Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus :« Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux diners en ville car c’est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité, jouez la comédie. » Jean-Luc Godard :« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras :« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

SOUVENIRS MILLESIMES

LES TROIS SPOTS DE JACQUES TATI

Troisième spot : LA PISCINE   (suite)

Tati rétabli mais très faible donna le signal pour la première victime, qui heureusement pour elle, n’avait droit qu’à une seule prise.
Le plongeoir cassa, elle tomba à l’eau en hurlant et coula à pic. On mit un temps fou à la repêcher.
Après ça il fallait aller vite, on avait perdu assez de temps.
Avec mes rudiments, je montai sur le troisième plongeoir, mes jambes tremblaient.
Je les voyais en bas, figés comme au cirque devant le trapéziste qui tente le saut de la mort.
J’ai fait six sauts, six plats. Chaque fois, le maître-nageur venait me repêcher et me remettre sur la terre ferme. Je repartais, résignée à mourir.
   
Au septième saut, j’implorai le ciel en joignant les mains au bout de mes bras tendus et j’entendis la voix du maître-nageur qui criait quelquechose.  Je voyais Christine Caron, j’étais Christine Carlon.  Je devins Christine Caron l’espace d’un saut dans le vide, et je fis le plongeon de ma vie. Non, sérieux, je me suis vue à l’image, impossible d’avoir fait ça sans une intervention divine.
J’eus droit à une ovation de l’équipe comme au cirque.
Mais ils avaient trois  épaves sur les bras.
Tati, la grosse et moi ne tenions plus sur nos jambes, il fallut nous évacuer d’urgence.
Le plus beau dans ce genre de tournage, c’est que lorsque vous voyez le film, vous avez une impression de détente, cool la fille qui fait craquer le plongeoir, qu’est-ce qu’ils ont dû rigoler ! Et l’autre, chapeau, c’est une nageuse professionnelle ?
Non, c’est Gervais Taille Fine, pardi.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article