux tubes des années 70.  Elle est dans le juke-box, Françoise.   Johnny aussi.  Leurs albums continuent à s’arracher  aujourd’hui, mais d’autres idoles  sont tombées  dans les oubliettes….

 

 

Partager cet article

Repost0
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 11:06

 

NINO  FERRER, VOUS VOUS SOUVENEZ ?

 

 

  Son idéal, à lui, c’était de faire de la musique de jazz.  Pourtant, ce n’est pas avec du jazz qu’il s’est fait connaître, c’est avec une chanson stupide, MIRZA, qui a enflammé les foules, allez savoir pourquoi.  Du coup, comme toujours, il a fallu enchaîner : LES CORNICHONS, LE TÉLÉ FON, etc.    Cela le rendait fou. 

Pourtant, MIRZA, ça venait d’une mélodie de Stevie WONDER qui s’appelait « Lalalala" que Nino adorait et sur laquelle il avait mis des paroles… Et voilà comment le succès attire le succès.

Mais il s’est passé beaucoup de temps avant que n’explose LE SUD.

Oui, s’il fallait se souvenir d’une seule chanson de Nino, ce serait LE SUD.  Un chef-d’œuvre, qu’on peut entendre vingt-cinq fois de suite et chaque fois, avoir les larmes aux yeux.  Et cet écho, dans le lointain, sa voix qui nous arrive d’outre-tombe…  Et ces images  du Sud, on pense à l’Italie, mais il évoque en réalité  la Virginie,  la Guerre de Sécession… Tous les Sud se ressemblent, il y a toujours le soleil qui embellit la vie.

Quand j’ai connu Nino il était beau comme Bowie, plus que Bowie, beaucoup plus !  D’ailleurs Hugo PRATT en avait fait son modèle pour le Capitaine Nino dans CORTO MALTESE EN SIBÉRIE…

C’était un grand romantique.  Il ne fut fidèle qu’à une seule femme, la seule qui eût compté dans sa vie, sa mère adorée.   Un mois exactement après sa disparition il a choisi un champ de blé pour se donner la mort, et la rejoindre dans l’éternité.

 

FRANK  ALAMO, VOUS VOUS SOUVENEZ ?

 

 

 

Le croiriez-vous ? Frank Alamo fut d’abord soliste aux Petits Chanteurs à la Croix de bois !   On l’imagine tout mignon, raie sur le côté, voix d’angelot.

Il est vite devenu  une « idole des jeunes »  avec Johnnty, Eddy,  Cloclo, Dick Rivers et les autres !…

Son tube à lui : « Biche ô ma biche »,  a été  compos par… Mort SHUMAN son ami inséparable.

  Ce  n’était pas vraiment un chanteur-poète.  Il a même fait dans la concession automobile Frank ALAMO  est toujours vivant mais malade, très malade.  Avec courage il continue à participer à Age Tendre et Tête de Bois, la tournée du souvenir.

 

 

MORT SHUMAN EST MORT

 

 

Avec son prénom, il courait le risque.      Il a été très aimé en France, lui qui vient d’Amérique où il composait des chansons pour Elvis PRESLEY.

Il adorait Paris.  Il était ami avec Jacques BREL et FRANK ALAMO.

Ses chansons sont toujours mélancoliques, surtout LE LAC MAJEUR, une très longue mélopée que tout le monde a fredonné un jour, les yeux dans le vague.

MORT SHUMAN  avait un certain charme, le charme de certains gros qui savent vous enjoler avec des mots tendres et des mains calines.

Personne ne se souvient de l’avoir vu sur scène.  Il était timide et la foule lui donnait le trac.

 

DAVE,  A L’OLYMPIA, COMME EN 77 !

 

 

Il n’a jamais vraiment disparu.  Il a fait un nombre incalculable de disques, tous des succès en France, complètement ignorés aux Pays-Bas, son pays natal.

