Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus :« Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux diners en ville car c’est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité, jouez la comédie. » Jean-Luc Godard :« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras :« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

Sur Molière

Oui à la sortie de TARTUFFE j’étais pressée de rentrer  chez moi pour relire la pièce.
On oublie à quel point Molière avait du génie.  Il a balayé le champ entier de la faiblesse humaine. Il est descendu au plus profond de l’abîme de nos vices cachés. Rien ne lui a échappé. Et il nous a tendu le miroir, pour que l’on puisse en rire jusqu’à la fin des temps.
Avec tendresse, il a mené ses personnages jusqu’au bout de la déchéance sans jamais moraliser.
A travers ses vocables et ses tournures aujourd’hui disparus, nous comprenons tout et nous rions aux larmes.
   
 Il a su trouver les ressorts éternels du rire.   Le rire peut-il se démoder ?  De certaines pièces on dit « elle date
On ne rit plus trop des finesses de Guitry, encore moins de celles de Barillet et Grédy, plus du tout de celles de Marcel Achard, mais Molière ! Toujours aussi bidonnant.
En y réfléchissant, et toujours après avoir revu ou relu Molière, on se dit que c’est navrant.
Quoi, il n’y aurait plus d’auteur comique vivant ou mort, comparable à Molière ?  

J’entends d’ici la horde des défenseur des Pinter, Saunders, Beckett, Ionesco, Obaldia et même Tchékov,
Oscar Wilde, et j’en oublie plein.
Et je rajoute Yasmina Reza, que je tiens pour notre nouveau Molière avec deux pièces qui sont des sommets de comédie , une allégresse : ART et LE DIEU DU CARNAGE.
Oui, mais Molière…..

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article