Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 novembre 2020 7 08 /11 /novembre /2020 13:51
LES SEPT PECHES CAPITAUX - L'AVARICE

 

L’avarice, ça n’existe plus .

Nous sommes tous des adeptes d’un nouveau savoir-vivre, LE PARTAGE, que personne ne pratique car personne ne sait ce qu’il faut partager ni avec qui.

 Aujourd’hui nous sommes tous éco-responsables dans une société  équitable régie par la bio-éthique pour le bien du collectif.

 

Mais je m’égare.

Revenons  à l’avarice au sens archaïque du terme celle  de nos ancêtres.

 

Pour le commun des mortels , c’est Molière qui a inventé l’avare et  personne d’autre qu’un avare ne peut porter le prénom d’Harpagon, non ?

Il existe plusieurs films sur le sujet mais je n’irai pas par quatre chemins, celui qui s’impose comme une évidence est évidemment L’AVARE, film de Jean-Girod et Louis de Funès, sorti en 1980.

C’est exactement le remake de la pièce de Molière, tourné dans la chronologie de l’œuvre originale, avec un Louis de Funès débridé en Harpagon plus vrai que nature.

Car  ce rôle, il l’avait dans la peau et n’a cessé de multiplier en vain les tentatives  pour l’interpréter au théâtre ou à l’écran….

Un acharnement dû, dit-on, à une mère dont l’avarice était spectaculaire et dont il se mit à imiter dès son plus jeune âge les tics caractéristiques.

Il ne devint pas avare mais il se confectionna au fil de sa carrière un personnage imperceptiblement imprégné des menus aspects comiques de l’avare.

C’est  visible et même frappant lorsque l’on observe attentivement sa filmographie.

Il trimballa cette frustration mine de rien sous son immense génie comique…

 

 

Jusqu’à  sa rencontre avec  le producteur Christian Fechner et sa collaboration  avec Jean Girod pour la réalisation. Le trio  se lança dans une aventure qui fit un bruit d’enfer et la sortie du film fut  l’événement le plus commenté du moment.

Pourtant, avec 2 millions et des poussières d’entrées, ce fut un succès  mitigé pour Louis de Funès, habitué à des chiffres astronomiques.

Le film n’a pas non plus obtenu un César mais a donné  l’idée  au Jury de décerner un César d’honneur à Louis de Funès pour l’ensemble de sa carrière et un extrait du film fut projeté lors de la cérémonie .

 

C’était un juste retour des choses car le tournage de L’AVARE avait été pour l’acteur une épreuve physique aussi bien qu’un tour de force professionnel.

A peine remis d’un double infarctus, Louis de Funès dut affronter le froid extrême du début de l’année 1980 et de multiples précautions furent prises pour lui faciliter le travail….Un travail acharné pour s’imprégner du texte de Molière auquel il n’était pas question d’ajouter ses improvisations habituelles...

L’acteur de cinéma rompu à toutes les facéties hors scénario se plia à la rigueur extrême d’un dialogue inaltérable sous la direction amicale mais sévère du co-réalisateur Jean Girod.

Face à lui, il avait comme partenaires  une bande d’ »inséparables » dont plusieurs ex pensionnaires de la Comédie Française, mais aussi une  meute de jeunes élèves du Conservatoire  rompus à tous les pièges de la langue de Molière

…. Sur le plateau contrairement à son habitude, il ne régnait pas en maître et se sentait même parfois, aussi dépourvu qu’un  débutant comme pour la scène difficile du dernier acte avec Antelme, face à un Georges Audoubert de la Comédie Fraçaise… … un cador !

 

Ce qui ne l’empêche pas de nous offrir  un large éventail de mimiques, gesticulations et onomatopées jeux de scène dont Molière lui-même , en son temps, n’était pas  avare .

Pari réussi, donc :  faire de ce monument culturel historique un événement majeur  dans le cinéma populaire contemporain – et une nouvelle bataille d’Hernani.

Tous les organes de presse se lancèrent dans cette bataille, les uns pour l’encenser, les autres pour le massacrer. La majorité des critiques fut cependant très élogieuse.  Robert Chazal dans France-Soir qualifia l’adaptation de « feu d’artifice ».

Quant à Jean-François Revel alors critique à l’Express, il écrivit dans son éditorial que l’interprétation d’Harpagon par Louis de Funés dépassait de loin celle de  Charles Dullin qui créa le rôle et était réputé inégalable.  Il termine son article avec une belle phrase d’écrivain :

« tout Molière n’est pas dans l’AVARE, mais tout l’AVARE est dans le film de Louis de Funés 

 

Je m’aperçois que raconter un film comique n’est pas rigolo du tout. Surtout lorsque le ressort comique du film ne repose que sur le jeu de l’acteur – alors qu’une tragédie sous-jacente  se dessine tout au long de l’action , uniquement perceptible par le spectateur…

Il faut voir le film, c’est clair . C’est l’avarice dans toute sa splendeur.

 

Miss Comédie

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

  • Miss Comédie
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir.

Albert Camus
 «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.»

Jean-Luc Godard :
« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. »

Marguerite Duras :
« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.» Jean-Luc Godard : « Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras : « Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

Si vous aimez mon blog, vous aimerez mes livres:

- Sa lente traversée du mois d'aout

- Les bals de Douvres

- La dictée de Bunuel

- Collisions d'étoiles

Aux éditions le Manuscrit.

Recherche