Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 12:11
Molière, le retour ?
Ceux qui ont eu la chance de voir Isabelle Huppert dans la pièce de Yasmina Reza LE DIEU DU CARNAGE, s’en souviennent encore.
Voilà comment d’un fait divers mineur, vraiment anodin,  et pas du tout traumatisant, on fait une pièce qui va au bout de l’exploration de l’âme humaine, ce qui pourrait être affligeant, mais qui nous fait rire d’un bout à l’autre avec jubilation.
Quatre personnages, pas plus, l’affrontement de deux couples qui commence dans les civilités et qui finit dans le carnage. 
La progression de la haine se fait très lentement, à coups de petites phrases qui en entraînent d’autre, et chaque personnage est dessiné comme une caricature de Daumier, à traits épais.
Mais Isabelle Huppert est la plus étonnante.  On la voit susurrer des mondanités en offrant des amuse-gueule,
on la voit lâcher quelques énormités avec distinction on la voit perdre peu à peu  sa retenue  puis balancer un plateau à la figure de son invitée.  Elle est juste partout.  Ca doit être que chez elle il y a tout ça à la fois ?.
En face d’elle, sur scène, il faut se tenir à carreau, il faut être à la hauteur !   Et bien ses partenaires sont parfaits.  L’invitée est inénarrable de drôlerie.  Au début, en la voyant arrivée, toute coincée, on ne s’attendrait pas à ce qu’elle va nous servir, au fil de la pièce,  comme  grossièretés.
Les dialogues de Yasmina Reza sont très forts.   Pas une facilité, pas une vulgarité.  Des mots de tous les jours,  et pourtant un texte qui restera comme une étude anthropologique de l’homo sapiens qui va très loin..
Ca vous fait penser à quelqu’un ?   A Molière, bien sûr.

Partager cet article

Repost0

commentaires

  • Miss Comédie
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir.

Albert Camus
 «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.»

Jean-Luc Godard :
« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. »

Marguerite Duras :
« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.» Jean-Luc Godard : « Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras : « Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

Si vous aimez mon blog, vous aimerez mes livres:

- Sa lente traversée du mois d'aout

- Les bals de Douvres

- La dictée de Bunuel

- Collisions d'étoiles

Aux éditions le Manuscrit.

Recherche