Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 15:54

On réfléchit sur le décor. Pour l’instant, pas de décision envisagée avant la reprise des répétitions, début mai.

Ils sont tous à droite à gauche, à faire des cours ou des castings.  C’est ça, le métier de comédien.  Les temps sont durs, c’était déjà comme ça à mon époque….

A bientôt pour reprendre le cours des évènements.

 

Miss Comédie

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 13:10

 

400_F_6308110_k3iEQxKbrAXfHn6e6DZmA5NTOecLVHZ6.jpgVous m’excuserez mais aujourd’hui, l’actualité je m’en tape, surtout qu’avec le nuage et la SNCF on va pas loin.   Moi j’ai décollé sans problème sur la piste du NOMBRIL DU MONDE, un vol sans escale jusqu’à la première représentation de TENTATIVE D’ÉVASION, ma comédie bien française.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 13:07

 

JE LISAIS, L’AUTEUR ÉCOUTAIT

 

Il m’est déjà arrivé de me trouver assise à une table, la brochure devant moi, les autres personnages en face, et le metteur en scène au bout.

Mais j’étais comédienne et je lisais un texte en attendant des instructions.

Je n’avais pas d’avis à donner sur la qualité de mes répliques, je devais

éviter de faire la  chipoteuse qui demande à « dire ça autrement », à étoffer mon rôle ou à couper dans un monologue assomant.

C’était le metteur en scène qui  me disait comment il voyait mon personnage,

et comment je devais l’interpréter.  Bien sûr, j’avais des propositions à faire

pour adapter le rôle à ma personnalité propre.  Soit elles étaient bonnes et

elles étaient adoptées, soit on passait.

L’auteur assistait rarement à ces répétitions, soit parce qu’il était mort, soit

parce que.

Le metteur en scène était maître à bord. C’était tout simple.

 

LES ACTEURS LISENT, JE LES ÉCOUTE.

 

Je les trouve sympas d’avoir demandé à ce que j’assiste aux répèt.  Pour la lecture d’aujourd’hui,  où l’on passait en revue le texte dans son intégralité,  on avait besoin de mon accord pour couper ou modifier certaines répliques, pour sabrer dans les longueurs.

Cela s’est passé tout naturellement, ça tombait sous le sens,  THIERRY suggérait, on coupait, on sabrait, on était tous d’accord.

Mais pour les prochaines répétitions, sur scène, brochure en mains, c’est une

affaire entre les acteurs et le metteur en scène.  J’irai quelquefois, me planquer dans l’obscurité de la salle, écouter et regarder, le coeur battant, ce que deviennent mes mots.

 

COMMENT Ça SE PASSE UNE PREMIERE LECTURE  ?

 

Donc j’avais le trac.  J’avais peur de la confrontation avec ces jeunes fous

du théâtre d’aujourd’hui, moi qui vit en loup solitaire depuis des années.

Peur de ne pas trouver l’attitude qu’il faut, les mots qu’il faut.

Ils sont arrivés face à moi dans l’allée de l’immeuble, et d’emblée j’ai su que le courant passait.

On s’est installés dans la salle  éclairée par quelques projos, devant la scène, chacun sur une petite table avec sa brochure et une tasse de café, on s’est regardés, on a ri un peu, et puis THIERRY a dit « on y va » et a déclenché le chronomètre.

 

CELANDINE JOUE MARYLOU

J’avais vu jouer CÉLANDINE à Paris dans une pièce montée par THIERRY à la GAITÉ MONTPARNASSE.  THIERRY jouait aussi, mais lui je connaissais depuis longtemps sa nature et son talent.   J’ai trouvé CELANDINE parfaite, mutine, drôle, fine.… une jolie brunette, hélas pour moi et pour mon personnage Marylou… et comme par hasard, je la retrouve aujourd’hui  en

ravissante blonde.  Premier signe de connivence !

 

CLEMENT  JOUE  LUC

Quant à CLÉMENT, qui joue le rôle de LUC, je l’avais rencontré au NOMBRIL il y a quelque temps, impression  neutre,  absence d’ions positifs ni négatifs.  L’alchimie s’est déclenchée aujourd’hui sans esbroufe, juste naturellement positive.  D’abord il est beau, très important, grand dégingandé  doté d’une voix magiquement belle et sonore. Que demander de plus ?

 

ET THIERRY EST CHARLES…

Parlons enfin de THIERRY, l’âme du projet.  Une belle âme, à vrai dire, une nature généreuse, ouverte au dialogue,  une facilité à faire rire autant qu’à faire pleurer  dont seuls les grands comiques ont le secret.

