Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 09:26
Bonjour !  Aujourd'hui c'est l'Epiphanie.  Demain, les soldes.  On n'arrête plus les plaisirs.
Moi, je m'accroche à ma tristesse d'avoir perdu Pinter et j'en remets une petite couche encore aujourd'hui, vous me pardonnerez j'espère, cette entorse à la quotidienneté d'un blog...
Partager cet article
Repost0
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 09:18

Ou CHRIS découvre un personnage qu'il n'aurait même pas osé inventer...

CHRIS
Merci pour qui ?

NAT
Pour Bach.  Je ne suis pour rien dans la magnificence de cette musique.

CHRIS
Il faut encore la jouer.

NAT
Oui... il faut la jouer.

CHRIS
Pour vous, ça semble facile.

NAT
Ca vient de l’intérieur. Parfois, j’ai l’impression que je suis en train de créer la musique de Bach, note après note.

On s’aperçoit que NAT, lorsqu’il ne joue pas du piano, est secoué de tics nerveux

CHRIS
Vous avez la même impression en jouant du jazz ?

NAT
Dans le jazz, on improvise beaucoup.  On ne joue jamais un morceau exactement comme il a étté écrit.
Bach, c’est de l’arithmétique...
(Il fixe CHRIS)
Un et un, deux.

CHRIS
Oui, je vois.

Il y a un silence..

CHRIS, regardant autour de lui
La porte était ouverte... Mais le bar est peut-être fermé ?

NAT

Le barman arrive à six heures.

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 09:10
J'ai envie de relire ce que je disais hier de cette pièce de Pinter qui fut, entre autres, un exemple de théâtre
absolument pas éphémère, je ne sais pas si vous êtes d'accord.


Je me souviens de sa pièce « C’ÉTAIT HIER », jouée au Théâtre Montparnasse en  1971, qui fut un spectacle enchanteur, destructeur, magique.
J’étais jeune à l’époque mais je naviguais déjà dans le théâtre et mon enchantement se mêla d’une sorte d’amertume .  Oui, c’est ce théâtre-là qui me convenait, j’aurais voulu jouer LA COLLECTION, L’AMANT plutôt que FREDDY ou  CINNA.  Mais je n’avais aucune chance !  Mon emploi n’était pas celui de Delphine Seyrig, et mon réseau n’avait pas l’ampleur voulue pour aborder ce genre de théâtre.  Il me restait l’espoir d’y arriver un jour…
Mais enfin, un spectacle pareil ne se reproduit pas tous les mois, ni toutes les saisons, c’est un événement cosmique comme une éclipse de lune ou la chute d’un météore.
Réunir une mise en scène férocement subtile, celle de Jorge LAVELLI, des acteurs fantasmagoriques comme Delphine SEYRIG, Francoise FABIAN et Jean ROCHEFORT, dans un décor au dépouillement fastueux, celui de PACE,  cela relève du défi.
ELLE bougeait, marchait, ondulait,  modulait sa voix de sirène dans un étourdissant numéro de star à la Garbo, il lui balançait ses doucereuses vacheries avec sa voix unique…  Ah, le pouvoir de leur voix.
Ces deux femmes exquises, dans des costumes de grand couturier, ce gentilhomme plus british que british, et ce texte acéré, affûté qui lançait les  répliques comme autant de pointes de couteau.  Un régal.
Irremplaçable.
Et voilà PINTER est mort.  La nuit de Noël. On ne va pas fêter ça.
Partager cet article
Repost0
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 09:01
Fernandel en tournée  (suite

