Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

SOUVENIRS MILLESIMES


Et puisqu’il est question de Laurent TERZIEFF, c’est un bonheur pour moi de lui offrir en forme d’hommage  le souvenir de cette soirée où je l’ai vu aux côtés de sa compagne disparue Pascale de BOYSSON, dans ces deux courtes pièces  de Murray SCHISGAL : LE TIGRE et LES DACTYLOS.
C’était en  1964 au petit Théâtre de Lutèce  et  la mise en scène était de Laurent TERZIEFF et Maurice GARREL.
Une franche rigolade.  TERZIEFF était d’un comique halluciant, tout en contorsions et en mimiques, la mèche en bataille, l’œil égrillard.
Quand on voit le personnage aujourd’hui on a peine à le croire.
La vie l’a  courbé, buriné, blanchi, son visage christique a pris les stigmates de toutes les douleurs, celles de ses personnages et les siennes propres.
Et sa voix…  Sa voix a pris la profondeur des abimes cosmiques.
Il est devenu Laurent-le-Magnifique.


Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article