Il dirige LE NOMBRIL DU MONDE depuis plus de vingt ans, avec des spectacles qu’il écrit lui-même pour le café-théâtre, et des cours d’art dramatique qui font beaucoup d’adeptes.

Il est le metteur en scène de TENTATIVE D’ÉVASION,  la première pièce de théâtre qu’il va tester sur son public.  Je lui fais entièrement confiance.

 

 ET  LE  DÉCOR ?

Aujourd’hui se posent les questions.   La scène est vide, tout est à construire.  Doit-on jouer dans le réalisme d’un décor traditionnel ?  Ou s’échapper des contraintes pour amener le spectateur à s’étonner, à imaginer autant qu’écouter ?

Tout est ouvert.

Partager cet article
Repost0
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 13:03

 

LE THEÂTRE

NOMBRIL.jpg

 LE NUMBRIL DU MONDE, 1 place Chardonnet dans le 1er

arrondissement de Lyon.

C’est  une jolie petite place sur le haut des pentes de la Croix-Rousse à

première vue bien tranquille, mais il ne faut pas trop s’y fier.

La façade du théâtre est une invitation  à  plonger dans l’absurde et le rêve, comme Alice dans le terrier du Lapin.  C’est tout rouge avec un grand cercle jaune entourant la porte d’entrée, c’est là qu’il faut plonger.

Dedans c’est une petite salle où l’on accède par le bar, on boit un coup avant de prendre place, il y en a une centaine, devant la belle scène en arc de cercle où tout peut arriver.

 

LES ACTEURS

Thierry Buenafuente

Célandine Parent

Clément Cordero

Pour l’instant, c’est tout ce que je sais de mes acteurs :  leur nom !  Bientôt, je pourrai vous en dire plus. Et puis, je reprendrai le fil de mes divagations sur l’actualité, les scoops, les  tubes, les people, et toutes les gourmandises du grand buffet de la culture.

A bientôt,

 

Miss Comédie

 

 

 

Partager cet article
Repost0
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 13:35

 

2486f445-60dc-4a74-b825-fa11bb4f4b0e_4.jpgUne année de plus pour mon guru, bon anniversaire Benjamin !

Une vie nouvelle pour Antoine et Catherine qui aménagent aujourd’hui dans la Drôme !  Bon mistral !

Un nouveau départ pour Miss Comédie qui inaugure aujourd’hui les répétitions de sa pièce TENTATIVE D’ÉVASION.  Bonne route !

 

Partager cet article
Repost0
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 13:28

 

MA  COMEDIE FRANCAISEcom-die-F-copie-1.jpg

Frédéric BEIGBEDER a bien écrit un Roman Français, moi c’est une Comédie Française, bien française puisqu’elle traite d’un sujet aussi excitant que la baguette :  la télévision.

Me voici donc dans un nouveau rôle, celui d’AUTEUR !

Mon métier de comédienne m’a donné de bonnes bases pour apprécier le travail des autres….  Les trois acteurs qui vont lire aujourd’hui pour la première fois mon texte, sont jeunes mais déjà bien rôdés, et  ils ont la pêche.

C’est de bon augure, non ?

 

ROBERTO ALAGNA  PASSE A LA RITOURNELLEalagna.jpg

Triomphe à Berlin dans CARMEN, bientôt triomphe à Vienne avec MANON. Mais entre les deux, triomphe partout avec le SICILIEN et ses airs populaires qui font fureur.  Du coup, Roberto ALAGNA  change de cap.   Il fait comme son modèle PAVAROTTI, il se met à la chansonnette.  Cet été, il chantera Luis MARIANO dans les Festivals !  Sa vocation :  juste utiliser sa voix pour donner du bonheur à tout le monde, c’est une vocation charismatique et non pas élitiste.

Pareil pour STING mais dans l’autre sens  !  Voilà qu’il part en tournée avec le Royal PHILARMONIC ORCHESTRA, pour chanter du BACH, du PURCELL, du SHUBERT !

Et Richard GALLIANO qui nous sort un sublime album intitulé BACH, c’est une reconversion qui semble aller de soi, une attirance naturelle  vers le sacré.

Tous ces nouveaux débuts, il paraît que c’est tendance, ça porte un nom : le cross-over. Voilà.  De l’art de rendre intello des mouvements très basiques, seulement naturels…

 

Partager cet article
Repost0
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 13:24

theatre rideau0

 

LA  FIN  DU  SUSPENSE....

