Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 septembre 2018 7 16 /09 /septembre /2018 19:06
LE BATTEUR  DU BOLÉRO  INCOGNITO

 

 

 Déjà loin, le mois d’août qu’on espérait interminable. C’est comme si le temps avait pris un raccourci infernal. Trente et un jours qui ont disparu comme une photo qu’on supprime de l’iPhone.

 

Reste le souvenir de quelques moments  réjouissants parmi lesquels une découverte inattendue :  Jacques Villeret dans LE BATTEUR DU BOLERO.

C‘est  un court-métrage signé Patrice Leconte qui prouve avec malice  que  les chefs d’œuvre les plus consacrés ont tous une part d’inachevé.

 

 

La surprise est de taille, car on ne s’installe pas de gaîté de coeur à l’écoute de ce boléro-là.  Mais avec Villeret il faut s’attendre à tout surtout si c’est Patrice Leconte qui tient la caméra .

 

Ca commence par un plan d’ensemble qui nous permet de juger de l’ampleur  de l’œuvre avec un nombre impressionnant de musiciens. Diable ! tout ce monde pour une rengaine ?

Autant que pour la Symphonie Fantastique…

Puis, avant que l’engourdissement nous gagne, un travelling très lent nous amène au dernier rang et ladite  caméra cadre  la silhouette replète du dernier batteur. Jacques Villeret,  concentré sur ses baguettes.  Elle ne le quittera plus. 

 

En dehors du tempo lancinant de l’orchestre, il ne se passe rien.

Ou plutôt si : tout se passe sur le visage du batteur qui ne montre aucun signe de cohabitation avec les autres interprètes.

Mieux, il paraît s’ennuyer ferme. 

Privé de partition car son travail a une régularité de métronome, il n’a nul besoin de garder les yeux fixés sur le chef, comme ses camarades.

Il regarde dans le vide ou ailleurs, soupire, son menton marque parfois la mesure,  il attend la fin patiemment.

Son rôle est si négligeable, sa participation si minuscule, que l’on pourrait croire qu’il est filmé à son insu.  Mais son jeu est absolument juste, il n’essaie pas de prouver qu’il est là,

assis au dernier rang avec des baguettes qui battent  toujours la même mesure. Villleret ne joue jamais, il s’installe tranquillement dans un personnage.  (J’en parle au présent, hélas. Mais il est toujours vivant, non ?)

 

On a oublié  la musique.  On guette. Il ne se passe rien et beaucoup de choses dans ce plan fixe.

A ce stade on a déjà  ri aux larmes, c’est le don de quelques vrais comiques : faire rire avec rien.

 

Mais le meilleur reste à venir.

Soudain le Boléro hausse le ton.  Ca passe de moderato à l‘agitato et l’ensemble de l’orchestre semble pris de frénésie.

 

Les violons se déchaînent, les tubas s’emballent et  les percussions  percutent dans un ensemble parfait.

La caméra reste sur le batteur pour qui  rien ne change sauf qu’il semble quelque peu perturbé. 

Surpris ?  Non, il connait la partition, mais peut-être sorti d’un état second  un peu trop prolongé.

Il jette des coups d’oeil furtifs mais insistants sur sa voisine dont on aperçoit les battements survoltés.

Le batteur garde le même tempo, ses baguettes ne sortent pas de leurs gonds et une sorte de désespoir s’empare de lui – du moins on le suppose.

Il brûle d’entrer avec l’orchestre dans l’apothéose finale, mais  ce n’est pas noté dans la partition.

Le ton monte inexorablement, le boléro s’enfièvre et il est impuissant, son corps est agité de légers  soubresauts alors que la batteuse voisine  entre en transes sur son tambour.

Les dernières mesures sont assassines, on avait oublié à quel point cette oeuvre est wagnérienne.

Le dernier accord s’abat comme un coup de canon.

Le batteur se lève avec les autres et salue, comme les autres.

Oui, il a sa part de succès, on applaudit le batteur du Boléro.

On regrette que le Boléro soit fini.

 

 Qu’a-t-il fait ?  Pas grand-chose.  Juste ce qu’il fallait pour que l’on regrette que le Boléro de Ravel, cette rengaine assommante, soit fini.  Un coup de maître !

 

Miss Comédie

 

 

 

  

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

  • Miss Comédie
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir.

Albert Camus
 «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.»

Jean-Luc Godard :
« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. »

Marguerite Duras :
« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »
  • Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus «Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux dîners en ville car c'est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité , jouez la comédie.» Jean-Luc Godard : « Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras : « Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

Si vous aimez mon blog, vous aimerez mes livres:

- Sa lente traversée du mois d'aout

- Les bals de Douvres

- La dictée de Bunuel

- Collisions d'étoiles

Aux éditions le Manuscrit.

Recherche