Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus :« Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux diners en ville car c’est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité, jouez la comédie. » Jean-Luc Godard :« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras :« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

MOI JE DIS BRAVO....


…. à Philippe TESSON pour sa critique de l’HABILLEUR, dont je vous parlais hier.
Il dit : « Avec Laurent Terzieff on est toujours dans l’ineffable ».
Ce n’est pas souvent qu’un critique utilise ce genre de superlatif. Et ils ne sont pas nombreux ceux qui le méritent.
« C’est au coeur du sortilège théâtral que nous fait pénétrer la pièce de Ronald Harwood », écrit-il.
Je le cite encore : « On n’est pas près d’oublier certaines scènes de ce spectacle, celle notamment où Terzieff, après s’être grimé sous nos yeux, revêt les somptueux habits d’hermine du Roi Lear, sous les yeux attendris de l’habilleur.  (…) Celles de ses agonies, feintes ou réelles.  Quelle allure !   Quelle beauté !   Quel théâtre ! »
Voilà une critique comme on aimerait en lire plus souvent, vibrante, spontanée.  On sent bien que ça n’est pas du pipeau.
Mais aussi : quel spectacle cela doit être !
(La photo date de 1964 et elle est signée Thérèse Le Prat.)
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article