On entre au NOMBRIL DU MONDE comme dans un tableau.  Mais ne pas confondre avec L’ORIGINE DU MONDE de Gustave COURBET, ce ne sont pas les mêmes entrées.  Ici, l’ouverture est marquée par une brêche dans l’immense fresque peinte sur le mur du théâtre.

J’avais vu un ou deux spectacles dans cette salle, sans imaginer une seconde qu’un jour…    C’est aujourd’hui.

 

Drôle d’expérience.  Mon texte, d’autres voix vont l’interpréter, lui donner des inflexions inattendues…

Quand on a soi-même dit le texte des autres, on n’imagine pas ce que peut ressentir un auteur lorsqu’il entend tout à coup un acteur donner à ses phrases un sens nouveau, plus subtil, plus désinvolte ou plus intérieur.  C’est fou ce que la voix peut apporter à un texte.    Il faut s’attendre à être surpris, parfois émerveillé, parfois déçu, par ses propres mots.

Dans mon prochain blog je vous dirai tout sur cette première expérience.

 

Miss Comédie

Partager cet article
Repost0
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 17:23

 

juke box 300-copie-1Je viens d’écouter un morceau d’anthologie : le grand Ruggiero RAIMONDI chantant en Français Que reste-t-il de nos amorus, de Charles TRENET.  Pur ravissement.  Tout à coup on se met à écouter les paroles !  Un poème nostalgique sur le temps qui passe.  Pour RAIMONDI, un contre-emploi qui renverse.

Une idole dont la voix s’est éteinte  une nuit, une autre dont la voix rauque évoque des nuits blanches...

Et ma pièce qui se rapproche de sa première répétition...

 

 

 


Partager cet article
Repost0
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 17:08

 

DALIDA,  L’IDOLE OUBLIÉE


Fut-elle ou ne fut-elle pas la maîtresse de MITTERRAND ?  Si oui, il l’a échappé belle car la grande majorité des amants de DALIDA se sont donné la mort, y compris Lucien MORISSE son Pygmalion et époux maintes fois trompé.

Des amants, on lui en connaît beaucoup, et on ne les connaît pas tous. Elle rayonnait d’une gloire qu’on n’imagine plus.  Elle fut tête d’affiche à l’OLYMPIA sept fois, de 1961 à 1981.  Ses disques se vendaient comme des petits pains dans le monde entier (plus de 120 millions de disques vendus) ; sa chanson BAMBINO vendue à 1/2 millions de 45 tours et N°1 au Hit Parade pendant 39 semaines en 1956…  En plus, elle était belle, avec une touche d’étrangeté qui e, attire plus d’un.

Mais qu’aurait été  IOLANDAGIGLIOTTI, la brune italienne née à Chypre, sans Lucien MORISSE,  fondateur d’Europe 1 ?   On n’en sait rien, mais c’est quand même lui qui chourava BAMBINO, une chanson créée pour Gloria LASSO, la fit enregistrer en une nuit par DALIDA, et la passa ensuite sur l’antenne toutes les heures pendant une semaine.  Résultat : un boom.   Après ça, il fallait suivre.  Ca suivit.  COME PRIMA,  LE GONDOLIER,  DIRLADADA, MAMAN LA PLUS BELLE DU MONDE, HAVA NAGUILA,  J’ATTENDRAI, BESAME MUCHO… il y en a plusieurs centaines  ! et toujours au top.

DALIDA  avait le mal de vivre.   Plus ses chansons donnaient envie de rire ou de danser, plus elle sombrait dans la dépression.

En 1987 elle n’est plus montée sur scène depuis trop longtemps, accaprée par le cinéma et des projet de théâtre.  Ellle n’est plus portée par l’amour de son public, elle se sent abandonnée, et dans la nuit du 2 au 3 mai, ce devait être une douce nuit annonciatrice du vrai printemps, avec le muguet et tout, et bien, elle a dit adieu.

On croit qu’elle est oubliée, mais il existe encore un club fervent de fans qui entretiennent sa mémoire et écoutent ses chansons, sans se lasser.

 

MARIANNE FAITHFULL,  l’IDOLE  FANTÔME


 

Fille d’officier, bien élevée dans la gentry à Londres, elle a  fini en  very bad girl, de cannabis en héro et drogues dures puis en cures de désintoxication, mais elle s’en est bien sortie.

Elle fait des débuts très glamour, chanteuse dans des bars, et c’est là qu’elle est remarquée par son futur Prince Charmant,  Mick JAGGER lui-même.  Elle avait déjà cette voix chevrotante, irrésistible.

