Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 16:20

 

NAT  KING  COLE,   UNFORGETTABLE

C’est lui le plus grand crooner des années 50.   Ses parents, comme J.S BACH, ont eu treize enfants, et cinq seulement ont survécu, dont Nathaniel, dit NAT.   KING c’est venu plus tard, avec la gloire.

Encore  un  dont le papa était pasteur et la maman chef des chœurs dans l’église de leur ville, et le petit Nat chante à la chorale et joue de l’orgue le dimanche, chapeauté par sa maman.

Louis ARMSTRONG  régnait sur la planète jazz et NAT était fasciné par sa musique.

Le NAT COLE TRIO devient le NAT KING COLE trio lorsque Nat a l’idée de chanter pour animer un peu le spectacle.  Good idea, la cote monte en flèche.

On l’invite  à Las VEGAS.    Mais en cette année 1946 les Noirs sont encore exclus du Casino où se produit Nat KING COLE et lorsqu’il l’apprend, il rompt son contrat et refuse d’y jouer.

Et puis c’est l’escalade.  Le premier album enregistré, avec la chanson I  LOVE YOU FOR SENTIMENTAL REASONS,  fait un tabac.  D’autres suivent sur la lancée.  1950 :  sortie de MONA LISA, une chanson que Nat n’aimait pas et qui se vend à plus de 3 millions d’exemplaires.

1951 : l’album UNFORGETTABLE YOU explose les ventes.

Tournée en Europe. En 1960, la reine ELISABETH l’invite à chanter au Palais Victoria.  Maintenant, on l’invite à « chanter », plus à jouer.  Cependant, il s’accompagne toujours au piano, ce qui ajoute à son charme…

Sa voix de velours nous donne encore le frisson…

Malgré sa popularité, il était Noir et ça cette épooque-là ça ne pardonnait pas. Lorsqu’il voulut s’installer à Los Angeles dans le quartier riche, habité exclusivement par des Blancs, il reçut une lettre signée de tout le voisinage lui indiquant que ce quartier était interdit aux «personnes indésirables », à quoi Nat répondit par une autre lettre, affirmant que s’il rencontrait un jour ce genre de personnes, il le leur ferait savoir.

NAT KING COLE est mort du cancer du poumon à 45 ans, après avoir enregistré son dernier album : L-O-V-E…..

 

 FRANK  SINATRA,   THE VOICE

Trois ans de plus que NAT KING COLE, il a mené sa carrière  à la même époque mais comme il était Blanc, il a eu la gloire plus rapide et plusfacile.

Et puis, il a fait du cinéma, et ça, surtout avec des réalisateurs siciliens comme lui, ça aide.

Quand même, ses disques se sont bien vendus : 150 millions au total !

Bref, carrière internationale et pluridisciplinaire, yeux bleus et morale absente, c’était un voyou mais de haute volée.

Qui peut dire s’il a trempé dans l’assassinat des KENNEDY ?

Depuis ses débuts en 1940 comme chanteur dans l’orchestre de Tommy Doorsey, chaque année a été marquée par un pas de plus dans la célébrité.

Cinéma et disques à part égale, avec des crêtes de vague comme en 1953 le mythique TANT QU’IL Y AURA DES HOMMES où on le voit dans une scène d’anthologie se rouler une pelle sur la plage avec              qui lui vaut un Oscar.

Comme en 1955, L’HOMME AU BRAS D’OR, avec Kim NOVAK,

Comme en 1956, la chanson I’VE GOT YOU UNDER MY SKIN.

J’en saute un max pour arriver à STRANGER IN THE NIGHT, en 1966, succès planétaire encore aujourd’hui.

Heureux en amour, il eut la chance d’avoir Ava GARDNER  légalement dans son lit,  après quoi il fit des choix plus discutables.

Et aussi : comment peut-on être à la fois ami avec la famille KENNEDY,  Grace KELLY et… Lucky LUCIANO et Willie MORETTI le big boss de la MAFIA ?

SINATRA avait plusieurs voix, la voix mauvais genre, la voix sexe, la voix jazzy, mais la seule qui le rendait aimable était sa voix blues, chargée  de nostalgie et de douceur.

Il est mort en décembre 1995.  Je ne sais pas comment ni pourquoi.

