Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus :« Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux diners en ville car c’est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité, jouez la comédie. » Jean-Luc Godard :« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras :« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

PHOTO GENIES / JEAN PAUL GOUDE

PHOTO  GENIES / JEAN PAUL GOUDE

JEAN PAUL GOUDE

 

 

Figure biblique ? Satanique ? Mystique ? Sculpture minérale ? Sidérale ? Vestige pharaonique ?

Mystérieuse, inquiétante mais sublime, cette photo est l’une des plus sages de l’univers de Jean Paul Goude, fantasmagorique s’il en est.

Il vit une histoire d’amour fou avec Grace Jones qui n’en finit pas de l’inspirer.

Bientôt, il  délaissera les portraits de la belle Jamaïcaine  pour se lancer dans la publicité décoiffante des années soixante et soixante-dix,  avec des campagnes inoubliables pour Citröen, Chanel ; les Galerie Lafayette et quelques autres

Les stars se battaient pour être des slogans à la Goude et lui, faisait des prodiges dans l’évènementiel.

 

La photo que j’ai choisie, pourtant n’avait pas fait délirer les medias.  On lui préférait celle où Grace Jones pose nue dans une cage à fauves, car les féministes tenaient la une cause à défendre .

N’empêche,  on frémit à l’idée de croiser le regard qui se cache derrière ces verres colorés... Un regard aussi assassin que celui d’un félin de la classe supérieure.  Avec cette  bouche en première ligne, pour promettre ce que les yeux ne dévoilaient pas.

Il faut ignorer tout le fatras de créations picturales, annonces et défilés, danses folkloriques et parures exotiques que Goude a multiplié sous tous les prétextes ludiques de l’époque, et plutôt contempler le panorama magnifique des photos de Grace Jones dans tous ses états.  Elle était un matériau inépuisable, une terre glaise rare à modeler selon l’humeur du moment.

Elle aussi, a finalement délaissé cette union dans l’art de la métamorphose pour se lancer dans la chanson avec autant de sensualité  animale. Et là  encore, on reste pantois devant cette espèce inconnue à visage humain, comme un vestige d’un autre  temps.

Voilà, je referme la parenthèse Jean-Paul Goude comme il a lui-même  mis fin à l’épisode Grace Jones.

Il suffit d’un visage énigmatique pour éveiller notre  curiosité et comme le chat, dévider la pelote pour connaître le fin mot de l’histoire.

 Miss Comédie

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article