 Coup de foudre réciproque, liaison durable.   Il l’emmène chanter dans  les stades.  Keith RICHARD lui écrit une chanson AS TEARS GO BY, qui lui va bien, elle monte en popularité.  C’était dans les années 1965-66.

Elle avait déjà divorcé d’un mec bien, dont elle avait  eu un fils, Nicolas Dunbar, qui ne l’a jamais quittée.

Ses disques ?  Moi je me souviens de SISTER MORPHINE, qu’on écoutait dans les soirées en se passant un   joint.  

Mais là où elle me terrasse, c’est dans la chanson du film de Patrice LECONTE, « LA FILLE SUR LE PONT »  dans une scène  pudiquement torride (oui oui) où sa voix  fait encore monter la fièvre.  Je ne sais pas comment s’appelle cette chanson.

C’est Mick JAGGER et sa bande qui l’ont initiée à la drogue.  Mais quand elle l’a quitté, c’était déjà trop tard.  Elle a doucement plongé … et puis elle est revenue à la surface, peut-être grâce à son fils.

Maintenant, à 64 ans, elle fume, elle boit, mais elle ne touche plus aux substances.  Elle a acquis un détachement  suprême.  Enfin, c’est ce qu’elle dit dans les interviews… on ne va pas voir à quoi elle passe ses soirées intimes.

Elle était belle,  et elle l’est encore, d’une beauté pas franche  qui dégageait un charme  malsain.  Elle a séduit GODARD, qui lui a fait jouer son propre rôle dans MADE IN USA.   Mais pour le cinéma, elle était trop  écrasante.  Il lui aurait fallu des rôles comme MACBETH, La FOLLE DE CHAILLOT ou PHEDRE…

Je me souviens de son petit rôle dans le MARIE-ANTOINETTE de Sofia COPPOLA…

Mais en fait : qu’est-ce au juste qui l’a rendue célèbre ?  Très peu de disques, presque pas de concerts, pas de films… Sa liaison avec Mick JAGGER ? 

Son disque le plus vendu   est STRANGE WEATHER, mais qui le connaît ?

En fait,  pour aimer Marianne FAITHFULL il faut avoir un  penchant pour l’underground.

 

Partager cet article
Repost0
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 17:06

 

Extrait de la scène  8  (je passe sur la scène 7 qui est encore une soirée où Charles et Marylou tentent en vain de se distraire)

Ici, Luc est venu proposer à Charles de refaire un team avec lui, habile manœuvre pour essayer de lui faire réintégrer la télé, mais ça ne marche pas… :

LUC

Les producteurs ne veulent pas de mon projet de reportage si je le tourne tout seul.

CHARLES

Tout seul ... 

LUC

Oui,  ils te veulent toi au son, moi à l'image.

CHARLES

... et sinon ?

LUC

Sinon ils ne marchent pas.

CHARLE

Ah merde.

LUC

Oui.

 

CHARLES se lève,  très troublé,  et fait les cent pas.

CHARLES

J'ai arrêté, j'ai arrêté...

LUC

Je sais bien...

CHARLES

J'ai un job qui me plait...

LUC

Oui, oui …  N'empêche,  faire cette émission avec toi serait un  vrai plaisir. Mais n'en parlons plus. (un temps)   D'autant qu'il y a autre chose.

CHARLES

Quoi ?

LUC, cherchant ses mots

Si, dans un premier temps, tu acceptais de.... plonger.. et bien...  ça te poserait un autre  problème...

CHARLES

Ah bon ?

LUC

Oui, il faudrait que tu visionnes la cassette de notre première émission pour reproduire l'ambiance sonore, ils veulent la copie conforme, tu comprends ?

CHARLES

Et alors ?

LUC

Tu la visionneras où, cette cassette ?

 

(A  suivre)

 

Ah ! voilà.  Mais Charles ne cèdera pas.  Jusqu’au jour où…

A lundi pour la première lecture de la pièce avec les acteurs et le metteur en scène. Ouaouh !  Ca se précise.

 

Miss Comédie

 

 

 

Partager cet article
Repost0

  • Miss Comédie
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir.

Albert Camus
 «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.»

Jean-Luc Godard :
« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. »

Marguerite Duras :
« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.» Jean-Luc Godard : « Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras : « Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

Si vous aimez mon blog, vous aimerez mes livres:

- Sa lente traversée du mois d'aout

- Les bals de Douvres

- La dictée de Bunuel

- Collisions d'étoiles

Aux éditions le Manuscrit.

Recherche