Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le théâtre, le cinéma et la littérature racontent des histoires faussement imaginaires dont nous sommes les héros sans le vouloir. Albert Camus :« Je donne au théâtre un temps que je refuse avec obstination aux diners en ville car c’est le lieu de la vérité. Pour vivre dans la vérité, jouez la comédie. » Jean-Luc Godard :« Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, vous faites un téléfilm. » Marguerite Duras :« Ecrire, c’est ne pas parler, c’est se taire, c’est hurler en silence. »

PETITS CRIMES CONJUGAUX d'Eric-Emmanuel Schmitt

PETITS CRIMES CONJUGAUX d'Eric-Emmanuel Schmitt

L'INSTANT  THÉATRE

PETITS CRIMES CONJUGAUX, D'Eric-Emmanuel Schmit

 

Le titre est trompeur. On s’attend à  voir encore une de ces comédies légères sur les  petites tromperies  du couple.

Erreur.

Cette pièce est un électrochoc  qui  secoue joliment.

Oh, pas tout de suite.

Ca démarre comme un polar d’Hitchock,  on se doute qu’il y a un mystère mais les dialogues sont encore alertes, presque drôles, il y a des rires dans la salle.

Un mari amnésique qui revient chez lui et qui cherche à savoir quel genre d’homme  il était avant l’accident, quoi de plus savoureux ?

 Il questionne, elle répond.   Il s’agit de retrouvailles émues,  juste un peu tendues. 

Nous sommes encore dans l’expectative, sans méfiance.  La suite va nous aiguiser l’attention.

L’écriture d’Eric Emmanuel Schmitt, somptueuse, foisonnante, impitoyable,  prend peu à peu des accents  à la Tennessee Williams pour dévoiler les ressentiments cachés de ce couple usé qui ne sait plus faire la différence entre l’amour et la haine.

Les aveux qui s’échappent, d’une violence libératrice, deviennent des mobiles de crime.

Nous ne rions plus, le silence se fait ,  nous sommes sous tension.

Construite comme une énigme policière, la pièce garde son mystère jusqu’à la fin.  Lequel des deux a voulu tuer l’autre ?

 

Sam Karmann et Fanny Cottençon nous obligent à nous identifier à leurs  personnages, tant ils y croient eux-mêmes. Le problème de leur  couple devient un problème universel.

   On se dit qu’on y réfléchira plus tard.  Pour l’instant, on veut savoir la fin.

Jean-Luc Moreau  a guidé ses acteurs vers une intériorité qui déclenche l’émotion.   Mise en scène pleine d’humanité,   si délicate qu’on  ne la sent pas,  on ne se doute pas qu’un sujet pareil doit être tenu serré,  sans l’ombre d’effets faciles.

Petits crimes conjugaux  n’est pas une pièce anodine. Elle nous laisse un goût amer, comme certaines pièces dont  la  profondeur  surprend, émervreille, dérange et nous poursuit longtemps.

Miss Comédie

 

Au théâtre Rive Gauche à Paris jusqu’au 16 décembre, prolongation possible

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article