 

 

ADELE BLANC-SEC, TAMBOUR BATTANTlouise_bourgoin_reference.jpg

 

Au début, on trouve qu’il y a beaucoup de bruit et on comprends rien. Comme souvent, il faut un moment pour entrer dans le jeu.

Que dire de ce film ?  Un peu brouillon quand même, mais surtout, il y a LOUISE BOURGOIN, une nature !  Elle est belle mais pas nunuche, elle a du tempérament mais sans vulgarit,  et elle l’avait déjà montré dans LA FILLE DE MONACO.

Autour d’elle il y a quelques zombies assez drôles, mais elle occupe l’espace !

Elle chevauche un oiseau géant comme dans AVATAR, il y a quelques belles images (pas beaucoup) dont celles de la partie de tennis tragique mais je n’en dirai pas plus.   Bref, c’est pas mal,  mais c’est surtout la Bourgoinette qui vaut le détour.

 

Partager cet article

Repost0
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 16:13

 

CÉLANDINE PARENT  est donc blonde commePhotoCelandine.jpg je l’espérais, petit visage mutin, elle aussi une nature.  Et un sacré parcours déjà, même si Paris ne l’a pas encore accaparée.

Elle  est née à Los Angeles, mais elle est Belge, ça arrive.   Apparemment, elle a bien bourlingué entre Londres où elle a suivi les cours du Lee STRASBERG institute, Bruxelles où elle a beaucoup joué, Paris et Lyon.

Son CV aligne des pièces de théâtre, de la comédie musicale, des longs et courts métrage, des séries télé…

Elle joue actuellement au NOMBRIL DU MONDE,  le spectacle ON FAIT LES CONTES, ça ne  changera pas ses habitudes de passer à la TENTATIVE D’ÉVASION… 

La semaine prochaine je vous présenterai Clément CORDERO qui incarnera LUC, l’ami dépassé par les évènements.

Bon je vous retrouve lundi 3 mai avec allégresse.

Bye bye,

 

Miss Comédie 

Partager cet article

Repost0
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 16:14

 

moliere-buste.JPGSuper idée !  Quoi de plus naturel que d’assister à une pièce de théâtre avant la distribution des récompenses aux gens de théâtre ?

Surtout un Feydeau, et celui-ci, FEU LA MÈRE DE MADAME,  superbement enlevé par Jean-Luc MOREAU, superbement joué par Patrick CHESNAIS, Emmanuelle DEVOS, Sébasttien THIERY et Christine Murillo,  un régal de 50 minutes à peine, était de nature à  dérider les plus grognons, et ben non ! Comme un trouble-fête hargneux, la politique a  lancé sa pointe venimeuse, faisant disparaître les sourires et l’émotion, rabaissant notre art à une vulgaire affaire de  syndicalistes. 

 


Partager cet article

Repost0
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 16:00

 

LA MAISON DES ARTS ET DE LA CULTURE DE CRÉTEILCreteil_MAC.jpg


Elle ne date pas d’hier.  Voulue par André MALRAUX, elle a été inaugurée en 1977.

 Les amoureux du théâtre la connaissent bien, il s’y donne régulièrement des spectacles subventionnés. 

Tout le monde disait : « les people n’iront pas à Créteil pour les Molières. »

Et bien les 1000 places de la grande salle étaient occupées.   Vous me direz, les habitants de CRETEIL ont dû recevoir des billets gratuits.  Peut-être, mais les people étaient là aussi : les gros plans ne trompent pas.

Même Madame la Présidente Line RENAUD, qui a perdu de son agilité, est venue déclarer ouverte la 24ème Cérémonie des MOLIERES. (avec S ou sans S ?)

Michel DRUCKER et sa nièce MARIE ont fait office de présentateurs dans la sobriété, sans essayer de faire leur numéro.  Le petit couac de l’enveloppe ne les a pas (trop) démontés, il faut dire que ça doit être déstabilisant, tout-à-coup, de chercher partout l’enveloppe contenant la gagnante des Espoirs Féminins…  Edouard BAER en aurait fait  un one man show...  Michel DRUCKER en a vu d’autres.  Ce qui est bien c’est qu’il les connaît tous, absolument tous, il les tutoie et même le Ministre ! Il lui donne du Frédéric, c’est tout juste s’il ne lui pète pas la bise.  Bref, pour ce qui est de la Grande Famille, pas de fausse note, à part celle du théâtre Public qui nous a tourné un compliment au vinaigre (Madame MNOUCHKINE avait refusé de figurer parmi les metteurs en scène mais elle n’a pas refusé la récompense, qui lui a permis d’envoyer un acteur au charbon.) 

