Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 avril 2021 2 06 /04 /avril /2021 14:40
PHOTO GENIES / NICK ULT

NICK ULT

 

Son nom ne vous dit rien. C’est lui, pourtant, l’auteur de cette image bouleversante qui a fait le tour du monde.

Comme si le monde pouvait, en détournant les yeux de l’insoutenable, se détourner un jour de l’horreur de la guerre.

Il faut rappeler cette histoire, digne d’un film de Coppola,  mais ce n’est pas de la fiction, ça s’est passé vraiment, devant ses yeux et il a fixé l’Instant, à jamais.

 

«  Ce 8 juin 1972, dans le village de Trang Bang, au Vietnam,  une effroyable bavure est commise par l'aviation sud-vietnamienne, qui lutte avec les États-Unis contre les forces communistes du Nord. Mal renseignés, les bombardiers Skyraider se trompent de cible. Ils larguent des bombes au napalm sur un temple qui abrite non pas des combattants vietcongs, mais leurs propres soldats et des civils. 

Kim Phuc, neuf ans, figure parmi les victimes de cette erreur dramatique.

….À quelques centaines de mètres de là, le photographe Nick Ut a assisté à toute la scène. Avec un groupe de journalistes internationaux, il a découvert, horrifié, que des civils surgissaient du nuage de fumée. Il a photographié, parmi eux, la grand-mère de Kim Phuc portant dans ses bras le corps inerte d'un petit garçon : Danh, trois ans. Et dans les bras d'un homme vêtu de blanc, Cuong, un bébé de neuf mois. Tous deux sont les cousins de Kim Phuc, les fils de sa tante Anh. Tous deux ont été touchés mortellement.

Lorsque la fillette parvient à son tour jusqu'à lui, Nick Ut tire de son sac son quatrième et dernier appareil photo encore chargé, un Leica M3. Il immortalise la détresse de la petite fille neuf ans, qui répète sans cesse les mêmes mots : "Trop chaud ! Trop chaud ! » À sa droite, son grand-frère Tam implore les adultes : 

"Aidez ma sœur !"

Et Nick Ult ne se le fait pas dire deux fois. Il transporte Kim Phuc  dans la voiture de l’Associated Press jusqu’à l’hôpital le plus proche et entreprend les démarches  d’urgence qui vont lui sauver la vie

Pourquoi  se trouvait-il  là ? Avait-il la mission divine de saisir  l’instant où une petite fille allait démontrer aux yeux du monde la cruauté aveugle de la guerre ?

Ce fut lui, donc.

Nick est un reporter- photographe qui vient d’être embauché par l’Associated Press pour couvrir cette région du Vietnam secouée par la guerre.

Il est né au Vietnam mais il est citoyen américain et vit à Los Angeles.

Ce 8 juin 1972 il a seulement 21 ans ; le soleil  brille et il attend, prêt à shooter ces civils terrorisés qui fuient le village en flammes  et ce moment lui paraît dépasser les limites de sa mission.  Mais il faut shooter l’insoutenable il est là pour ça.

 Il a épuisé les chargeurs de ses trois appareils et voilà qu’il aperçoit la petite fille, spectacle qui lui soulève le cœur.

Il y a le quatrième appareil, encore chargé, et il le sort en tremblant, il appuie sur le déclencheur.

Saisir l’instant.  Il se sent aussi coupable qu’eux, il faudra détruire cette photo.  Mais  elle ne lui appartient plus.

Nick le photographe disparaît derrière Kim Phuc, l’icône de l’inaccessible paix sur la terre.

Kim Phuc a aujourd’hui 55 ans et vit au Canada avec son mari et ses deux enfants.  Elle s’est libérée des instances politiques et diplomatiques qui voulaient faire d’elle leur porte-drapeau  et travaille pour des œuvres caritatives au sein de l’UNESCO dont elle est devenue l’ambassadrice.

Sur le terrain, elle a retrouvé son sauveur et premier photographe, Nick ULT ; « Mon meilleur ami », dit-elle.  

 

 

 

Fin de l’histoire de LA FILLE SUR LA PHOTO, publiée dans l’OBS  dont j’ai librement repris les grandes lignes.

Je ne connaissais pas cette histoire, je suis heureuse que mon blog m’ait suggéré de faire la connaissance de Nick ULT, photo-génie enfin reconnu.

 

Miss Comédie

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

  • Miss Comédie
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir.

Albert Camus
 «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.»

Jean-Luc Godard :
« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. »

Marguerite Duras :
« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.» Jean-Luc Godard : « Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras : « Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

Si vous aimez mon blog, vous aimerez mes livres:

- Sa lente traversée du mois d'aout

- Les bals de Douvres

- La dictée de Bunuel

- Collisions d'étoiles

Aux éditions le Manuscrit.

Recherche