Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus :« Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux diners en ville car c’est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité, jouez la comédie. » Jean-Luc Godard :« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras :« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

LES AMOUREUX DE LA SALLE D'ATTENTE _ scène 50

La salle d’attente. Les éléments du décor ainsi que les costumes montrent que la scène va reprendre au moment  où Sonia l’avait quittée pour entrer dans le cabinet du médecin.
La porte du cabinet s’ouvre et Sonia paraît, l’air hagard, son manteau sur le bras. La dame et le petit homme se lèvent ensemble.
Au même moment, la porte s’ouvre.

VOIX DE L’ASSISTANTE
Monsieur Hyde !
Le petit homme sort précipitamment.   
LA DAME
Vous avez l’air bouleversée !
ELLE, se laissant tomber sur une chaise
Je viens de comprendre beaucoup de choses.
LA DAME
Ah bon ?  Vous avez trouvé la cause de votre allergie ?
ELLE
Oui.
LA DAME
Et  c’est quoi ?
ELLE  (elle parle sur un ton monocorde)
Maxime Sévère.
LA DAME  (pouffant)
Allons donc.
ELLE
Il n’y a pas de quoi rire.  Ce bon docteur vient de briser notre couple.
LA DAME
Mais non !  Ce n’est pas possible... Qu’est-ce qu’il lui reproche, à monsieur Maxime ?
ELLE, toujours sur un ton monocorde
Ses défenses ne m’acceptent pas.
LA DAME
Ses défenses ?
ELLE  (explosant)
Oui !   Ces milliards de petits corpuscules qui régentent nos petits bobos !.... Qui prennent des décisions à notre place ! 


(A SUIVRE)

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article