Frédéric MITTERRAND a été exemplaire de dignité, sous les sifflets.

Pourquoi mélanger le théâtre et la politique ?  Ils n’ont rien à faire ensnemble. 

 

N OUVEAUX GALONS POUR LES CHEVRONNÉS

 

dominique-blanc.jpgBien sûr, Dominique BLANC a déjà été moultes fois récompensée. Bien sûr, Laurent TERZIEFF avait déjà reçu plusieurs MOLIÈRES.    Bien sûr, GALABRU…  Mais comme par  hasard, ce sont eux qui nous donnent le  plus de bonheur quand ils font leur petit speech.  Ils parlent d’or.  Ils ne la ramènent pas. Ils ne récriminent pas.  Ils sont auréolés de leur talent et de leur charisme.

interview_de_laurent_terzieff_pour_sa_reprise_de_hughie1_im.jpgLa phrase de Laurent TERZIEFF est à retenir : « le théâtre ce n’erst pas ceci ou bien cela, le théâtre c’est  ceci ET cela. »  Ovation.

Bien sûr, il manquait des gens à l’appel.  Mais on ne peut appeler tout le monde, le théâtre est de plus en plus prolifique.   Les productions de la province convergent vers Paris et ses cent cinquante salles de spectacle.

  LA NUIT DES ROIS de Nicolas BRIANCON, qui a cumulé les récompenses, a débuté sa carrière au Festival d’Anjou  l’été dernier et de succès en succès, s’est retrouvée dans la sélection.  Le talent récompensé. 

 

47226-eric-assous-637x0-1.jpgUN AUTEUR HEUREUX : ERIC ASSOUS

Heureux parce qu’il a eu la chance d’attirer l’attention de  Jean-Luc MOREAU (il l’a d’ailleurs bien remercié) au point de lui écrire trois (ou quatre ?) pièces d'affilée, toutes montées avec le même succès.

Heureux parce que sa pièce L’ILLUSION CONJUGALE se joue à guichets fermés depuis la rentrée et continue jusqu’en juillet, au théâtre Tristan BERNARD, et part ensuite en tournée.

Heureux parce que cette pièce est jouée par trois comédiens top : Jean-Luc MOREAU qui l’a mise en scène, Isabelle GELINAS et José PAUL.

Heureux enfin,  parcqu’il a été reconnu et récompensé du MOLIÈRE du meilleur auteur francophone, le veinard.  Il a ainsi rendu heureux Jean-Luc MOREAU qui a moins regretté de n’avoir pas eu le MOLIERE de la mise en scène.

  Eric ASSOUS  a une bonne tête de rat de bibliothèque, on l’imagine dans un désordre fou, rivé à son ordinateur, pianotant ses histoires de famille sans relâche, cherchant de nouvelles intrigues conjugales, il ne doit pas faire bon être sa compagne, il a trouvé mieux que le placard pour dissimuler l’amant de passage…

Bon j'arrête de lui lancer des fleurs, c'est un rival très dangereux celui-là.

 

 

Partager cet article

Repost0
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 15:54

On réfléchit sur le décor. Pour l’instant, pas de décision envisagée avant la reprise des répétitions, début mai.

Ils sont tous à droite à gauche, à faire des cours ou des castings.  C’est ça, le métier de comédien.  Les temps sont durs, c’était déjà comme ça à mon époque….

A bientôt pour reprendre le cours des évènements.

 

Miss Comédie

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 13:10

 

400_F_6308110_k3iEQxKbrAXfHn6e6DZmA5NTOecLVHZ6.jpgVous m’excuserez mais aujourd’hui, l’actualité je m’en tape, surtout qu’avec le nuage et la SNCF on va pas loin.   Moi j’ai décollé sans problème sur la piste du NOMBRIL DU MONDE, un vol sans escale jusqu’à la première représentation de TENTATIVE D’ÉVASION, ma comédie bien française.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 13:07

 

JE LISAIS, L’AUTEUR ÉCOUTAIT

 

Il m’est déjà arrivé de me trouver assise à une table, la brochure devant moi, les autres personnages en face, et le metteur en scène au bout.