Toulouse, ma ville natale.  Quelle étrange chose que d’y revenir comme une inconnue, après si longtemps.
La mort dans l’âme, j’avais laissé la troupe s’installer au Grand Hôtel de l’Opéra et j’avais pris le chemin de chez ma mère avec un curieux sentiment de trahisonL
 Sans savoir au juste qui je trahissais.  Ma troupe,  mon metteur en scène, Fernandel, ou... ma mère ? Oh bien sûr je trahissais ma mère, avec qui je ne pouvais pas partager ma passion. 
Comment lui dire : plus que toi, ma mère, plus que la rue de mon enfance, l’appartement où j’ai grandi, ma chambre de jeune fille,  ce que j’attends de retrouver ici, c’est le théâtre du Capitole ?  Le théâtre où mon père nous emmenait  ma soeur et moi lorsque nous étions enfants, écouter les opéras de Verdi, les opérettes de Francis Lopez, les comédies de Marcel Achard. Le Capitole, scène mythique ou je n’avais jamais osé rêver que je puisse y jouer un jour.
Cela s’est fait. Mes pieds sur ce plateau, c’était une chose aussi étonnante,  mais en même temps tout aussi normale, que les pieds de Christophe Colomb sur la terre d’Amérique.  La vie est faite de ces choses impossibles et pourtant accomplies.

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 08:53
Mon petit éloge funèbre à Harold Pinter sera encore aujourd'hui une manière de se souvenir de lui.
Je n'ai pas envie de l'effacer tout de suite.  Relisons donc ensemble le raccourci de ce que fut un
grand homme de théâtre, juste une plume dans le vent.


Pas de critique aujourd’hui mais une apologie, celle du théâtre d’Harold Pinter qui vient de nous quitter.
Après avoir fait l’acteur, Pinter s’est mis à l’écriture et le succès est venu d’abord avec LE GARDIEN, qui a fait le tour du monde.
L’ANNIVERSAIRE a été créé à Londres en 1958 puis repris à Paris dans une mise en scène de Claude REGY (grand complice de Pinter) au Théâtre Antoine avec des acteurs indiscutablement « pinteriens » :  Claude PIEPLU, Jean-Pierre MARIELLE, Bernard FRESSON, Michel BOUQUET et Madeleine BARBULEE.
Le public et la critique ont été un peu éberlués par ce théâtre étrange, fait de faux-semblants et d’humour noir.
(Ca vous intéresse, ce que je vous raconte ?)
Selon le texte de présentation de Gallimard dans la collection du Manteau d’Arlequin, « avec l’ANNIVERSAIRE, Harold PINTER a créé  le modèle de ce qu’on a appelé le théâtre de la menace et qui a suscité de nombreux disciples. (…)
On y voit confrontés deux univers antinomiques : d’une part des personnages apparemment banals qui vivent tant bien que mal dans une sorte de cocon grisâtre, et d’autre part  des inconnus apparemment dangereux, qui font irruption dans ce sanctuaire pour s’emparer d’une victime terrorisée
et, étrangement, presque consentante.
Et pourtant, ce qui pourrait n’être qu’un drame macabre baigne dans un humour de tous les instants. »
Tout ça, beaucoup d’entre vous le savent déjà, mais ça fait  du bien de le rappeler comme une sorte d’éloge funèbre à la mémoire d’un gentleman disparu trop tôt.
Partager cet article
Repost0
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 08:41
"Quand on se sent incapable d’écrire, on se sent  exilé de
soi-même."
Harold Pinter

Et oui, on termine encore sur Pinter. Il a mis un point final, moi je mets des points de suspension.
A demain !
Partager cet article
Repost0
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 10:31
Bonjour !  La vie recommence. Le chariot de 2009 s’ébranle. Tous les espoirs déçus de 2008 peuvent reprendre la route.
Pour ROSE AUTOUR DE MINUIT, après le duo de cinéastes rêvant autour de la chanteuse, va  entrer en scène le duo mystérieux que forment ROSE et son pianiste NAT.
Aujourd’hui c’est NAT qui se raconte à CHRIS  et c’est pas triste…
(Vous pouvez retrouver les scènes précédentes sur le calendrier.
Et puis, pendant qu’on se plongeait dans les agapes des Fêtes, Harold PINTER en a profité pour se tailler, sur la pointe des pieds.  A l'anglaise. Ca va faire un grand vide dans le paysage.

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 10:20

YANN et CHRIS, le réalisateur et le scénariste, se sont quittés sur une ébauche de scénario avec ROSE la chanteuse comme héroïne encore mal définie.  Aujurd'hui CHRIS revient seul dans le bar pour y chercher l'inspiration.



