Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 09:41

LE BAR. 
 YANN,  CHRIS, le BARMAN, les musiciens

Une question d’ego.




YANN, abasourdi
Tu me laisses...

CHRIS
Je suis ton ami, YANN.  Je reste ton ami.

YANN
Il n’y a donc pas moyen de travailler en bonne intelligence ?

CHRIS
Je suis trop susceptible, voilà l’histoire.

YANN
Je crois que ton ego, comme tu l’appelles, est encore plus démesuré que le mien.

CHRIS
C’est bien possible.  Entre ton ego et le mien, ça ne peut pas coller.

YANN
Et bien... Il n’y a rien à ajouter.  Merci pour le scénario... (il le prend et le feuillette)  C’est un vrai cadeau que tu me fais. 
CHRIS
Fais comme si tu l’avais écrit toi-même.  D’ailleurs, c’est presque le cas.

YANN, toujours feuilletant
J'allais proposer le rôle à ROSE.

CHRIS
J'espère que tu ne vas pas changer d'avis.  Cest la meilleure solution.  Au fond, ROSE c'est elle, n'est-ce pas ?
(Il  se lève et se préparant à sortir il ajoute :)
Il y a  aussi quelque chose qui me gêne dans cette histoire... C’est un peu comme si l’on jouait les deus ex machina, tu sais... Ces deux êtres que l’on force à  sortir du temps...  Tu ne crois pas que leur bonheur est ici, dans ce bar, quand la nuit tombe ? 

(il se dirige lentement vers la sortie, puis se retourne encore pour une dernière réflexion, comme s’il venait de découvrir à l’instant ce détail :)  Le pianiste...  la nuit il joue du jazz, et le jour  il joue du classique.  C’est un signe, ça.
 
YANN, allant vers lui  et lui serrant la main`
Un signe de quoi ?

CHRIS
Il faut choisir.  C’est la nuit ou le jour.  Mais pas les deux à la fois.  Allez, salut.
Il s'arrête un moment sur le seuil, hausse les épaules et sort.
YANN retourne s’asseoir dans son fauteuil, l’air sombre.

Le noir se fait sur lui tandis que les silhouettes des musiciens sortant des loges se profilent jusqu’à la porte de sortie après un bref arrêt au bar pour saluer le barman.

(A suivre)

Partager cet article

Repost0

commentaires

  • Miss Comédie
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir.

Albert Camus
 «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.»

Jean-Luc Godard :
« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. »

Marguerite Duras :
« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.» Jean-Luc Godard : « Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras : « Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

Si vous aimez mon blog, vous aimerez mes livres:

- Sa lente traversée du mois d'aout

- Les bals de Douvres

- La dictée de Bunuel

- Collisions d'étoiles

Aux éditions le Manuscrit.

Recherche