Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 février 2009 4 19 /02 /février /2009 09:06
Moi qui étais faite pour la comédie, j’ai quand même joué CINNA au Théâtre de la Commune d’Aubervilliers, mis en scène par Pierre Vielhescase.
Bon, c’était encore le rôle d’une confidente, les confidentes sont dans les tragédies ce que les soubrettes sont dans les comédies.
Je m’appelais Fulvie et j’essayais de faire entendre raison à cette exaltée d’ Emilie qui voulait à tout prix que CINNA tue AUGUSTE.
J’avais un texte d’une gravité  profonde, presque abyssale, et je me demande encore
par quel miracle le public n’a pas explosé de rire à chacune de mes interventions. 
Par exemple, je devais dire à Emilie, avec une mine de circonstance :
« …. Mais encore une fois, souffrez que je vous die
« Qu’une si juste ardeur devrait être attiédie ;
« Auguste chaque jour, à force de bienfaits,
« Semble assez réparer les maux qu’il vous a faits ;
« Sa faveur envers vous paraît si déclarée
« Que vous êtes chez lui la plus considérée
« Et que des courtisans parfois les plus heureux
« Vous pressent à genoux de lui parler pour eux."
C’est un rôle pour une confidente sexagénaire! !Heureusement le rôle de Fulvie se borne à une scène parlée, le reste du temps elle se contente de suivre Emilie sans mot dire.
Si j’avais eu une scène avec Cinna ou Maxime, qui étaient joués respectivement par Gérard Ortega et Alexandre Arcady, deux parfaits déconneurs, ça aurait tourné au fou rire chaque soir.
C’est drôle, je ne me souviens pas des autres :
qui jouait Emilie ? Mystère. Auguste ? Mystère.
Si : Jacqueline Jefford jouait l’impératrice Livie.
Avec elle comme avec le duo Ortega-Arcady, j’ai passé des moments  fugaces mais assez loufoques, hors théâtre.

Partager cet article

Repost0

commentaires

  • Miss Comédie
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir.

Albert Camus
 «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.»

Jean-Luc Godard :
« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. »

Marguerite Duras :
« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.» Jean-Luc Godard : « Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras : « Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

Si vous aimez mon blog, vous aimerez mes livres:

- Sa lente traversée du mois d'aout

- Les bals de Douvres

- La dictée de Bunuel

- Collisions d'étoiles

Aux éditions le Manuscrit.

Recherche