Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

SOUVENIRS MILLESIMES

LES GUICHETS DU LOUVRE  (suite)

Ma scène se passait dans le métro à la station St François d’Assise.  Je jouais une juive sortant de la rame et voyant une des sorties du quai bloquée par une patrouille de la Gestapo occupée à des contrôles d’identité. 
Affolée, je devais me mettre  à courir comme une dératée vers l’autre sortie où, hélas, m’attendaient un autre groupe de la police allemande.
Mitrani m’avait dit « Ils vont t’arrêter. Il faut que tu sauves ta peau. Tu te mets à courir le plus vite que tu peux, courir, courir ! Tu vois ? »  Il était menaçant.
Bien sûr, je voyais. Je tremblais de peur. Au signal je me suis mise à courir, courir, vite, très vite, le plus vite que je pouvais.
« Coupez ! »   Mitrani était sur moi.  « Mais tu n’as pas compris ?  Ils vont t’arrêter ! C’est comme ça que tu cours, quand tu risques ta vie ? »
J’ai recommencé. Plusieurs fois.  De plus en plus vite. Mais ce n’était jamais assez vite. Hors d’haleine, j’essuyais la colère de Mitrani, le doux, l’affable.  Il avait pris le masque d’Ivan le Terrible et me hurlait dessus.
Terrorisée, j’ai mis le turbo et à la septième prise c’était bon pour lui.  Je m’écroulai sur les dalles et la Gestapo vint me secourir pendant qu’on changeait de décor.
J’ai vu les rushes et c’est vrai, je donnais bien l’impression de vouloir sauver ma peau.
Ils ont toujours raison d’être durs, les réalisateurs.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article