Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes souvenirs de tjéâtre

Les matinées classiques sont le cauchemar du comédien.  Il n’y a pas de public plus terrifiant que les enfants des écoles.
Une fois à Aubervilliers, nous jouions dans la salle des Fêtes devant une centaine d’ élèves de 6ème de la communale.  Au moment de commencer, impossible de les faire taire. Les profs étaient impuissants.
Nous avons joué les trois premières scènes dans le chahut.
Quand ce fut mon tour d’ entrer en scène  en riant, comme d’habitude,  tout de suite j’ai reçu le premier boulon sur le bas de ma robe.
J’ai ignoré, comme il se doit.  Mais un deuxième boulon a atterri sur le dos de Géronte qui a fait un bond en avant.
Là, mon rire n’arrivait pas à couvrir ceux de ces  chenapans en délire. Il pleut des boulons sur le plateau.
J’ai arrêté de rire.  Scapin a déboulé sur le devant de la scène. Il a frappé quelques coups sur le plancher avec le brigadier de service et dans le silence relatif qui a suivi, il a parlé.
« La troupe arrête de jouer.  Nous reprendrons le spectacle lorsque l’ordre et le silence seront revenus. »
Il les a regardés bien en face, alors qu’ils applaudissaient et sifflaient en chœur.
Puis il a tourné les talons et le rideau est tombé.
Nous n’avons pas repris le spectacle, car les profs ont fait sortir les élèves, comprenant bien qu’ils ne pourraient rien en tirer ce jour-là.

Cette mise en bouche théâtrale ne m’a pas découragée, bien au contraire. J’ai joué beaucoup de pièces par la suite, mais celle-ci est restée gravée dans ma mémoire avec la précision d’un coeur gravé dans l’écorce d’un arbre.
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article