Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 20:33

 

 

 

 

 

 

images.jpgBARTABAS !   Des années, que je voyais passer ses spectacles sans  pouvoir y assister – trop tard, trop loin, complet…  Les critiques déliraient, les foules se pressaient,  chaque spectacle montait en intensité, en créativité.

 Et ces titres  qui en  disaient long   :   Cabaret Equestre, Opéra Equestre, Chimère, Eclipse, Triptyk…..

Et cette année,  Calacas arrive à Lyon.

 

Ma déception est à la mesure de mes espérances. 

Le chapiteau  immense et noir promet déjà une messe noire, un rituel  équestre  que vont partager les spectateurs encore ignorants, encore  paisibles, encore au grand jour.

Distillés tout autour de l’enceinte circulaire, par dix escaliers périlleux  ils plongent dans l’inconnu,   ils descendent dans une obscurité totale vers leurs places indistinctes, tâtonnant, aveugles, distinguant à peine la piste  - l’autel –nimbée de rouge et déjà la magie opère, une magie noire qui désoriente et fait craindre le pire.

C’est le noir avant la lumière ?  le mystère avant la révélation ? on veut nous préparer au rite par le recueillement…. ?

Bernique !   Nous ne verrons jamais la lumière.

Nous sommes descendus aux Enfers à la rencontre de la Mort.

J’attendais des chevaux exercés au théâtre, bêtes domptées et rebelles à la fois, tout ce que Bartabas  avait cherché à  démontrer dans ses spectacles précédents : son amour irraisonné pour le cheval et ce que cet amour pouvait engendrer de prouesses et de poésie animales.

J’ai vu quelques chevaux manifiques à la crinière somptueuse, lancés dans un galop contenu comme au manège,  un galop d’une légèreté  telle qu’on les croyait courir au-dessus du sol.  Galop de cirque.

Qu’ont-ils fait  d’autre que galoper, ces superbes étalons d’or ou de feu ?

Rien.

Les squelettes ont envahi le chapiteau, suspendus à des fils ou courant à la poursuite de leurs montures, escaladant les croupes, se dressant debout dans des postures  guerrières, s’envolant dans leurs costumes allégoriques  et leurs voiles aériens pour une danse macabre d’une beauté   incontestable, mais…  Quand verrons-nous Bartabas murmurer à l’oreille de ses chevaux ?

Quand verrons-nous les chevaux artistes, les chevaux musiciens, les chevaux danseurs ?

Dans cette pénombre peuplée de fantômes, la musique  frappait fort. Tambours assourdissants, grosse caisse, cris et chants  rituels inspirés  de la fête des Morts au Mexique,  hurlements hispaniques rythmés par des instruments inconnus.

Quelques pauses dans ce vacarme, pour accompagner des numéros plus calmes, comme le seul qui  mit en scène un cheval en équilibre sur un cube, les quatre pattes réunies, le corps oscillant, obéissant aux mots secrets chuchotés par l’écuyer. Là, les flûtes  jouaient  mezzo voce, respectant le tour de force animal.

 

 

 

La nuit a régné tout au long du spectacle.    Il fallait s’y faire. Mais les rares jeux de lumière étaient fabuleux.    Il y avait tout autour et tout en haut des gradins  une coursive circulaire  qui offrait le plus éblouissant des spectacles. On voyait y galoper à tour de rôle un cheval blanc archangélique, un autre luciférien tout de noir luisant, et une ronde infernale de charrettes  aux ornements étincelants tirés par des chevaux que l’on aurait dit ailés, tout cela baignant dans une lumière qui  passait du bleu au rose, à l’or et à l’argent.

Un ravissement. 

 

Mise en scène époustouflante, costumes, masques, harnachements superbement réalisés, musique atrocement dérangeante, voilà pour moi les ingrédients de CALACAS sur un thème provocateur et totalement intellectuel.

 Il n’y a pas de place pour les chevaux dans CALACAS.    Bartabas leur a enlevé leur bannière d'acteurs pour les réduire à l'état de montures. Quel dommage.

Partager cet article

Repost 0
Published by Miss Comédie - dans Archives
commenter cet article

commentaires

  • Miss Comédie
  • Miss Comédie c’est moi, Barbara Laurent-Ogier. 
Mes initiales m’ont récemment fait bifurquer.  De comédienne- auteur dramatique,  je suis devenue  blogueuse, ça élargit considérablement la cible.
  • Miss Comédie c’est moi, Barbara Laurent-Ogier. Mes initiales m’ont récemment fait bifurquer. De comédienne- auteur dramatique, je suis devenue blogueuse, ça élargit considérablement la cible.

Si vous aimez mon blog, vous aimerez mes livres:

- Sa lente traversée du mois d'aout

- Les bals de Douvres

- La dictée de Bunuel

- Collisions d'étoiles

Aux éditions le Manuscrit.

Recherche