Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 09:12
LES TROIS SPOTS DE JACQUES TATI (suite)

Deuxième spot Gervais Taille Fine :  les vélos.



Rendez-vous à 8h du matin dans un bled perdu en banlieue parisienne.  La production arrive avec le camion contenant les vélos et nous voilà partis à la recherche d’un certain chemin repéré par Tati, idéal pour son plan.
 L’assistant, Nicolas Ribowski, le retrouve illico et on déballe le matériel.
Il avait plu, le décor était sinistre, arbres rabougris,  flaques d’eau, ciel bas et gris.
Après les études préliminaires de la lumière, de l’angle de prise de vue, des costumes, des vélos, s’ensuit un conciliabule interminable avec l’équipe pendant lequel la grosse et moi nous nous caillions les miches au bord du chemin.  Nous comprenons que la grosse n’a droit qu’à une seule prise, son vélo étant fabriqué spécialement pour s’écrouler sous elle au premier tour de pédale.  C’est ce que lui explique Nicolas avec précaution, Tati étant visiblement très tendu. 
Effrayée mais docile, la voilà qui enfourche le vélo et… le spectacle fut atroce, la pauvre fille étalée au milieu de la flaque, son vélo autour d’elle. Un sadique, Tati.
Satisfait de la prise, il presse le mouvement « on enchaîne ! ».
On me tend mon vélo, je monte dessus en rongeant mon frein si je puis dire, écoeurée de ce que j’avais vu.
Je suis partie au galop, on a dû me crier de m’arrêter au porte-voix.  Tati était furieux, il fallut faire une deuxième prise plus calme mais toujours légère et gracieuse, même au milieu de la flaque qui devait m’éclabousser, c’était dans le script.
On remballe, même pas au revoir, le deuxième spot Gervais Taille Fine était dans la boîte.  Le troisième allait faire mal.




Partager cet article

Repost0

commentaires

  • Miss Comédie
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir.

Albert Camus
 «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.»

Jean-Luc Godard :
« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. »

Marguerite Duras :
« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.» Jean-Luc Godard : « Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras : « Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

Si vous aimez mon blog, vous aimerez mes livres:

- Sa lente traversée du mois d'aout

- Les bals de Douvres

- La dictée de Bunuel

- Collisions d'étoiles

Aux éditions le Manuscrit.

Recherche