Mais j’étais comédienne et je lisais un texte en attendant des instructions.

Je n’avais pas d’avis à donner sur la qualité de mes répliques, je devais

éviter de faire la  chipoteuse qui demande à « dire ça autrement », à étoffer mon rôle ou à couper dans un monologue assomant.

C’était le metteur en scène qui  me disait comment il voyait mon personnage,

et comment je devais l’interpréter.  Bien sûr, j’avais des propositions à faire

pour adapter le rôle à ma personnalité propre.  Soit elles étaient bonnes et

elles étaient adoptées, soit on passait.

L’auteur assistait rarement à ces répétitions, soit parce qu’il était mort, soit

parce que.

Le metteur en scène était maître à bord. C’était tout simple.

 

LES ACTEURS LISENT, JE LES ÉCOUTE.

 

Je les trouve sympas d’avoir demandé à ce que j’assiste aux répèt.  Pour la lecture d’aujourd’hui,  où l’on passait en revue le texte dans son intégralité,  on avait besoin de mon accord pour couper ou modifier certaines répliques, pour sabrer dans les longueurs.

Cela s’est passé tout naturellement, ça tombait sous le sens,  THIERRY suggérait, on coupait, on sabrait, on était tous d’accord.

Mais pour les prochaines répétitions, sur scène, brochure en mains, c’est une

affaire entre les acteurs et le metteur en scène.  J’irai quelquefois, me planquer dans l’obscurité de la salle, écouter et regarder, le coeur battant, ce que deviennent mes mots.

 

COMMENT Ça SE PASSE UNE PREMIERE LECTURE  ?

 

Donc j’avais le trac.  J’avais peur de la confrontation avec ces jeunes fous

du théâtre d’aujourd’hui, moi qui vit en loup solitaire depuis des années.

Peur de ne pas trouver l’attitude qu’il faut, les mots qu’il faut.

Ils sont arrivés face à moi dans l’allée de l’immeuble, et d’emblée j’ai su que le courant passait.

On s’est installés dans la salle  éclairée par quelques projos, devant la scène, chacun sur une petite table avec sa brochure et une tasse de café, on s’est regardés, on a ri un peu, et puis THIERRY a dit « on y va » et a déclenché le chronomètre.

 

CELANDINE JOUE MARYLOU

J’avais vu jouer CÉLANDINE à Paris dans une pièce montée par THIERRY à la GAITÉ MONTPARNASSE.  THIERRY jouait aussi, mais lui je connaissais depuis longtemps sa nature et son talent.   J’ai trouvé CELANDINE parfaite, mutine, drôle, fine.… une jolie brunette, hélas pour moi et pour mon personnage Marylou… et comme par hasard, je la retrouve aujourd’hui  en

ravissante blonde.  Premier signe de connivence !

 

CLEMENT  JOUE  LUC

Quant à CLÉMENT, qui joue le rôle de LUC, je l’avais rencontré au NOMBRIL il y a quelque temps, impression  neutre,  absence d’ions positifs ni négatifs.  L’alchimie s’est déclenchée aujourd’hui sans esbroufe, juste naturellement positive.  D’abord il est beau, très important, grand dégingandé  doté d’une voix magiquement belle et sonore. Que demander de plus ?

 

ET THIERRY EST CHARLES…

Parlons enfin de THIERRY, l’âme du projet.  Une belle âme, à vrai dire, une nature généreuse, ouverte au dialogue,  une facilité à faire rire autant qu’à faire pleurer  dont seuls les grands comiques ont le secret.

Il dirige LE NOMBRIL DU MONDE depuis plus de vingt ans, avec des spectacles qu’il écrit lui-même pour le café-théâtre, et des cours d’art dramatique qui font beaucoup d’adeptes.

Il est le metteur en scène de TENTATIVE D’ÉVASION,  la première pièce de théâtre qu’il va tester sur son public.  Je lui fais entièrement confiance.

 

 ET  LE  DÉCOR ?

