Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 18:26

pièce en un acte
   de Barbara Laurent-Ogier
                                  (Dépôt SACD N° 177 579)



Personnages


YANN,  le metteur en scène    Curieux, entreprenant,  très sûr de lui.
    CHRIS, le scénariste            Sensible, introverti, bourré de
                            complexes.

NAT, le pianiste                Beau brun, écorché vif
                        sous un apparent mépris du
                        genre humain.

    ROSE,  la chanteuse            Femme-enfant dont la double
                            personnalité sème le trouble.
   
LE BARMAN                Nonchalant, ironique, revenu
                            de tout.
    LES MUSICIENS                Contrebasse, saxo, drums.

   
L’action se passe dans un seul et même décor, le bar avec
    son comptoir, son estrade, quelques tables et quelques chaises
    occupées la nuit par quelques figurants rêveurs.
    Seule la lumière change avec les heures de la nuit et du jour.
    La salle enfumée, dans la lumière tamisées des lampes posées
sur les tables, a un caractère  précieux et romantique qu’elle perd  avec la lumière crue du jour, révélant un décor miteux.
   
                *        *        *       

Dans  ce bar tranquille où ils ont choisi de se retrouver une fois
    par semaine pour travailler à leur prochain scénario, YANN et
    CHRIS découvrent que l’intrigue de leur film est peut-être là,
    sur l’estrade des musiciens.
   
Tout en essayant de percer le secret de la chanteuse et du pianiste, ils s’éloignent peu à peu l’un de l’autre, entraînés chacun par leurs propres rêves.
    Entre vérité et mensonge, chaque personnage donne de lui-même
    une image double et déroutante, celle de la nuit et celle du jour.


   

Scène I -


On entend en sourdine derrière le rideau une musique de jazz jouée par une petite formation  et une voix de femme qui chante.

Le rideau se lève sur un bar, comme on en voit dans les tableaux de Hopper : un décor simple dont la patine évoque des années de nuits enfumées. Le velours passé des fauteuils et des tentures étouffe le bruit des conversations et donne  à la musique une tonalité feutrée, mélancolique.  Aux murs, des photos d’artistes du music-hall  en noir et blanc encadrées de bois sombre.
Quelques tables sont occupées.  Sur une estrade à peine surélevée, un quartette  de jazz accompagne une chanteuse en fourreau noir, une sorte de femme-enfant à la distinction incroyable, qui chante doucement “You Go to My Head”.  Elle a les cheveux blonds relevés en chignon, un visage racé aux pommettes hautes, les bras et les épaules d’un blanc laiteux.

Un homme seul est accoudé au bar devant un verre de scotch. C’est YANN, un réalisateur de films.
Le barman s’active juste ce qu’il faut avec sur le visage l’absence d’expression caractéristique de sa profession.

YANN ne quitte pas des yeux la chanteuse.  A la fin du morceau, ROSE salue pour la forme l’absence de spectateurs et se tourne vers les musiciens.  Ils échangent quelques mots à voix basse, puis ils quittent l’estrade et sortent en laissant leurs instruments sur place, pour un break.


YANN, s’adressant au barman
Vous avez  un nouvel orchestre ?
LE BARMAN
Ils ont commencé la semaine dernière.  C’est un groupe qui revient de Philadelphie.  Ils n’étaient libres que le jeudi, nous les avons pris à l’essai.

YANN
Un seul soir par semaine ?

LE BARMAN
Oui, au début, un seul soir.
                   
YANN
Elle est sacrément belle.

LE BARMAN
Oui. Belle voix aussi.

YANN
Oui.  (un temps)  Mais sacrément belle.
Il regarde sa montre et boit la dernière gorgée de son scotch.
(A mi-voix)  Mais qu’est-ce qu’il fout !  (Haut)  Donnez-moi un autre scotch.

LE BARMAN
Oui, monsieur.

(On le voit saisir la bouteille, verser la dose dans un verre propre, ajouter des glaçons, poser le verre, gestes nets et précis.)

Sec ?

YANN
Oui, sec.  Merci.  Vous avez des olives ?

LE BARMAN
Bien sûr, excusez-moi.

Il pose une assiette d’olives devant l’homme.

La porte du bar s’ouvre et entre un homme un peu plus jeune, essoufflé.
C’est CHRIS, le scénariste.

CHRIS  
Ah !  Salut !   Excuse-moi ... 

YANN, souriant
La vie de famille ?

CHRIS, sans sourire
Oui, la vie de famille.  C’est pas rien.

Il enlève son imperméable et le pose sur le tabouret devant lui.

YANN
Tu veux t’asseoir à une table ?

CHRIS; regardant autour de lui
Oui, on sera mieux, non ?  Dis donc, il n’y a pas foule, ce soir.

LE BARMAN d’un ton aigre
Et pour monsieur ?

CHRIS
Ben... Un thé.

LE BARMAN, glacé.
Nous ne faisons pas de thé à cette heure-ci, monsieur, je suis désolé.

YANN
Allez !  Prends donc de l’alcool !  Comment veux-tu avoir des idées originales, si tu bois du thé !

CHRIS
Oui, mais il faut tenir deux heures...

YANN
Et alors ?  Pour se tenir éveillé, deux  scotches valent bien un thé.


CHRIS
OK, donnez-moi un whisky avec de l’eau Perrier.


LE BARMAN
Bien monsieur.

Ils se dirigent vers une table et s’assoient.

YANN
Tu viens de rater quelque chose de formidable, mon vieux.

(la suite, demain….)

Partager cet article

Repost 0
Published by Miss Comédie - dans Archives
commenter cet article

commentaires

  • Miss Comédie
  • Miss Comédie c’est moi, Barbara Laurent-Ogier. 
Mes initiales m’ont récemment fait bifurquer.  De comédienne- auteur dramatique,  je suis devenue  blogueuse, ça élargit considérablement la cible.
  • Miss Comédie c’est moi, Barbara Laurent-Ogier. Mes initiales m’ont récemment fait bifurquer. De comédienne- auteur dramatique, je suis devenue blogueuse, ça élargit considérablement la cible.

Si vous aimez mon blog, vous aimerez mes livres:

- Sa lente traversée du mois d'aout

- Les bals de Douvres

- La dictée de Bunuel

- Collisions d'étoiles

Aux éditions le Manuscrit.

Recherche