Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 10:16

Où  l'on  avance  à tâtons dans un scénario  improbable...


yANN
Je voudrais une première scène très réaliste, où on la verrait dans un personnage de femme ordinaire, presque plouc, dans un intérieur modeste. Le téléphone sonne, elle décroche...

CHRIS
Quelqu’un lui donnerait des instructions...  

YANN
Elle ne dirait pas grand-chose, deux mots, le lieu et l’heure, elle raccrocherait très vite.

CHRIS
On la verrait marcher dans la rue, aller vers l’endroit du rendez-vous...

YANN
Un café dans une rue déserte... ou aucontraire, à un carrefour très animé...

CHRIS
Oui... On la verrait ensuite remettre des documents à un type.  A un moment il y aurait un coup de feu...  quelque chose... et...on la verrait courir dans la rue à toute allure... et...

YANN
Démarre le générique sur le pianiste en train de jouer du piano.  La caméra s’éloigne et on la voit, elle en combinaison derrière lui, qui lui met les deux mains sur les épaules.

CHRIS
Bon, et maintenant il faut coller les morceaux.

YANN
Voilà.

Ils se regardent.   Le barman est accoudé sur le bar et suit leur conversation, l’air extrêmement intéressé.

YANN, songeur, relisant le synopsis.
Il y a quelque chose de troublant là-dedans, c’est qu’on part  sur sa culpabilité à elle, son mystère à elle, mais ensuite ton synopsis s’étend sur  ses errances à lui, ses marches sans but à travers Paris, et petit à petit on va se demander si ce n’est pas plutôt lui, ou aussi lui, qui a quelque chose à cacher...

CHRIS, enflammé
Mais c’est justement ce que je trouve intéressant.  Sous ses airs d’amoureux transi, que dissimule-t-il ?  C’est un personnage ambigu.  Très ambiigu.

Partager cet article

Repost0

commentaires

  • Miss Comédie
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir.

Albert Camus
 «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.»

Jean-Luc Godard :
« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. »

Marguerite Duras :
« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.» Jean-Luc Godard : « Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras : « Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

Si vous aimez mon blog, vous aimerez mes livres:

- Sa lente traversée du mois d'aout

- Les bals de Douvres

- La dictée de Bunuel

- Collisions d'étoiles

Aux éditions le Manuscrit.

Recherche