Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 14:02

CAMUS.jpg

 

Il y a 50 ans, la plus belle décennie du siècle venait à peine de commencer, quand cet homme juste entre les justes est mort dans une Facel Vega.

On s’agite beaucoup aujourd’hui autour de cet anniversaire.  On n’a jamais autant de reconnaissance que lorsqu’on est mort.

Dieu sait combien cet homme a subi de critiques et de malveillances, tout un fatras d’injustices qu’il traînait après lui comme un lourd fardeau, qui empoisonnait sa vie, lui qui était  gai, frivole et blaqueur quand on lui foutait la paix.

Sa fille Catherine, qu’on avait laissée tranquille jusque-là, a dû sortir de sa réserve pour venir aux micros parler de son père.  Elle dit : « qui suis-je pour parler à sa place ? »

Il y a sept ans, elle m’avait gentiment autorisée à monter une pièce de théâtre que j’avais écrite et qui utilisait de larges extraits de LA CHUTE. 

Malheureusement malgré tous mes efforts, la pièce n’a jamais trouvé preneur, aussi bien auprès des directeurs de théâtre que des metteurs en scène.  Qui sait, elle aurait peut-être plus de succès aujourd’hui ?  Les modes, les humeurs changent…  Mais je n’ai pas le courage de reprendre la route avec mon sac sur le dos et de frapper aux portes.  Les auteurs inconnus n’ont aucun crédit auprès des responsables des lieux de fréquentation.

Catherine Camus, elle, ne voyait rien de mal au fait que je sois inconnue.

Elle publie un livre de photos « Camus, solitaire et solidaire », encore des photos de lui, était si beau.

Un autre livre encore : « Camus, l’homme intranquille ».  Un peu balourd, le qualificatif.  On pourrait trouver mieux.

On n’en finit pas de parler de lui.  Tout, absolument tout, a été dit.   On a frôlé la question traditionnelle  : « Qui l’a tué ? »   Comme tous les mythes, il faut qu’il y ait un mystère autour  de sa mort, jamais élucidé comme il se doit.  Laissez tomber, s’il vous plait.

Partager cet article

Repost0

commentaires

  • Miss Comédie
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir.

Albert Camus
 «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.»

Jean-Luc Godard :
« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. »

Marguerite Duras :
« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.» Jean-Luc Godard : « Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras : « Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

Si vous aimez mon blog, vous aimerez mes livres:

- Sa lente traversée du mois d'aout

- Les bals de Douvres

- La dictée de Bunuel

- Collisions d'étoiles

Aux éditions le Manuscrit.

Recherche