Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 11:15

VU DU PONT  (Arthur Miller)

La pièce a fait un tabac lors de sa création à Paris, avec Raf Vallone dans le rôle principal.
La mise en scène était de Peter Brook, je crois même que c’était sa première mise en scène en France, c’était en 1958 au Théâtre Antoine.
La presse fut unanime.  Je prends une critique au hasard, celle de Robert Kemp dans Le Monde :

        « Une pièce qui nous met KO.
        Je prédis un long succès.  La pièce porte, elle a la taille et l’élan
        d’un bélier.Elle bouscule l’indifférence, elle bouscule l’esprit.
        Ce n’est pas une pièce fine, de psychologie souple et ténue.
        Sa brutalité rappelle le ring. 
        Et puis, quant à l’originalité d’un sujet, nous en reparlerons un
        autre jour, à la naissance d’une autre œuvre.
        Seulement, la main qui l’a pétrie est une main virile et résolue,
        une main qui se crispe en poing.  Et voilà, elle nous met KO.
        Arthur Miller, sans y songer, commence à la façon d’Euripide :
        un large monsieur en pardessus beige s’avance :  « Je suis Alfieri
        l’avocat.  J’ai assisté à l’affaire et connu le bonhomme.  Il est
        ceci, cela, et vous allez voir ! »
        Ma foi tant pis, va pour Euriipide, qui animait  les sujets les plus
        sanglants.   Celui-ci le sera. »
        (Le Monde)

Drôle de prose.  Et drôle de critique.  Pas un mot pour Vallone, qui le méritait.
D’autres critiques l’ont encensé.  
Pourrait-on dire que c’est une bonne critique ?  Il ne s’est pas mouillé.


Le rideau tombe sur la première semaine de mon blog.  Je vous retrouve
dès lundi pour de nouvelles aventures de ROSE et de Miss COMEDIE...
Bonne fin de semaine, chers spectateurs !

Partager cet article

Repost0

commentaires

  • Miss Comédie
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir.

Albert Camus
 «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.»

Jean-Luc Godard :
« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. »

Marguerite Duras :
« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.» Jean-Luc Godard : « Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras : « Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

Si vous aimez mon blog, vous aimerez mes livres:

- Sa lente traversée du mois d'aout

- Les bals de Douvres

- La dictée de Bunuel

- Collisions d'étoiles

Aux éditions le Manuscrit.

Recherche