Aujourd’hui se posent les questions.   La scène est vide, tout est à construire.  Doit-on jouer dans le réalisme d’un décor traditionnel ?  Ou s’échapper des contraintes pour amener le spectateur à s’étonner, à imaginer autant qu’écouter ?

Tout est ouvert.

Partager cet article

Repost0
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 13:03

 

LE THEÂTRE

NOMBRIL.jpg

 LE NUMBRIL DU MONDE, 1 place Chardonnet dans le 1er

arrondissement de Lyon.

C’est  une jolie petite place sur le haut des pentes de la Croix-Rousse à

première vue bien tranquille, mais il ne faut pas trop s’y fier.

La façade du théâtre est une invitation  à  plonger dans l’absurde et le rêve, comme Alice dans le terrier du Lapin.  C’est tout rouge avec un grand cercle jaune entourant la porte d’entrée, c’est là qu’il faut plonger.

Dedans c’est une petite salle où l’on accède par le bar, on boit un coup avant de prendre place, il y en a une centaine, devant la belle scène en arc de cercle où tout peut arriver.

 

LES ACTEURS

Thierry Buenafuente

Célandine Parent

Clément Cordero

Pour l’instant, c’est tout ce que je sais de mes acteurs :  leur nom !  Bientôt, je pourrai vous en dire plus. Et puis, je reprendrai le fil de mes divagations sur l’actualité, les scoops, les  tubes, les people, et toutes les gourmandises du grand buffet de la culture.

A bientôt,

 

Miss Comédie

 

 

 

Partager cet article

Repost0
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 13:35

 

2486f445-60dc-4a74-b825-fa11bb4f4b0e_4.jpgUne année de plus pour mon guru, bon anniversaire Benjamin !

Une vie nouvelle pour Antoine et Catherine qui aménagent aujourd’hui dans la Drôme !  Bon mistral !

Un nouveau départ pour Miss Comédie qui inaugure aujourd’hui les répétitions de sa pièce TENTATIVE D’ÉVASION.  Bonne route !

 

Partager cet article

Repost0
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 13:28

 

MA  COMEDIE FRANCAISEcom-die-F-copie-1.jpg

Frédéric BEIGBEDER a bien écrit un Roman Français, moi c’est une Comédie Française, bien française puisqu’elle traite d’un sujet aussi excitant que la baguette :  la télévision.

Me voici donc dans un nouveau rôle, celui d’AUTEUR !

Mon métier de comédienne m’a donné de bonnes bases pour apprécier le travail des autres….  Les trois acteurs qui vont lire aujourd’hui pour la première fois mon texte, sont jeunes mais déjà bien rôdés, et  ils ont la pêche.

C’est de bon augure, non ?

 

ROBERTO ALAGNA  PASSE A LA RITOURNELLEalagna.jpg

Triomphe à Berlin dans CARMEN, bientôt triomphe à Vienne avec MANON. Mais entre les deux, triomphe partout avec le SICILIEN et ses airs populaires qui font fureur.  Du coup, Roberto ALAGNA  change de cap.   Il fait comme son modèle PAVAROTTI, il se met à la chansonnette.  Cet été, il chantera Luis MARIANO dans les Festivals !  Sa vocation :  juste utiliser sa voix pour donner du bonheur à tout le monde, c’est une vocation charismatique et non pas élitiste.

Pareil pour STING mais dans l’autre sens  !  Voilà qu’il part en tournée avec le Royal PHILARMONIC ORCHESTRA, pour chanter du BACH, du PURCELL, du SHUBERT !

Et Richard GALLIANO qui nous sort un sublime album intitulé BACH, c’est une reconversion qui semble aller de soi, une attirance naturelle  vers le sacré.

Tous ces nouveaux débuts, il paraît que c’est tendance, ça porte un nom : le cross-over. Voilà.  De l’art de rendre intello des mouvements très basiques, seulement naturels…

 

Partager cet article

Repost0

  • Miss Comédie
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir.

Albert Camus
 «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.»

Jean-Luc Godard :
« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. »

Marguerite Duras :
« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.» Jean-Luc Godard : « Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras : « Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

Si vous aimez mon blog, vous aimerez mes livres:

- Sa lente traversée du mois d'aout

- Les bals de Douvres

- La dictée de Bunuel

- Collisions d'étoiles

Aux éditions le Manuscrit.

Recherche