Avant que le rideau se lève, on entend les premières notes d’ un morceau de musique classique joué au piano.
Le bar est baigné d’une lumière froide qui provient de la baie vitrée, voilée de rideaux blancs qui ont viré au gris.  Le bar apparaît dans toute sa nudité et sa vétusté.
NAT, le pianiste du groupe,  est en train de jouer l’adagio du concerto en ré mineur de Bach.  Il ferme les yeux. Il est seul, jusqu’à ce que la porte du bar s’entr’ouvre et que le scénariste apparaisse.
Au bruit, NAT a ouvert les yeux mais ne s’arrête pas de jouer.  Le scénariste entre d’un pas hésitant et s’assied silencieusement dans un fauteuil .
Il attend la fin du morceau pour parler.

Lorsqu’il s’arrête de jouer, NAT reste immobile, les mains sur les genoux.

CHRIS
C’est magnifique.

NAT
Merci pour lui.

(demain, le dialoue aigre-doux du pianiste et du scénariste.)

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 10:15
Goodbye, mister Pinter...

Je me souviens de sa pièce « C’ÉTAIT HIER », jouée au Théâtre Montparnasse en  1971, qui fut un spectacle enchanteur, destructeur, magique.
J’étais jeune à l’époque mais je naviguais déjà dans le théâtre et mon enchantement se mêla d’une sorte d’amertume .  Oui, c’est ce théâtre-là qui me convenait, j’aurais voulu jouer LA COLLECTION, L’AMANT plutôt que FREDDY ou  CINNA.  Mais je n’avais aucune chance !  Mon emploi n’était pas celui de Delphine Seyrig, et mon réseau n’avait pas l’ampleur voulue pour aborder ce genre de théâtre.  Il me restait l’espoir d’y arriver un jour…
Mais enfin, un spectacle pareil ne se reproduit pas tous les mois, ni toutes les saisons, c’est un événement cosmique comme une éclipse de lune ou la chute d’un météore.
Réunir une mise en scène férocement subtile, celle de Jorge LAVELLI, des acteurs fantasmagoriques comme Delphine SEYRIG, Francoise FABIAN et Jean ROCHEFORT, dans un décor au dépouillement fastueux, celui de PACE,  cela relève du défi.
ELLE bougeait, marchait, ondulait,  modulait sa voix de sirène dans un étourdissant numéro de star à la Garbo, il lui balançait ses doucereuses vacheries avec sa voix unique…  Ah, le pouvoir de leur voix.
Ces deux femmes exquises, dans des costumes de grand couturier, ce gentilhomme plus british que british, et ce texte acéré, affûté qui lançait les  répliques comme autant de pointes de couteau.  Un régal.
Irremplaçable.
Et voilà PINTER est mort.  La nuit de Noël. On ne va pas fêter ça.

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 10:12
Fernandel en tournée (suite)

Le théâtre est un enchaînement de secousses imprrévisibles.
 Dans certaines salles plane un esprit de révolte, un souffle de refus.
Pour Fernandel et moi dans la scène du baiser le miracle s’est reproduit chaque soir. Ils hurlaient de joie, ils applaudissaient.  Simplement le baiser devait durer plus ou moins longtemps.  Certains publics sont  plus gourmands que d’autres.

Les villes défilent dans mon souvenir. Bruxelles, Namur, Liège, Amiens. Les jours de relâche, nous retournions à Paris.
A Caen, la Maison de la Culture, pleine à craquer, était un gouffre à courants d’air. J’avais  eu un voile dans la gorge à la scène du tribunal. Mais le baiser avait très bien marché.
Guy et moi étions ressortis après souper, nous n’avions pas sommeil.  Nous avions marché une heure dans un Caen ruisselant de pluie, affrontant les bourrasques du vent venu de la mer.

Partager cet article
Repost0

  • Miss Comédie
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir.

Albert Camus
 «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.»

Jean-Luc Godard :
« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. »

Marguerite Duras :
« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.» Jean-Luc Godard : « Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras : « Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

Si vous aimez mon blog, vous aimerez mes livres:

- Sa lente traversée du mois d'aout

- Les bals de Douvres

- La dictée de Bunuel

- Collisions d'étoiles

Aux éditions le Manuscrit.

Recherche