Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CRITIQUES D'HIER ET D'AUJOURD'HUI

 UN LONG VOYAGE DANS LA NUIT
de Eugène O"’NEILL, adaptation de Pol QUENTIN

Créée au Théâtre Hebertot le 21 novembre 1959 dans
une mise en scène de Marcelle Tassencourt,  cette
 pièce sombre d’un auteur américain célèbre
obtint un grand succès aux Etats-Unis.  Elle révèle
 le mal secret dont l’auteur
a souffert toute sa vie et qui se résume en une phrase :
on ne guérit jamais de son enfance.
Pierre Vaneck, Jean Davy, Gaby Morlay, ont interprété
 ce texte très fort, adapté par Pol Quentin.
Gustave Joly, critique à l’Aurore,  nous en parle.

        « Scrupuleusement mis en scène par Marcelle Tassencourt,
 dans un cafardeux décor de Jacques Marillier,  la version
française de    Pol Quentin nous restitue fidèlement l’atroce et
morne climat  de l’original.
        Il serait vain de comparer les interprètes d’aujourd’hui à leurs
        calarades tankees d’il y a deux ans :  l’évanescente Florence
        Eldridge et l’impérieux Frederic March.    Gaby  Morlay, dont
        c’est la rentrée au théâtre, a su, dans un rôle qui lui est
        particulièrement propice, nous  ouvrir le paradis dérisoire de
        son héroïne, où l’oubli est fait de souvenir.
        Jean Davy est, avec autorité, un tyran domestique à l’inavouable
        ladrerie.
        Pierre Vaneck, Michel Ruhl, un Caïn et un Abel excellement typés.
        Christiane Muller, une soubrette effrontée qui lève le coude
        comme ses maîtres, avec une spontanéité très irlandaise. «
        (L’Aurore)

C’est bien, il ne s’étend pas sur le côté morbide du texte, et il cite tous les
comédiens.  Est-ce que ça donnait envie d’aller voir la pièce ?  Rien n’est moins sûr….


Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article