Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus :« Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux diners en ville car c’est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité, jouez la comédie. » Jean-Luc Godard :« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras :« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

MON FESTIVAL DE CANNES....

....C’EST AUJOURD’HUI :

FISH TANK, d’Andréa Arnold
NUIT D’IVRESSE  PRINTANIERE de Lou Ye.

Je ne sais rien de rien de ces deux réalisateurs, mais nous lirons la presse. (Les films chinois sont souvent sulfureux. Qui sait ce qui se cache derrière ce titre romantique…)
En tout cas, il faut qu’ils soient remarquables  pour avoir été choisis  parmi  les quelque 1600 copies envoyées pour lecture.  Dans les années soixante ils en recevaient 700.
C’est comme pour l’édition :  le nombre de prétendants à la couronne augmente chaque année.  Le métier de directeur du Festival devient de plus en plus difficile.  Gilles Jacob, Thierry Frémont et leurs acolytes se tapent aujourd’hui le visionnage de six à sept longs métrages par jour.  Autant pour ceux qui visionnent les courts… C’est dire si les lauréats doivent avoir du coffre pour chanter plus haut que toute la basse-cour.

Côté affiches, on a l’impression qu’il s’agit d’une rétrospective ! Tarentino, Almodovar, Lars von Tries… Alain Resnais, Gaspard Noe,  Michaël Hanneke,  Jacques Audiard ….
Il semble que les goûts de Gilles Jacob, toujours prêt à innover, aient eu le dessous dans cette sélection qui favorise les talents confirmés. 


Hier soir, c’est Charles AZNAVOUR qui a monté le premier les marches du Palais des Festival.  Il prêtait sa voix au héros du film d’animation « UP » qui faisait l’ouverture.

 ….  C’ETAIT  HIER :


Alain DELON, Romy SCHNEIDER et Sofia LOREN saisis par l’objectif d’Auguste TRAVERSO en 1962.
C’est lui, Auguste, qui créa en 1919 le petit studio de la rue de Bône, à deux pas de la rue Paradis à Cannes.  Il travaillait alors sur les « clichés » et ses photos nous révèlent, tout comme celles de LARTIGUE, l’épanouissement de la Côte d’Azur dans les années 20 et 30 .  Mais TRAVERSO, lui, s’est spécialisé dans l’aventure du FESTIVAL.
Demain, la suite de la saga TRAVERSO…



Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article