Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2017 7 12 /02 /février /2017 14:58
EDMOND OU RIEN !

J’arrive un peu tard pour parler d’EDMOND. Tout Paris a vu cette pièce d’Alexis Michalik, toute la presse l’a encensée. C’est « la pièce de l’année », c’est un triomphe, totalement inattendu.

Comment ne pas faire le parallèle avec l’accueil fait à CYRANO DE BERGERAC, la pièce mythique d’Edmond Rostand, dont la première représentation, le 28 décembre 1897, fut un succès fracassant et totalement inattendu ?

A croire que le personnage emblématique de Cyrano possède un pouvoir secret. Il porte aux nues celui qui entreprend de lui redonner vie. C’est ce qui est arrivé à Alexis Michalik, amateur d’illusion et porteur d’histoires fantastiques.

 

J’aurais tant aimé être à la première d’EDMOND, ce 15 septembre 2016, pour assister à ce phénomène : la même surprise, le même émerveillement mais cette fois devant douze inconnus qui réinventent la folle aventure de Cyrano avec tant de liberté, d’enthousiasme, avec une technique de ténors du théâtre français et une grâce infinie.

Ont-ils eu droit, comme à la première de CYRANO à la Porte Saint-Martin ce 28 décembre 1897, à vingt minutes ininterrompues d’applaudissements et à 40 rappels ?

 

Pour nous, quatre mois plus tard dans ce bijou de théâtre qu’est le Palais Royal, nous ne savions plus qui applaudir, Rostand ou Michalik dans cet amalgame de rêve et de réalité tissé autour d’un personnage devenu une icone.

  1. tout le génie d’Alexis Michalik est d’avoir laissé dans l’ombre le mythe pour mettre en lumière toute une époque avec ses musiques, ses décors et ses personnages hauts en couleur : Sarah Bernhard, Ravel, Labiche, Feydeau, Coquelin. Ils ont tous leur rôle à jouer dans la vie d’Edmond, le vrai et celui de Michalik.

Nous savions tout de Cyrano, l’amoureux au grand cœur, nous ne savions rien des tâtonnements, des doutes et des hasards qui lui ont donné naissance. Ici le héros c’est Edmond, le poète dédaigné qui en un jour connaît la gloire éternelle.

  1. héros c’est Edmond, oui, mais le metteur en scène n’a pas dit son dernier mot : la pièce touche à sa fin et voilà que Cyrano reprend le flambeau et nous offre cette dernière scène « contre l’arbre », la confession ultime et la mort.

Une fin digne de Molière, une apothéose théâtrale.

Coup de maître car à la fin de l’envoi, il touche…. !

 

Au théâtre du Palais-Royal jusqu’au 30 juin 2017

Miss Comédie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Miss Comédie - dans L'INSTANT THEATRE
commenter cet article

commentaires

  • Miss Comédie
  • Miss Comédie c’est moi, Barbara Laurent-Ogier. 
Mes initiales m’ont récemment fait bifurquer.  De comédienne- auteur dramatique,  je suis devenue  blogueuse, ça élargit considérablement la cible.
  • Miss Comédie c’est moi, Barbara Laurent-Ogier. Mes initiales m’ont récemment fait bifurquer. De comédienne- auteur dramatique, je suis devenue blogueuse, ça élargit considérablement la cible.

Si vous aimez mon blog, vous aimerez mes livres:

- Sa lente traversée du mois d'aout

- Les bals de Douvres

- La dictée de Bunuel

- Collisions d'étoiles

Aux éditions le Manuscrit.

Recherche