Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus :« Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux diners en ville car c’est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité, jouez la comédie. » Jean-Luc Godard :« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras :« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

LE TRÉSOR DE L'HÔTEL DE CRISSIEU

EXT. JOUR

 

Vu de la rue, un édifice en travaux. C’est un hôtel particulier majestueux  en cours de restauration.  Le chantier fermé au public laisse entrevoir une cour pavée occupée par des engins, des tas de sable.

Au milieu de la façade XVIIIème s’ouvre le perron à double volée de marches en pierre. 

Une grosse BMW noire stoppe devant le chantier et se gare dans une encoignure.  En sort un homme en pardessus gris qui pénètre dans la cour par la porte réservée aux entreprises du bâtiment.  Son assurance et son comportement indiquent qu’il est le propriétaire de l’hôtel.

 

EXT. JOUR

la cour de l’hôtel de Crissieu

 

L’homme traverse la cour tout en inspectant les alentours. Il redresse une brouette renversée, donne un coup de pied dans une canette vide, lève la tête vers les derniers étages avant de gravir les marches du perron et d’ouvrir la porte principale et de pénétrer dans l’hôtel.

 

INT. JOUR

 

Rez de chaussée de l’hôtel de Crissieu

A l’intérieur règne une demi-obscurité.  Les pas de l’homme résonnent sur le parquet du hall, vaste espace vide sur lequel débouchent les galeries latérales, à droite et à gauche, et l’escalier monumental, en face.

L’homme s’arrête au milieu du hall et écoute : un bruit de musique venant des étages supérieurs le surprend.  Il va vers l’escalier et la caméra le suit tandis qu’il arrive au palier du premier étage et qu’il entre dans la première pièce.

 

INT. JOUR

 

Premier étage hôtel de Crissieu

La pièce est vide,  envahie d’une musique rock endiablée.  L’homme fait le tour de la pièce sans pouvoir discerner l’origine de la musique, passe dans la pièce voisine où résonne les mêmes rythmes  et s’aperçoit que chaque pièce de l’étage  est sonorisée de la même façon.

 A un moment la musique se tait, pour repartir aussi forte mais cette fois c’est une symphonie classique qu’il entend,  comme si quelqu’un manipulait un poste radio.

 

Le propriétaire  parcourt tout l’étage à la recherche de l’origine du bruit. Pas une âme ne se manifeste durant son inspection, le bâtiment semble absolument désert.

Au bout du couloir, un autre escalier s’envole vers le deuxième étage.

Le propriétaire  emprunte cet escalier jusqu’au  deuxième palier.

 

INT. JOUR

 

Deuxième étage hôtel de Crissieu

Le couloir est plongé dans l’obscurité mais une lueur provenant de l’une des pièces attire l’attention du propriétaire.  Il  marche dans sa direction. 

            A ce moment-là, la musique s’arrête brusquement.

Sur le pas de la porte, il s’arrête, interdit.

 

INT. JOUR

L’appentis.

 

La pièce est exigüe, c’est un appentis où sont entassés des outils, des vêtements de travail, une petite table avec un réchaud à gaz butane, deux chaises, une échelle…

Assis sur un coffre à outils, un homme en bleu de travail est en train de manger son casse-croûte.   Son visage est ridé, mal rasé, une casquette vissée sur le crâne.  A l’apparition du propriétaire il ne semble pas étonné et continue à manger sans dire un mot.

 

                                               LE PROPRIÉTAIRE

                                               Bonjour !

                                               L’HOMME ASSIS, continuant à manger

                                               Bonjour. 

                                               LE PROPRIÉTAIRE

                                               D’Où vient cette   musique ?

                                               L’HOMME

                                               Chais pas.

                                               LE PROPRIÉTAIRE

                                                Il y a quelqu’un d’autre ici  ?

                                               L’HOMME

                                               Non, personne ne travaille le week-end.

                                               LE PROPRIÉTAIRE

                                               Alors d’où vient la musique  ?

                                               L’HOMME, hausse les épaules

                                               Elle vient toute seule, comme ça, des murs.

                                               Depuis que j’habite là, je l’entends.

                                               LE PROPRIÉTAIRE

                                               Vous habitez là ?

                                               L’HOMME

                                               Oui, c’est chez moi ici.  Je surveille les travaux.

                                               LE PROPRIÉTAIRE, désarçonné

                                               Ah.

                                               (un temps)

                                               Vous savez que la maison a été vendue…

                                               L’HOMME, ricane

                                               Ouais, ils disent ça.  Mais moi je veux bien voir le

                                               type qui a acheté ça !

                                               LE PROPRIÉTAIRE

                                               Ben, c’est moi.

 

L’homme considère le propriétaire, la fourchette en l’air, la tête levée

pour l’examiner attentivement.

                                               L’HOMME

                                               Donc,  vous allez me virer.

                                               LE PROPRIETAIRE

                                               Je suis désolé, mais…

L’homme se lève péniblement, pose son assiette sur la table, époussette sa salopette, et se plante devant le propriétaire, qui le dépasse de deux têtes.

                                               L’HOMME

                                               Je partirai.  Mais je ne vous dirai pas où est le trésor.

                                               Moi seul, sait où se trouve le trésor. 

                                               LE PROPRIETAIRE

                                               D’accord. Je crois en effet, qu’il vous faut partir.


Il tourne  les talons et repasse dans le couloir.  L’homme attrape son blouson, sa sacoche et lui emboîte le pas, descendant l’escalier derrière lui.

 

INT. JOUR

Le hall de l’hôtel de Croissieu

 

Les deux hommes se retrouvent dans le hall et soudain, la musique reprend, aussi forte, dans les pièces du premier étage.

Le propriétaire semble affolé.

 

                                               LE PROPRIÉTAIRE

                                               Mais enfin, il y a quelqu’un ici !  

                                               L’HOMME, l’air goguenard

                                               Si vous trouvez le trésor, vous aurez peut-être

                                               la clé de l'énigme...

  Il se dirige vers la porte et sort en faisant un grand signe de la main :

 

                                               L’HOMME

                                               Ciao ciao !  Bonne chance à l’hôtel de Crissieu !

 

Le propriétaire reste pétrifié alors que la musique s’arrête brusquement.

Son portable sonne.

 

                                               LE PROPRIÉTAIRE

                                               Allo, oui, je viens de faire un tour.  Non, personne,

                                                               à part un vieux cinglé qui traînait…

                                                               Oui, c’est déblayé à l’intérieur, mais les

                                               travaux n’ont pas commencé… comment ?

                                               Ils ont installé l’acoustique avant d’entamer la

                                               peinture… oui, c’est normal…  qu’est-ce qu’il y a ?

                                                               La télécommande générale  ?  Comment ça disparue…

                                               Attendez… je commence à comprendre…

                                               Je crois savoir où elle est.   Rendez-vous  lundi à

                                               la réunion de chantier OK ?

 

Il remet le téléphone dans sa poche et sort de l’hôtel.

On le voit traverser la cour et marcher jusqu’à sa voiture.  

GP sur son visage illuminé d’un large sourire. Il monte dans la voiture et démarre.

Le plan suivant, on voit de dos l’homme du chantier qui marche en claudiquant, son sac sur l’épaule, sans se presser.

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article