Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 08:59


Scène VIII  de la version originale.
Résumé des épisodes précédents :
Dans  ce bar tranquille où ils ont choisi de se retrouver une fois
    par semaine pour travailler à leur prochain scénario, YANN et
    CHRIS découvrent que l’intrigue de leur film est peut-être là,
    sur l’estrade des musiciens.
    Tout en essayant de percer le secret de la chanteuse et du
pianiste, ils s’éloignent peu à peu l’un de l’autre, entraînés
 chacun par leurs propres rêves.



Le bar de jour.
Le scénariste est seul à une table, il écrit.  Des feuillets s’amoncellent autour de lui.  De temps en temps, il tire une bouffée de  cigarette. 
Le barman lit le journal derrière le bar.
Entre NAT. Il est vêtu de son costume noir sur une chemise blanche au col ouvert. Il s’arrête un moment au bar, serre la main du barman, ils échangent quelques mots à voix basse.  Ils regardent le scénariste plongé dans ses écritures.  NAT s’avance vers lui.

NAT
Vous avez l’habitude de travailler dans les bars ?

CHRIS, continuant à travailler, pour montrer qu’il n’est pas disposé à parler
J’aime bien celui-ci.

NAT
Vous voulez que je vous joue du Bach ?

CHRIS, même jeu
Non, merci, ça va.

NAT
Bien, je vais me jouer du Bach.

Il se dirige vers le piano, soulève le couvercle  et commence à faire des gammes. Le scénariste s’arrête d’écrire, l’air contrarié.  Dans le dialogue qui suit, les répliques seront dites entre deux phrases musicales, des improvisations du pianiste.

NAT, léger tic
Vous écrivez ce que je vous ai dit ?

CHRIS
Non.

NAT
Ma femme m’a dit que votre ami l’avait branchée.

CHRIS
Il ne l’a pas branchée.

NAT
Ah bon ?  Elle m’aurait menti...  Oh... elle en est capable...

(À suivre)

Partager cet article

Repost0

commentaires

  • Miss Comédie
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir.

Albert Camus
 «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.»

Jean-Luc Godard :
« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. »

Marguerite Duras :
« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.» Jean-Luc Godard : « Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras : « Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

Si vous aimez mon blog, vous aimerez mes livres:

- Sa lente traversée du mois d'aout

- Les bals de Douvres

- La dictée de Bunuel

- Collisions d'étoiles

Aux éditions le Manuscrit.

Recherche