Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus :« Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux diners en ville car c’est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité, jouez la comédie. » Jean-Luc Godard :« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras :« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

CRITIQUES D'HIER ET D'AUJOURD'HUI

CHER  MENTEUR, de jérôme Kilty

L'adaptation par Jean Cocteau de la correspondance amoureuse
de George Bernard Shaw avec Stella Campbell.
Cette pièce a été reprise maintes fois dans des mises en scène différentes
mais la critique que je vous livre aujourd’hui est celle de sa création à
Paris en 1960 au Théâtre de l’Athénée.
Ce fut l’événement de la saison, avec Maria Casarès et Pierre Brasseur face à face.

P
oirot-Delpech :
« Asseoir sur une scène déserte un couple en tenue de récital et lui
fairrelire deux heures durant le courrier d’un amour vécu, cela semblait
d’une démente prétention. On risquait l’ennui d’une conférence ; au
mieux, l’estime fragile accordée d’ordinaire aux performances
d’acteurs. L’Athénée a gagné son pari : Cher Menteur a la beauté
tremblante et douce d’un concert.    "
                        (Le Monde)

Un concert de louanges…  Celles du féroce PD valent leur pesant d’or.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article