Sa carrière débute à partir des années soixante-dix, avec des tubes comme Sugar Baby Love, Lettre à Hélène, Comment ne pas être amoureux de vous, et le grandiose Vanina, dont la mélodie reprend le dernier mouvement du concerto pour violon de Stravinsky… oui, oui.

Nous avons été un million à avoir acheté le 45 tours.

  Ce soir à l’Olympia il chantera VANINA, mais rien ne vaut la version enregistrée, avec les chœurs  qui font  « wouam » et puis « diwouah » et « toi ouah ouah » en reprenant les finales « loin ouin ouin » et cette cascade de « vanina »  mahtématiquement irréprochable,  que l’on essaie de suivre en chantant mais on n’y arrive pas, c’est trop  acrobatique.  Derrière sa voix on entend  le pianiste qui s’excite dans les aigus,   sur  un rythme paroxysmique.

Un monument de la variété française.

 

Il y en a d’autres, si l’on entre dans le juke-box on n’en finirait pas et chaque fois c’est renversant.  Aretha FRANKLIN, Ray CHARLES, Marianne FAITHFULL… Je me suis fait un festival ce week-end pascal, avec les cloches, bien entendu.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 10:59

 

 

 

Extrait de la scène 4 :  le couple entame sa première soirée sans télé.

Ca ne va pas aller tout seul…

 

                "Lui dans un fauteuil, elle allongée dans le canapé, ils lisent. Elledonne

                des signes d’impatience jusqu’au moment où brusquement, elle lance             

                le livre à travers la pièce.

 

MARYLOU, hurlant

C’est une connerie !

CHARLES

Et bien, change de livre !

                    MARYLOU se lève et va se planter devant

                    CHARLES.

MAYLOU 

C’est une connerie de bouquiner chacun dans son coin comme des vieux !  Ca ne m’intéresse pas !   Hier, tu m’as dit que dorénavant, nous aurions des soirées palpitantes.  Tu me sens palpiter ?

CHARLES, embêté, repliant son journal

Avant  tu te plaignais que tu n’avais plus le temps de lire, que…

MARYLOU, le coupant

…  moi, je lis quand je suis seule et que je n’ai rien d’autre à faire. Là on est deux et tu m’as dit qu’on allait faire des choses ensemble.

CHARLES

Oui…    

MARYLOU

Alors ?  Qu'est-ce qu'on va faire ?

 

               Il  se lève, fait craquer ses doigts et arpente le

salon.

CHARLES

Tu veux que je fasse les pieds au mur ?    (MARYLOU  hausse

les épaules)  …. tu… tu veux qu’on danse ?  Je vais mettre un disque.

                    Il va vers la chaine hifi et choisit un CD de

                    Bill evans  puis il va pour l’inviter à danser.

 

CHARLES,   enlaçant Marylou

Avoue que c'est plus agréable que Star Ac'…. (ils font

quelques pas de slow)

MARYLOU, très raide

On a l’air de quoi….   (elle se dégage et va s’asseoir)

Quand nous regardions la télé, nous étions très proches, pas

besoin de se mettre à danser ! "

 

(À siuivre)

 

 

Adios muchachos, je vous retrouve très vite pour parler encore musique.

Miss Comédie.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 11:28

 

C’est avec du  théâtre, et du grand théâtre, que je vais clôturer ce mois de mars.  Le théâtre des CELESTINS à Lyon nous offre un spectacle de haute volée, sans vedette mais quand il s’agit d’un auteur comme Tennessee WILLIAMS, c’est quand même le coup de poing assuré.

Ensuite, on passera au petit théâtre de Miss Comédie, plus modeste mais qui a l’avenir devant lui…

 

Partager cet article

Repost0

  • Miss Comédie
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir.

Albert Camus
 «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.»

Jean-Luc Godard :
« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. »

Marguerite Duras :
« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.» Jean-Luc Godard : « Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras : « Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

Si vous aimez mon blog, vous aimerez mes livres:

- Sa lente traversée du mois d'aout

- Les bals de Douvres

- La dictée de Bunuel

- Collisions d'étoiles

Aux éditions le Manuscrit.

Recherche